Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Ghosts of Mars

(Ghosts of Mars)

 Les critiques

Nombre de critiques : 16

Total des points : 69

Moyenne obtenue : 4.31/10

n°16 - 6/10 Chris

28 décembre 2008

C'est sûr, ce film est une série B, rien à dire là-dessus. Par contre énormément de bonnes idées qui se regarde d'un meilleur oeil que de prime abord. Ce film est fabriqué à partir d'acteurs et d'actrices de second ordre certes mais qui jouent justes. Le matriarcat représenté comme une forme de pouvoir planétaire, la poussière intelligente inhalés par les mineurs, le train qui relie les villes Martiennes, les retours en arrière de la lieutenante pour raconter l'histoire, moi je trouve çà plutôt pas mal pour une série B. Il y a tellement de films qui n'ont aucune histoire de base, qui ne reposent sur rien, alors que celui-ci est maquettisé à souhait ; presque aussi bon qu'INVASION LOS ANGELES!

Avatar choisi par le scifinaute

n°15 - 7/10 Garops

10 juin 2008

Comme j'ai pu le lire nous ne sommes pas dans un film de SF. Ou du moins la SF n'est qu'un prétexte. Ici Carpenter réalise un western, le train, la gare, le saloon, la prison... Pour autant un film de cow boy réussi nécessite au moins des acteurs qui savent tenir un flingue. Là on y croit pas une seconde... Personne ne couvre personne... Soyez sympas rembobinez...

Avatar choisi par le scifinaute

n°14 - 8/10 KX69

04 mars 2007

Avec "Ghosts of Mars", Carpenter signe un hommage au western, un genre qu'il apprécie tout particulièrement. Il transpose sur la planète rouge désertique la traditionnelle lutte entre cow-boys et indiens, une idée qui semble si évidente qu'il apparaît étonnant qu'elle n'est pas germée plus tôt dans l'esprit d'un scénariste (en tout cas à ma connaissance, d'ailleurs « chroniques martiennes », le roman de Ray Bradbury n'est-il pas une métaphore du génocide des indiens d'Amérique ?). Sans verser dans le gore, Carpenter y ajoute une dimension horrifique qui évoque par moment Lovecraft : des créatures anciennes libérées des profondeurs, des personnages possédés qui se livrent à l'automutilation et des exécutions sommaires et publiques. Quitte à transposer le genre, il choisit pour héros « durs à cuire » des femmes au caractère bien trempé (comme c'est le cas dans nombre de ses films) avec en arrière plan, la belle idée de société matriarcale et confie les rôles à un casting tout a fait convainquant, Natasha Henstridge et Pam Grier en tête.
Carpenter ne cherche pas à tout prix l'originalité ou l'esbroufe visuelle, il vise avant tout à l'efficacité. Il y parvient tout à fait, tirant le meilleur de décors soignés mais somme toute limités et livre une très bonne série B qui mélange les genres avec bonheur. Le film ne révolutionne certainement pas le cinéma SF mais pourquoi bouder son plaisir?

Avatar choisi par le scifinaute

n°13 - 4/10 Gary Alexander

29 décembre 2004

Un film accablant. John Carpenter n'arrive malheureusement pas à assumer le mélange western/SF/horreur dans cette oeuvre mineure et dénuée d'intérêt. Le réalisateur à procédé ici à une démystification totale du film de vampire, annulant toute la "poésie baroque" propre à ses personnages hors du communs. Les amateurs de sang seront toutefois aux anges lors des affrontements, appelant une surenchère d'effets gores bien efficaces. C'est l'un des seuls points positifs de ce long-métrage poussif et creux.

Avatar choisi par le scifinaute

n°12 - 6/10 Anan 7

22 août 2003

Film minimaliste façon Carpenter qui se laisse regarder tout seul. On se laisse facilement entraîner dans ce film ou un groupe de flics martiens dirigé par un blonde suédoise à forte poitrine (magnifique Natasha Henstridge) doivent escorter un dangereux criminel (Ice Cube) mais se retrouvent au beau milieu d'une bande de zombies deglingos. C'est fait avec peu de moyens, les dialogues sont bien sur minimalistes mais l'ambiance est assez bien faite. Un film plaisant.

Avatar choisi par le scifinaute

n°11 - 1/10 Sans nom

26 juin 2003

Je suis étonné de voir que certains amateurs ont aimé ! Bon les goûts et les couleurs ... Je viens de louer le DVD et je doit dire que c'est de l'argent jeté par les fenêtres. Dans ce film rien de bon :
- Le scénar est plus que limite, on dirait que le script a été écrit au fur et à mesure du tournage
- Les dialogues ressembles à des dialogues entre sourds
- Les effets spéciaux du moins les pseudos effets sont grotesques
- L'accompagnement à la musique Hardos est inadapté.
Bref, ce film ressemble à une parodie de SF qui ne fait pas rire du tout.

Avatar choisi par le scifinaute

n°10 - 1/10 Lukaz

24 juin 2003

Carpenter serait t'il un émule d'Edwood? Je n'est vraiment rien compris a ce film sans queue ni tête.Je me demande même pourquoi c'est sortit en salle? M'en fout j'ai pas payé le DVD et je m'en suis servi comme freesbee, j'ai fais une photo puis je l'ai envoyée à UFO.com

Avatar choisi par le scifinaute

n°9 - 3/10 Sans nom

18 juin 2003

Voilà un autre de ces films qui sont en train de tuer le genre SF....tout y est ridicule, mais c'est involontaire. C'est vrai que l'inspiration Kiss est vraiment grotesque...les studio ont l'air plus petits que ma chambre, les effets quasi-inexistants (pour une fois on peu pas accuser les effets spéciaux) sont très pauvres. Seul plus, la couleur d'ambiance du film (et oui, on est sur mars, on l'à bien compris).
Ce n'est pas de la SF, c'est du gore-pas-gore-comique-Z-cheep.. Tout ce que vous voudrez sauf de la SF, en bref ça ne fait pas vraiment rêver, ça ne fait pas peur non plus...mais qu'est-ce que c'est alors ?

Avatar choisi par le scifinaute

n°8 - 1/10 Le Rescator

09 avril 2003

Je suis trop bon, ça me perdra... 2/20, c'est presque deux fois trop pour ce total navet, cette daube en barre, cet sous-sous pâle copie de film carpenterien. Le réalisateur s'est-il perdu dans son "Fog", ou a t-il été par trop vidé du sang de la créativité par ces "Vampires"? Vous me trouvez méchant? Que nenni, car je ne manque pas d'arguments.
1- à part filmer de la baston et de la mitraille à tout va, l'histoire est vide comme un pet de zombie : des gros bras à combinaison noire viennent sur une planète dégommer du cannibalo-maboul à gogo.
2- les dialogues sont torchés par un bac -30, tant ils sonnent creux et clichés.
3- les effets spéciaux sont ringards au possible, trahissant un manque évident de moyens, vaguement tourné en choix stylistique volontaire pour cacher la misère.
4- le casting est à mourir de rire : une Pam Grier en défaut de régime et en commandant moulée dans son vêtement de cuir est aussi crédible que Soeur Théresa en pom pom girl; Ice T n'a visiblement pas compris d'oublier de marcher comme un vilain rappeur de rue des années 90; etc, etc.
5- ce film ne donne même pas les boules tant les scènes chocs manquent de crédibilité, de profondeur. Exemple : le coup du va et vient du train, qui attire les zombies venant cogner dessus, sans rien capter à la manoeuvre est un summum de crétinerie.
6- la musique hard rock est (avis subjectif) à chier, vue, revue et archi revue dans le genre "c'est violent, c'est donc guitares saturées et grosses batteries à donf'".
Tout ce raté est doublement, triplement, quadruplement dommage, car Carpenter eut du produire un excellent film en valorisant mieux quelques éléments épars :
a- une ambiance martienne sortant un peu des sentiers convenus et cucul des dernières années (cf : "Mission to Mars").
b- une histoire dans l'histoire (le peuple guerrier martien) qui aurait du être plus développée, voire même constitutive du corps du film. Les quelques séquences "flash back" sont ici trop elliptiques et donc frustrantes pour le spectateur.
Je suis furioso enfin, parce que ce depuis "Los Angeles 2013" (autre navet épique) et "Vampires", le Carpenter part complètement en couilles. Où est passé le type déjanté qui signa jadis "Fog", "The Thing"... avec une authentique plume d'auteur? Il n'y a pas de honte à sortir du film alimentaire, mais au moins devrait-on avoir la sagesse de le reconnaître. Et pas de se masquer derrière un discours marketing soufflé par un attaché de presse sous amphétamines, "c'est un futur film culte". Voilà la meilleure manière de non seulement se couper de son public de fans traditionnels, mais aussi de ne pas en attirer de nouveaux. Et à son âge, ce genre d'erreur est purement impardonnable.

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 5/10 Sans nom

28 janvier 2003

Quel dommage que le thème de Mars est été aussi peu exploité. Finalement, sur une planète terra formée, tout l'étrangeté du lieu disparaît, nous laissant alors avec un grand nombre de scènes déjà-vues ici-bas. John Carpenter se répète, on retrouve très vite ses éléments préférés, tels que une horde d'humains qui deviennent fou comme dans Assault, une de ses grandes références de 76. Même chose, les survivants sont confinés dans un commissariat (Assault toujours), et ils doivent se serrer les coudes, flics et voyous pour flinguer un maximum de "débiles", gros carton a tout va.

Donc petite déception en milieu de film car on sait que tout est joué, et qu'il n'y aura plus de grande ouverture scénaristique. Le reste est un peu limite, façon série TV, avec des cascades a l'ancienne, et des explosions de pacotilles. Les décors font "maquette", spécialement le train du début, que mon petit neveu aurait peut-être aussi bien réalisé.

Cependant le film n'est pas un "top-navet", et ma fois, ce laisse regarder, pour peu qu'on apprécie, en riant sous cape, les cotés "ratés". Ce qui revient à aimer les défauts ou les "Carpentismes" pourrait on dire en étant méchant. Parmi ceux-ci, la musique certes originale mais qui n'est pas a la hauteur vraiment de ce que peut exiger d'un film de ce genre (et de 2001 !).Notons que c'est d'ailleurs JC qui s'y colle au synthé et puis il fait aussi appeler a ses potes d'Anthrax pour les guitares. Difficile de ne pas être surpris par cette intrusion à la Kiss, tant musicale que de part les peintures faciales des zombies martiens. C'est un peu la ou on sens vraiment le ratage, il faut vraiment protéger Carpenter de lui même, et qu'il se renouvelle un peu, a moins de viser un public rétrograde volontairement.

Parmi les autres éléments saillants, on notera les magnifiques policières blondes, avec bonne poitrine bien comme il faut. Rajoutez à cela, des scènes ou on les voit dominer des males, à grands coups de prises de kungfu et d'injonctions verbales musclées, et vous avez la un des aspect de ce film et une idée, sûrement, des goûts de son auteur. Très amusant, au début, d'ailleurs, la complicité entre les deux "gouines" policières, la chef brune aux yeux intenses et la jolie blonde (miam miam) qui se défonce au TetrahydroP48XV59 (prohibé bien sur).

Bref, un film de SF qui malgré un début très sympa, décline inexorablement vers le nanar. Cependant il se laisse quand même regarder pour peu qu'on ait aucune attente et qu'on soit assez relax pour goûter, au second degré, le cinéma de Carpenter. Sinon choisissez un autre film.

Avatar choisi par le scifinaute