Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Star Wars : épisode II - L'Attaque des clones

(Star Wars: Episode II - Attack of the Clones)

 Les critiques

Nombre de critiques : 12

Total des points : 82

Moyenne obtenue : 6.83/10

n°2 - 5/10 BELMONT Frédéric

18 mai 2002  Attention spoiler

Présent dès le 16 mai 2002 au soir au Royal Palace de Nogent-sur-Marne lors d'une avant-première, je dois reconnaître que je n'attendais pas énormémemnt de ce nouvel épisode de la saga galactique légendaire de George Lucas. Petite anecdote marrante : quelques minutes avant la projection, pendant l'entracte où rien n'est projeté sur l'écran, quelqu'un m'a soudainement appelé sur mon portable et tous les regards convergèrent sur moi lorsque le public entendit ma sonnerie "Star Wars". Or, j'ai plusieurs sonneries différentes mais avais oublié de mettre mon appareil en veille. Ce gag involontaire digne de la caméra invisible fit que je passai mon coup de fil sous un tonerre de rires et d'applaudissements. C'est ce qui s'appelle se faire remarquer positivement, me direz-vous. Contrairement à bon nombre d'entre vous, j'avais beaucoup apprécié la "Menace Fantôme" en 1999 qui me paraissait bien dans le ton de la trilogie classique. Aussi, en ce qui concerne sa suite, j'avais volontairment occulté tout magazine ou tout extrait télévisé pour avoir une surprise presque totale.

La surprise fut bien au rendez-vous mais pas à proprement parler du Bon Côté de la Force. Pour vous dire franchement, j'ai carrément été déçu par "L'Attaque Des Clones". Les raisons? Elles sont multiples. Je vais tâcher de vous en faire la synthèse.

Tout d'abord, l'Episode 2 censé se dérouler 10 ans après le 1 a le tort de s'attarder sur des planètes déjà connues de son ilmlustre prédécesseur. Certes, les scènes de poursuite à travers Coruscant sont très impressionnantes mais tous ces bolides volant dans tous les sens rappellent plus que jamais "Le Cinquième Elément" de Luc Besson sorti 5 ans plus tôt. On pourrait penser à une coïncidence involontaire si Lucas n'avait pas eu la bêtise de faire emprunter aux deux Jedis une espèce de "Taxi Jaune" qui fait vraiment, mais alors vraiment penser au New-York du Futur. En plus, autre mauvaise coïncidence involontaire des producteurs, le film démarre sur un attentat avec explosion de navette surune plate-forme. Forcément, cela rappelle Ben Laden et le 11 septembre 2001. Je ne m'attarderai pas sur le retour sur Naboo qui s'apparente désormais à une promenade dans les champs ambiance "Petite Maison dans la Prairie" ni sur Tatooine qui respire allègrement les lendemains de fête avec la faillite de Wattoo (l'oiseau bleu à l'accent italien), le rapt de Shmi Skywalker et le désarroi de C3PO enfin (re)carossé.

D'ailleurs, en ce qui concerne les acteurs, j'ai trouvé qu'ils étaient tous d'une fadeur inouïe, crispés encore dans leurs personnages que jadis dans l'Episode 1. Si Obi-Wan Kenobi semble avoir gagné en sagesse, Anakin adolescent m'a franchement irrité de par son attitude (certes prévisible) farouchement rebelle et désinvolte au volant. Il m'a particulièrement agacé à toujours répéter "Pardon, Maître! Excusez-moi, Madame!" et je trouve que ses monologues sentimentaux avec la Princesse Amidalah sont d'un ridicule fini, que ce soit devant le feu de bois, la promenade au lac ou lors de leur virée dans les prairies. Tandis que les "querelles" entre Han Solo et Leïa laissaient transparaître un attachement réel entre les deux amants, pas une seconde on ne croit à une attirance sincère entre Anakin et Padmé Amidalah. Lucas aurait mieux fait de travailler la relation entre les jeunes Owen et Beru lesquels ressemblent terriblement à leurs homologues plus âgés de l'Episode 4. Ce n'est pas pour dire mais j'ai eu un coup de coeur pour la jeune actrice qui incarne Beru : je l'ai trouvé hyper mignonne, dommage qu'elle ne parle que si peu! D'ailleurs, en évoquant la palabre, le film traîne en dialogues et narrations pseudo-dantesques qui m'ont fait littéralement dormir sur place. Même Obi One s'embourbe avec les autres Maîtres Jedi dans des discussions inutiles et vides de sens. Le tant décrié Jar Jar Binks a en revanche gagné en sagesse au Sénat et s'avère ne plus être le parasite de service (revirement sain quoique tardif).

Si vous voulez connaître avis, les choses se gâtent vers la fin avec l'apparition des nouvelles planètes. Si Camino la tempêtueuse aquatique apporte un plus incontestable dans l'univers "Star Wars", le monde de Géodésis frôle la catastrophe visuelle. La scène des astéroïdes est un trucage raté, les effets spéciaux font très ordinateur, on se croirait dans les séries du câble "Farscape" et autres "Babylon 5". La surface de cette planète aux anneaux ressemble justement trop à Tatooine, avec un ciel rouge sang criard digne de "Mission to Mars"! Pendant le film, je me suis même surpris à confondre les deux planètes, surtout pendant qu'Anakin recherchait sa mère pendant un coucher de soleils! Lorsque les héros investissent le monde souterrain, j'ai cru revoir "La Machine à Explorer le Temps" version 2002 et "Le Seigneur des Anneaux" réunis, impression accentuée par la présence de Christopher Lee alias le sorcier Saroumane chez Tolkien, le Comte Dooku chez Lucas. Les effets spéciaux comportent énormément d'effets ratés, je dirais même qu'ils ont tendance à s'éparpiller dans tous les sens. Le film comporte beaucoup de séquences inutiles ou brouillon, comme celle de la chaudronnerie. On découvre, au passage, que R2-D2 possède des mini-réacteurs pour voler alors qu'il avait toutes les peines du monde à gravir les marches d'un escalier du palais de Naboo! C3PO qui jusqu'alors n'avait pas rencontré Obi One Kenobi vient à le citer à ses maîtres sur Tatooine alors qu'il ne le reconnaît pas 22 ans plus tard dans l'Episode 4! Seule explication : notre droïd protocolaire a reçu entre-temps un coup de laser qui lui a fait griller certains circuits de sa mémoire. Or, dans la chaudronnerie des clones, nous le voyons en prendre plein les mirettes jusqu'à en perdre la tête! Enfin une scène marrante, il serait temps! La scène de l'arène s'apparente à du Sous-Gladiator, les Fauves font très images de synthèses (ils semblent surgir du documentaire de France 3 "Les Grands Animaux Disparus"), et l'arrivée massive des Jedis avec les combats qui s'ensuivent fait que l'on ne sait plus qui est qui. Certes, les effets spéciaux sont nombreux et variés, des centaines de personnages bougent à l'écran, on a jamais vu une telle débauche dans la saga Lucas mais on perd le fil des évènements tant l'action est cafouilleuse. Je n'ai même pas parlé des musiques : elles sont ordianires, les airs connus sont peu et mal repris et concourent un peu au désordre général de l'agencement des images. Je salue au passage le retour de "La Marche Impériale" qui accompagne l'envol des premiers Destroyers et autres Bases Droïds mais la qualité de la séquence est à nouveau gâché par ce ciel rougeoyant de mauvais goût digne de la bannière soviétique.

D'autre part, regardez le combat final, vraiment pas terrible : la fuite du Comte Dooku en moto-speeder est elle inspirée du Mollah Omar en Suzuki? De nouveau, les Maîtres Jedi attaquent le Seigneur Sith à deux contre un, ce qui avait été fort décrié il y a trois ans. Dans le combat, Anakin passe un sale quart d'heure en perdant un bras (j'ai déjà vu ça dans la Cité de Bespin mais l'amputation est moins pathétique qu'avec Luke Skywalker). Puis survient Yoda qui jaillit à la rescousse : ça tombe bien, je m'étais toujours demandé comment cet espèce de Gremlin avait pu devenir un si grand combattant. Croyez-le ou non, nous avons éclaté de rire dans la salle en voyant ce minuscule ninja vert sautiller comme un kangourou en agitant son sabre laser dans tous les sens contre le Comte. Les images de synthèse étaient remarquablement employées mais je ne pense pas que l'effet comique était désiré. En tout cas, Yoda n'a jamais été aussi comique de toute sa carrière que pendant la bataille de Géodésis. Quant à Bobba Fett, nous découvrons que sa carrière de contrebandier s'est faite sur une vengeance (la mort de son père). Le fait de découvrir son visage retire un peu de mystère mais c'était la même chose pour Dark Vador à la Fin de l'Episode 6, me direz-vous! Il s'agit peut-être d'un enchassement scénaristique voulu par les producteurs. On ne verra pas le visage adulte de Bobba tout comme on ne connaissait pas le visage enfant de Anakin dans les années 1970-1980, me soufflerez-vous en choeur. Toutefois, la présence du père Junka Fett était-elle vraiment nécessaire? On ne cesse de confondre Junka Fett et le futur Boba Fett adulte pendant les combats mais là, j'extrapole un peu.

Le film se termine sur la scène du mariage et le bras robotique à la Akira de remplacement pour Anakin. Mais la présence des deux droïds en guise de témoins pose quelques questions dans la cohérence de l'histoire : avec la sortie de l'Episode 1, certains fans avaient demandé à Lucas pourquoi Dark Vador ne reconnaissait pas C3PO dans "l'Empire Contre-Attaque. L'explication fournie fut facile, du fait de l'absence de carosserie du droïd lors du départ du jeune Anakin de Tatooine. Mais maintenant que Anakin jeune adulte a revu son droïd en état de produit fini , le futur Dark Vador ne peut plus avoir la mémoire courte, non? De plus, C3PO et R2-D2 auraient dû reconnaître Tatooine dès le début de l'Episode 4 ("Je ne sais même pas sur quelle planète nous sommes!" dira l'androïde - tu parles! répliquons-nous déjà) tout comme le vieil Obi One aurait dû se souvenir d'eux (ou le contraire). A moins qu'un détail m'ait échappé, je vois mal comment Lucas va trouver le lien scénaristique dans l'Episode 3 prévu en 2005.

Plus globalement, je suis sorti de la salle avec un grand sentiment d'amertume. Ce film ne cesse de déraper, les éléments classiques sont repris avec moins d'éclat que dans les précédents épisodes. Pourtant, l'Attaque des Clones apporte du nouveau (forcément) comme un aperçu de la Bibliothèque Jedi (fantastique), la Cité sous-marine de fabrication des Clones (fabuleuse) ou l'usine de fabrication des droïds de combat (elle aussi bientôt mythique) sans parler de l'hologramme de la Future Etoile Noire. Cela dit, où est la verdoyante Aldorande promise par George Lucas dès la fin de l'Episode 1? J'ose espérer que la troisième fois sera la bonne et que nous aurons affaire à un petit chef d'oeuvre de réalisation. Et vous?

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 9/10 Bobbafett

16 mai 2002

La menace nous avez quelques peu déçus, mais là, que les fan se rassure, c'est du bon ! Dans la ligné de l'ESB, le visuel est omnis présent, et les choses ce précisent ! Bon Hayden Kristensen que l'on attendait au tournant, et des tas de clin d'oeil digne de nous rapeller pour mémoire les 3 classiques. C'est du bon cru starwars, n'en déplaise sans nul doute aux nanti qui risque d'être un peu paumé !

Avatar choisi par le scifinaute