Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

La guerre des étoiles

(Star Wars)

 Les critiques

Nombre de critiques : 25
Total des points : 227
Moyenne obtenue : 9.08/10

n°25 - 9/10 KX69

28 décembre 2014

Pas facile de critiquer la LA GUERRE DES ÉTOILES tant ce film (ou plutôt les trilogies) est devenue une référence incontournable de la culture pop voire de la culture tout court. En tout cas, ça faisait un moment que je ne l’avais pas vu et par un curieux hasard, je l’ai redécouvert en Blu-Ray, le jour du 37ème anniversaire de sa sortie française donc presque 37 ans après l’avoir découvert pour la première fois. Force est de constater que c’est un modèle de ce que devrait être les blockbusters: un parfait équilibre entre drame et humour, spectaculaire et comédie, sans temps mort ni précipitation. On sent que Lucas rend un hommage à tous les genres qu’il a aimé dans son enfance : serial, western et films de guerre. Et puis, je trouve que la grande réussite de cette GUERRE DES ÉTOILES réside dans le design qui introduit du réalisme dans la fantaisie : les robots sont sales, les armures cabossées, les véhicules des secondes mains et qui renvoie à des références proches (costumes traditionnels et militaires, design industriels) donnant une crédibilité immédiate à cet l’univers. Seule ombre au tableau finalement : les apports numériques de l’édition spéciale bien souvent inutiles et maladroits et qui ont autant vieilli voire plus que les SFX d’origine parfois datés (en particulier le survol de l’étoile noire). La scène entre Jabba et Han a peut être un intérêt "historique" mais son introduction dans le montage est hors sujet d’autant que l’animation du Jabba numérique est très laide. STAR WARS: LE RÉVEIL DE LA FORCE semblant s’orienter vers une relecture vintage du mythe, espérons que cela permettra de ressortir la trilogie originale sans ce parasitage.

Avatar choisi par le scifinaute

n°24 - 9/10 Sans nom

09 août 2012

Il est difficile d'ajouter quoi que ce soit à tout ce qui a déjà été dit ou écrit sur ce film-phare, sur cette icône de la science-fiction. Plus qu'un film, George Lucas a véritablement créé un univers à lui tout seul et rendu une deuxième jeunesse à un genre considéré à l'époque comme "ringard" : le space-opéra. LA GUERRE DES ÉTOILES marque le début d'un fascinant et inoubliable périple qui va s'étendre l'espace de six longs métrages (au lieu des neuf initialement prévus). Mais une fois la boucle bouclée, il est regrettable que cet univers créé par Lucas, remarquable par sa cohérence, sa rigueur narrative, ses qualités d'imagination et d'écriture, il est regrettable donc que cet univers ne cesse de se diluer dans des ajouts incessants : romans, bandes dessinées, jeux vidéos, dessins animés, séries TV, etc. En laissant, même sous contrôle, la "franchise Star Wars" ouverte à tout et n'importe quoi, George Lucas ne rend pas service à son oeuvre, il la laisse au contraire se dénaturer et partir dans tous les sens. Certes, les lois du marchandising sont là et, qu'on le veuille ou non, elles font partie intégrante de l'industrie cinématographique. Je rejoins cependant pleinement les "puristes" qui estiment que la saga Star Wars se limite aux six longs métrages d'origine, le reste n'étant que gadget commercial... sans grand intérêt, si l'on ose dire ! Tout cela pour dire que, pour pleinement apprécier ce premier opus de "La guerre des étoiles", il est préférable de le regarder dans sa version d'origine de 1977. L'édition spéciale de 1997 - belle occasion pour une lucrative ressortie ! - participe elle aussi à la dénaturation que j'évoquais plus haut et abîme le film plus qu'elle ne l'améliore. La juxtaposition des trucages optiques d'origine et des effets numériques rajoutés vingt ans plus tard est tout simplement désastreuse ! Quant à l'ajout de la scène entre Jabba et Han Solo, il bouleverse la chronologie de l'oeuvre : ceux qui comme moi ont vu STAR WARS en 1977 ont dû attendre LE RETOUR DU JEDI en 1983 pour enfin savoir à quoi ressemblait ce fameux Jabba dont on parlait tant ! Le voir à présent dans le premier épisode donne réellement l'impression qu'il n'a rien à faire là ! Les carences techniques, les faiblesses visuelles d'un film ancien font partie de son identité, et vouloir les "rattraper" après coup constitue une grossière erreur. Le charme de la saga ne reside-t-il pas aussi dans les progrès techniques accomplis de film en film ? Alors, pas d'hésitation, cap sur la version d'origine... et que la Force soit avec vous ! Raphaël L.

Avatar choisi par le scifinaute

n°23 - 10/10 Sans nom

31 décembre 2011

Génial, le film à peut être tendance à mal vieillir mais Mr Lucas, sais comment régénerer les cellules mortes ^^ une symphonie cinématographique magnifique! Et que la force soit avec vous!

Avatar choisi par le scifinaute

n°22 - 9/10 RAULET Philippe

14 juillet 2011

Tout est déjà écrit ou dit. La grande force du film réside dans ses multiples lectures ou compréhensions pour tout un chacun de sept à soixante dix sept ans. Du fait qu'il fait référence à diverses mythologies ou événements historiques de notre civilisation, le qualifie de film universel. Enfin, en matière purement cinématographique : Il y a un avant et un après STAR WARS.

Avatar choisi par le scifinaute

n°21 - 10/10 Sans nom

01 mai 2011

Je voulais mettre 20 car vous l'aurez bien compris j'adore Star Wars. Pour moi ce film est exceptionnel, il y a du suspens l'histoire est très bien et les décors sont superbes.

Avatar choisi par le scifinaute

n°20 - 10/10 Levua

31 mai 2010

Impossible de faire mieux. Le seul et unique film ou la terre n'existe pas!!! Que d'imagination le scenario est bien ficelé et même après des années ce film n'a pas vieilli et c'est à ça que l'on reconnais un très bon film, quand il est intemporel.

Avatar choisi par le scifinaute

n°19 - 10/10 Sans nom

07 mars 2010

Mythique pour encore quelques décennies... avec Alien, et d'autres ce sont les précurseurs d'un style qui ne se démodera jamais... Merci a George Lucas, de nous avoir fait rêver une vingtaine d'années...

Avatar choisi par le scifinaute

n°18 - 8/10 Dauscher Olivier

30 avril 2009

Voilà un film sur lequel il a été tellement dit et écrit qu'il est difficile d'en tirer de l'inédit (voir l'excellent ouvrage de nos confrères SCHALL et LABROUSSE ). Cependant, ce film qu'on nous présentait comme "révolutionnaire" à l'époque et qui fut comparé (à tort) à "2001", comporte certes un nombre inhabituel d'effets spéciaux, une utilisation novatrice de caméra programmée par informatique (on se souviendra des vols au ras des structures de l'étoile noire), mais il a du mal à maintenir son cap 30 ans après .

C'est l'édition spéciale de 1997 qui nous en révèle les qualités et les défauts les plus flagrants: déplacements parfois statiques des vaisseaux (comparez avec les deux suivants), grain important dans les plans à effets photographiques (non corrigés), mariage malheureux entre effets nouveaux et anciens... et pour le positif, cette re-sortie nous a enfin permis de voir le film dans des conditions exceptionnelles (copies neuves , son numérique OUMPF) et LUCAS nous gratifie de 2 scènes inédites et mythiques : la rencontre SOLO-JABBA sur MOS EISLEY, et la dernière entrevue LUKE-BIGGS sur YAVINE... plutôt sympa.

Retoucher son film est toujours le droit le plus stricte de LUCAS, comme de tout auteur qui se respecte, même si nous, fans, n'apprécions pas toujours qu'on touche impunément aux souvenirs de notre jeunesse. A ce stade, il eu mieux valu refaire tous les trucages. SVP monsieur LUCAS, la prochaine fois que vous retouchez votre film, ne pourriez-vous pas gommer complètement la princesse LEIA ? Elle est ridicule avec ses macarons et ses bonnes grosses joues de poupon pas encore sevré...

S.W. n'a fait que remettre au goût du jour des recettes éprouvées depuis les débuts du cinéma, et délaissées avec les années 70 : le space opera existait déjà dans la bd et les serials des années 30, la musique symphonique a régné du parlant aux années 60, et même le son stéréophonique a eu le vent en poupe dans les décennies 50 et 60 (et de bien meilleure qualité que le DOLBY). Son coté gros jouet pour gosse, sa fraîcheur, son intrigue captivante, l'on classé d'office parmi les standards du cinéma fantastique. Mais dites- moi, docteur s.f., S.W., est-ce bien de la sf ? Parce que s'il suffit de vous montrer des vaisseaux spatiaux , des sabres laser dans un décorum futuriste, alors l'auteur de cette prose sera le prochain prix Nobel de physique. Tout ce bric à brac qui recycle les chevauchées du western, la quête de pureté de la chevalerie, le tout sous la forme d'un voyage homérique ne soutient aucune thèse scientifique...

En revanche, si S.W. a effectivement apporté des changements notables, au point que l'on puisse parler d'un avant et d'un après, ils sont malheureusement négatifs : génériques de fin interminables, intrigues linéaires et simplistes, thèmes redondants (recherche du père, vengeance, apprentissage), formatage, viser un public adolescent (pourquoi? ), budgets énormes (fini les vraies séries B), prédominance des effets spéciaux comme moyen et fin de l'intrigue... bref LUCAS et SPIELBERG, qui pourtant ont fait montre d'intentions louables à l'origine, ont tiré , bien malgré eux, le cinéma us vers le bas... et nous y sommes encore !
Quoi qu'il en soit , si l'on aime les arts populaires, on ne peut passer à coté de ce film (le moins réussi des 3).
Que la force soit avec vous (et avec votre esprit) .

Avatar choisi par le scifinaute

n°17 - 3/10 Rémi Pelletier

17 février 2008

Plus infantile qu'enfantin... dommage cet engouement général pour un tel contre-exemple de ce qu'est la bonne SF. Là, c'est de la caricature : une poignée d'individus représentent les milliers de systèmes de l'empire interstellaire humain... argh.

Avatar choisi par le scifinaute

n°16 - 10/10 Lukaz

20 juin 2007

Lucas n'a pas inventé le Space Opera, ce fut même en littérature l'un des tout premiers genres de la SF, et les séries comme Flash Gordon, Space Cadet, Buck Rogers et bien sur Star Trek furent des précurseurs du genre à l'écran. Cependant il est certain qu'avant Lucas personne n'avait osé transposer sur pellicule une saga aussi gigantesque et ceci avec une telle qualité. Je suis même tenté de dire que personne d'autre n'a depuis réussis à le faire, oui, pas même George Lucas lui-même avec sa nouvelle trilogie n'a pus recréer l'intensité de la première trilogie Star Wars.

On a pu un instant croire que d'autres Sagas comme Matrix ou le Seigneurs des Anneaux auraient pus ébranler le pied d'Estale sur lequel repose la Trilogie, mais elles se sont finalement fourvoyées, soit en tombant dans le travers du lourdingue message a 2 balles pour le premier ou dans la surenchère écœurante des scènes d'action digitale pour le deuxième (La deuxième trilogie souffre du même travers avec en plus d'un scénario d'une niaiserie affligeante)

J'avais un moment placé mes espoirs dans les Chroniques de Riddick mais il semble que le marketing en ait décidée autrement. (Dommage il y avait matière à faire). Joss Weddon nous a aussi offert « Serenity » qui n'était malheureusement pas un commencement mais une conclusion, celui de la série trop courte mais déjà culte « Fire Fly » qui reprenait les canons instituée par Lucas en nous faisant voyager dans un univers style « farwest » très similaire avec des personnages haut en couleur dont un capitaine qui n'a rien a envier a Han Solo.

Toujours est-il qu'aujourd'hui ou les techniques informatiques et animatroniques peuvent permettre n'importe quelle folies visuelles, personne n'a encore réussit à relever le gant pour nous offrir une saga de même envergure. (Noter qu'on parle depuis déjà un bon moment de l'adaptation de la Saga « Rama » d'Arthur C. Clark avec David Fincher a la réalisation -Alien3- Fight Club - Seven . les dernières rumeurs disent 2009, je croise les doigts)

Bien qu'elle prenne de l'âge, la première trilogie Star Wars distille toujours un puéril plaisir à chaque visionnage. Les dvd ne sont pas prés de finir au grenier, ceci malgré des effets spéciaux que certain disent vieillissant. Mais Franchement, qui reste indifférent a la vue d'un escadron de X-Wing fonçant sur l'Etoile Noire ?

Avatar choisi par le scifinaute