Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

La quatrième dimension

(The Twilight Zone)

 Saison 2

29 Episodes

Les épisodes de la deuxième saison

37 - KING NEUF SANS RETOUR

Note épisode
5.3
3 votes

Titre original : King Nine Will Not Return
Première diffusion : 30.09.1960 (USA)
Réalisateur : Buzz Kulik
Scénario : Rod Serling
Distribution : Bob Cummings (Capitaine James Embry), Gene Lyons (Psychiatre), Paul Lambert (Médecin), Jenna McMahon (Infirmière)


L'histoire : En 1943, un capitaine de bombardier se réveille en plein désert à coté de la carcasse de son avion. Mais où est donc son équipage ?
Note : Un début d'histoire trop classique, un déroulement pas passionnant et une chute facile... Les auteurs ont été et seront plus inspirés.

38 - L'HOMME DANS LA BOUTEILLE

Note épisode
7.2
6 votes

Titre original : The Man in the Bottle
Première diffusion : 07.10.1960 (USA)
Réalisateur : Don Medford
Scénario : Rod Serling
Distribution : Luther Adler (Arthur Castle), Vivi Janiss (Edna Castle), Joseph Ruskin (Genie), Olan Soule (Agent I.R.S.), Lisa Golm (Mrs. Gumley), Peter Coe (1er allemand), Albert Szabo (2ème allemand)


L'histoire : Par bonté d'âme, un antiquaire achète à une femme pauvre une bouteille sans valeur mais cette dernière renferme en fait un génie facétieux qui propose au couple d'antiquaires d'exaucer quatre de leurs voeux. Ces voeux n'auront pas les conséquences imaginées.
Note : L'idée de départ est sympa mais la tonalité de l'ensemble est un peu trop légère pour que ce soit vraiment efficace.

39 - L'HOMME ET SON DOUBLE

Note épisode
4.0
3 votes

Titre original : Nervous Man in a Four Dollar Room
Première diffusion : 14.10.1960 (USA)
Réalisateur : Douglas Heyes
Scénario : Rod Serling
Distribution : Joe Mantell (Jackie Rhoades), William D. Gordon (George)


L'histoire : Un bandit lâche et sans envergure reçoit l'ordre par son parton mafieux de tuer un commerçant refusant d'être racketté. Hésitant, la petite frappe est confronté à sa conscience qui apparaît dans le miroir. Celle-ci lui montre quel homme il aurait pu être s'il avait plus de caractère...
Note : Un épisode particulièrement bavard et ennuyeux.

40 - ALLEZ-VOUS-EN, FINCHLEY !

Note épisode
5.7
3 votes

Titre original : A Thing About Machines
Première diffusion : 28.10.1960 (USA)
Réalisateur : David Orrick McDearmon
Scénario : Rod Serling
Distribution : Richard Haydn (Bartlett Finchley), Barbara Stuart (Edith Rogers), Barney Phillips (Réparateur télé), Henry Beckman (Policier), Jay Overholts (Interne), Margarita Cordova (Fille)


L'histoire : Finchley est un critique gastronomique particulièrement arrogant. De plus, il éprouve une haine viscérale envers les appareils électriques et tout ce qui s'apparente à la technologie. Il accuses les machines de vouloir lui pourrir la vie. Un jour, ces dernières décident de vraiment se liguer contre lui.
Note : Si le personnage principal n'avait pas une attitude si caricaturale et si l'ambiance générale avait été un poil plus lourde, on aurait pu avoir là un classique. En tous cas, Stephen King a certainement dû voir cet épisode puisque certaines séquences rappellent sans mal CHRISTINE et MAXIMUM OVERDRIVE.

41 - L'HOMME QUI HURLE

Note épisode
7.7
7 votes

Titre original : The Howling Man
Première diffusion : 04.11.1960 (USA)
Réalisateur : Douglas Heyes
Scénario : Charles Beaumont
Distribution : John Carradine (Frère Jerome), H.M. Wynant (David Ellington), Robin Hughes (L'homme qui hurle), Frederic Ledebur (Frère Christophorus), Ezelle Poule (Maître de maison)


L'histoire : Un voyageur égaré frappe à la porte d'un mystérieux château mais les moines qui l'habitent refusent de l'accueillir. Ces derniers changent d'avis lorsque celui-ci s'écroule d'épuisement. A son réveil, le voyageur fait la connaissance d'un prisonnier enfermé dans une cellule du monastère. Celui-ci dit qu'il est une victime innocente de ces fanatiques et demande qu'on l'aide à s'enfuir. Le responsable des lieux, appelé Père Jérôme, déclare quant à lui que le personnage détenu est le Diable en personne. Que faire ? Qui croire ?
Note : Après 4 épisodes très moyens, on commençait à s'inquiéter mais voici enfin un bon épisode original et plein de suspense.

42 - L'OEIL DE L'ADMIRATEUR

Note épisode
8.3
3 votes

Titre original : The Eye of the Beholder
Première diffusion : 11.11.1960 (USA)
Réalisateur : Douglas Heyes
Scénario : Rod Serling
Distribution : Maxine Stuart (Janet Tyler), William D. Gordon (Médecin), Jennifer Howard (L'infirmière de Janet), George Keymas (Leader), Joanna Heyes (Infirmière réceptionniste), Edson Stroll (Walter Smith), Donna Douglas (Janet Tyler)


L'histoire : Une femme au physique disgracieux tente l'opération esthétique de la dernière chance. Si l'intervention échoue, la jeune femme sera envoyée en exil dans un village de monstres !
Note : Si on voit arriver la chute à des kilomètres, ça reste un bon épisode car bien emmené et très drôle !

43 - LES PRÉDICTIONS

Note épisode
8.6
5 votes

Titre original : Nick of Time
Première diffusion : 18.11.1960 (USA)
Réalisateur : Richard L. Bare
Scénario : Richard Matheson
Distribution : William Shatner (Don Carter), Patricia Breslin (Pat Carter), Guy Wilkerson (Homme qui décompte), Stafford Repp (Mécanicien), Walter Reed (Homme nerveux), Dee Carroll (Femme nerveuse)


L'histoire : Un couple de jeunes mariés s'arrête dans une petite ville pour faire réparer sa voiture tombée en panne. En attendant que les réparations soient terminées, les deux amoureux se rendent dans une cafétéria. Sur chaque table, un distributeur de serviettes équipé d'un gadget "disant la bonne aventure" pour une piécette. Simplement amusé par l'appareil au départ, le mari voit son obsession grandir au fur et à mesure que les prédictions s'avèrent pertinentes...
Note : Un super épisode, prenant, amusant et plutôt bien vu dans son décorticage du processus de la superstition. Avec le jeune William Shatner.

44 - LES ROBOTS DU DR. LOREN

Note épisode
7.0
4 votes

Titre original : The Lateness of the Hour
Première diffusion : 02.12.1960 (USA)
Réalisateur : Jack Smight
Scénario : Rod Serling
Distribution : Inger Stevens (Jana), John Hoyt (Dr. Loren), Irene Tedrow (Mrs. Loren), Tom Palmer (Robert), Mary Gregory (Nelda), Valley Keene (Suzanne), Doris Karnes (Gretchen), Jason Johnson (Jensen)


L'histoire : Le Docteur Loren vit avec sa femme et sa fille unique dans un manoir où tout est réglé au millimètre. Cet inventeur génial peut en effet compter sur ses cinq domestiques, tous robots d'apparence humaine, pour que tout soit parfait. C'est justement cette absence de spontanéité et de surprise qui irrite au plus haut point sa fille qui lance un ultimatum à son père : soit il désactive tous ses robots, soit elle quitte le foyer...
Note : Après L'AUTO-STOPPEUR (saison 1, épisode 16), Inger Stevens revient et illumine de sa beauté cet excellent épisode à la chute géniale dont la porté SF rappelle Philip K. Dick.

45 - RETOUR VERS LE PASSÉ

Note épisode
5.7
3 votes

Titre original : The Trouble with Templeton
Première diffusion : 09.12.1960 (USA)
Réalisateur : Buzz Kulik
Scénario : E. Jack Neuman
Distribution : Brian Aherne (Booth Templeton), Pippa Scott (Laura Templeton), Sydney Pollack (Arthur Willis), Dave Willock (Marty), King Calder (Sid Sperry), Larry J. Blake (Freddie), David Thursby (Eddie), Charles S. Carlson (Barney Flueger), John Kroger (Ed Page)


L'histoire : Un acteur vieillissant vit dans le souvenir de sa défunte épouse lorsque, à la suite d'une altercation avec son nouveau metteur en scène, il se voit projeté dans le passé, 30 ans plus tôt. Il décide alors de retrouver sa bien-aimée mais les retrouvailles ne se déroulent pas comme prévu...
Note : Au premier abord, cet épisode peut paraître assez classique, voire anodin, pourtant je trouve que son évocation de la nostalgie amoureuse est aussi forte que cruelle. A noter également un éclair de génie dans la mise en scène avec ce passage court mais ô combien poétique où l'éclairage du décors disparaît progressivement jusqu'à ne plus laisser visible que le jeune femme avant qu'elle ne disparaisse elle-même, symbole du retour au présent.

46 - FUTUROGRAPHE

Note épisode
7.5
6 votes

Titre original : A Most Unusual Camera
Première diffusion : 16.12.1960 (USA)
Réalisateur : John Rich
Scénario : Rod Serling
Distribution : Fred Clark (Chester Diedrich), Jean Carson (Paula Diedrich), Adam Williams (Woodward), Marcel Hillaire (Pierre)


L'histoire : Suite à un cambriolage, un couple de voleurs à la petite semaine met la main sur un appareil photo permettant d'avoir une image de cinq minutes dans l'avenir. Accompagné d'un troisième larron, ils vont d'abord utiliser les capacités lucratives de cet objet sur les champs de course jusqu'à ce qu'ils apprennent que le nombre de clichés est limité.
Note : Une idée rigolote, un traitement sur le ton de la comédie et une chute dans le même esprit font de cet épisode une petite réussite.

47 - LA NUIT DE NOËL

Note épisode
3.8
4 votes

Titre original : The Night of the Meek
Première diffusion : 23.12.1960 (USA)
Réalisateur : Jack Smight
Scénario : Rod Serling
Distribution : Art Carney (Henry Corwin), John Fiedler (Mr. Dundee), Robert P. Lieb (Officier Flaherty), Val Avery (Le barman), Meg Wyllie (Soeur Florence), Kay Cousins Johnson (Mère Irate), Burt Mustin (Veil homme), Larrian Gillespie (Elf), Matthew McCue (Homme à la Mission Skidrow), Jimmy Garrett (Enfant de la rue), Andrea Darvi (Enfant qui parle au Père Noël)


L'histoire : Un clochard est engagé pour jouer le Père Noël dans un magasin mais son goût immodéré pour la bouteille lui fait rapidement perdre son poste. En errant dans les rues, il trouve un sac magique rempli de cadeaux qu'il s'empresse de distribuer à ses compagnons d'infortune. Cette abondance de cadeaux dont la provenance est douteuse éveille les soupçons de la police...
Note : Voilà le pire épisode de la série que j'ai pu voir pour le moment : un vulgaire conte de Noël on ne peut plus cliché et gnian-gnian dont je cherche encore l'intérêt !

48 - POUSSIÈRE

Note épisode
5.7
3 votes

Titre original : Dust
Première diffusion : 06.01.1961 (USA)
Réalisateur : Douglas Heyes
Scénario : Rod Serling
Distribution : Thomas Gomez (Sykes), John Larch (Shérif Koch), Vladimir Sokoloff (Gallegos), John A. Alonzo (Luis Gallegos), Paul Genge (John Canfield), Dorothy Adams (Mrs. Canfield), Duane Grey (Mr. Rogers), Jon Lormer (1er citadin), Andrea Darvi (Estrelita Gallegos), Douglas Heyes Jr. (Garçon fermier), Daniel White (2ème citadin)


L'histoire : Dans un village du Far West, un homme va être pendu pour avoir accidentellement tué une petite fille en la renversant avec son chariot alors qu'il était en état d'ivresse. Le père du condamné est prêt à tout pour apaiser la vindicte populaire, même à dilapider toutes ses économies pour acheter à un marchand ambulant malhonnête une poudre prétendument "magique".
Note : Un épisode dont la faiblesse de l’argument fantastique accentue son aspect bancal. Enfin, perso, je n'ai pas trop compris où ils voulaient en venir...

49 - LE RETOUR

Note épisode
6.3
3 votes

Titre original : Back There
Première diffusion : 13.01.1961 (USA)
Réalisateur : David Orrick McDearmon
Scénario : Rod Serling
Distribution : Russell Johnson (Peter Corrigan), Paul Hartman (Sergent de Police), Bartlett Robinson (William), John Lasell (John Wilkes Booth), Jimmy Lydon (Patrolman), Raymond Bailey (Joueur de cartes), Raymond Greenleaf (Joueur de cartes), John Eldredge (4ème joueur de cartes), James Gavin (Policier), Jean Inness (Mrs. Landers), Lew Brown (Officer), Carol Rossen (Femme de l'officer), Nora Marlowe (Femme de chambre), Pat O'Malley (Préposé)


L'histoire : Après avoir discuté avec des amis de la possibilité de changer le cours des évènements si l'on pouvait voyager dans le passé, un homme se voit propulsé 100 ans en arrière, quelques heures avant la représentation théâtrale au cours de laquelle Abraham Lincoln se fera assassiner. Le voyageur temporel fait tout pour alerter les autorités mais celles-ci le prennent pour un fou...
Note : Au programme, l'interrogation habituelle du féru de SF : quelles seraient les conséquences sur le présent d'une interaction avec le passé ? Timide réponse dans cet épisode qui ne brille pas par sa folie malgré une idée de départ prometteuse (super musique par contre).

50 - RIEN QUE LA VÉRITÉ

Note épisode
5.5
2 votes

Titre original : The Whole Truth
Première diffusion : 20.01.1961 (USA)
Réalisateur : James Sheldon
Scénario : Rod Serling
Distribution : Jack Carson (Harvey Hunnicut), Loring Smith (Honest Luther Grimbley), George Chandler (Le vieil homme), Jack Ging (Le jeune homme), Arte Johnson (Irv), Patrick Westwood (L'aide du Premier), Lee Sabinson (Le Premier), Nan Peterson (Jeune femme), Ray Reese (Homme qui achète une voiture)


L'histoire : En présence d'un de ses véhicules, un vendeur de voitures d'occasion peu scrupuleux ne peux s'empêcher de dire la vérité...
Note : Rod Serling avait sans doute un compte à régler avec la profession ! L'histoire est traitée sur le ton de la comédie un peu grosse et la chute avec Khrouchtchev est incompréhensible pour le spectateur actuel (j'ai dû regarder sur Wikipedia pour la comprendre).

51 - LES ENVAHISSEURS

Note épisode
8.3
3 votes

Titre original : The Invaders
Première diffusion : 27.01.1961 (USA)
Réalisateur : Douglas Heyes
Scénario : Richard Matheson
Distribution : Agnes Moorehead (Femme), Douglas Heyes (Voix de l'astronaute)


L'histoire : Une femme est prise de panique lorsque de minuscules créatures de l'espace -qui on élu domicile dans son grenier- décident de la traquer...
Note : Attention, exercice de style ! Une seule actrice, aucune réplique, tout est dans l'ambiance. Cette histoire de maisonnette prise d'assaut par des petites créatures m'a rappelé par quelques aspects CRITTERS ou la scène de la cuisine dans GREMLINS. Un bon épisode dont le seul point faible reste ses "créatures" qui ressemblent à des jouets, l'impression de menace s'en voit amoindrie. A voir tout de même.

52 - UN SOU POUR VOS PENSÉES

Note épisode
6.7
3 votes

Titre original : A Penny For Your Thoughts
Première diffusion : 03.02.1961 (USA)
Réalisateur : James Sheldon
Scénario : George Clayton Johnson
Distribution : Dick York (Hector B. Poole), June Dayton (Miss Turner), Dan Tobin (Mr. Bagby), Cyril Delevanti (L.J. Smithers), Hayden Rorke (Mr. Sykes), James Nolan (Mr. Brand), Frank London (Le chauffeur), Anthony Ray (Le garçon des journeaux), Patrick Waltz (Le gardien)


L'histoire : Par un coup du sort, un modeste employé de banque a le pouvoir de lire dans les pensées.
Note : Deuxième apparition de Dick York (MA SORCIERE BIEN AIMEE) après l'épisode INFANTERIE PLATON (saison 1, épisode 19). Même si le ton est léger, le postulat est plutôt bien exploité : c'est drôle mais pas naïf pour autant. Un bon épisode.

53 - SANS ESCALE DE VIE À TRÉPAS

Note épisode
8.5
2 votes

Titre original : Twenty-Two
Première diffusion : 10.02.1961 (USA)
Réalisateur : Jack Smight
Scénario : Rod Serling
Distribution : Barbara Nichols (Liz Powell), Jonathan Harris (Médecin), Fredd Wayne (Barney), Arlene Martel (Infirmière à la morgue), Mary Adams (Infirmière de jour), Norma Connolly (Infirmière de nuit), Wesley Lau (Agent aérien), Angus Duncan (Employé de caisse), Jay Overholts (Voix P.A.), Joseph Sargent (2ème employé de caisse), Carole Conn (Infirmière Jameson)


L'histoire : Les rêves de Liz Powell sont hantés par le chiffre 22. S'agit-il là d'une terrible prémonition ?
Note : Un des meilleurs épisodes de cette saison 2. La série n'est jamais aussi bonne que lorsqu'elle bascule dans le fantastique le plus pur où la réalité et le fantasme s'entremêlent. Ici, une jeune femme hospitalisée pour dépression nerveuse fait constamment le même cauchemar où une infirmière lui dit qu'il reste une place dans la chambre 22 qui se trouve être la morgue ! Suspense efficace, ambiance noire, l'histoire balade le spectateur jusqu'à une scène finale cauchemardesque qui rappelle DESTINATION FINALE.

54 - L'ODYSSÉE DU VOL 33

Note épisode
8.5
2 votes

Titre original : The Odyssey of Flight 33
Première diffusion : 24.02.1961 (USA)
Réalisateur : Justus Addiss
Scénario : Rod Serling
Distribution : John Anderson (Capitaine Farver), Paul Comi (1er Officier Craig), Sandy Kenyon (Navigateur Hatch), Wayne Heffley (2ème Officier Wyatt), Harp McGuire (Ingénieur de vol Purcell), Betty Garde (Passagère), Beverly Brown (Janie), Nancy Rennick (Paula), Jay Overholts (Passager), Lester Fletcher (Capitaine de la RAF)


L'histoire : Voyage temporel au programme. Un avion de transport parcourant le trajet Londres-New York est poussé par un mystérieux vent qui luit fait atteindre une vitesse incroyable. Une fois le phénomène disparu, l'équipage se rend compte que l'avion a été propulsé au temps des dinosaures !
Note : L'idée est originale et l'histoire bien narrée avec une bonne dose de mystère et une fin ironique comme on l'aime. Un bon épisode.

55 - M. DINGLE

Note épisode
6.0
2 votes

Titre original : Mr. Dingle, the Strong
Première diffusion : 03.03.1961 (USA)
Réalisateur : John Brahm
Scénario : Rod Serling
Distribution : Burgess Meredith (Luther Dingle), James Westerfield (O'Toole), Edward Ryder (Joseph G. Callahan), Douglas Spencer (1st Martien), Michael Fox (2ème Martien), Donald Losby (1er Vénusien), Gregory Irvin (2ème Vénusien), Douglas Evans (2ème homme), Phil Arnold (1er homme), Frank Richards (3ème homme), James Millhollin (Jason Abernathy), Jo Ann Dixon (Infirmière), Jay Hector (Garçon), Don Rickles (Bettor), Bob Duggan (Photographe)


L'histoire : Ambiance cartoonesque pour cette histoire légère où un vendeur d'aspirateur servant de souffre-douleur se retrouve doté d'une force surhumaine suite à une expérience extra-terrestre.
Note : Les histoires humoristiques de LA QUATRIEME DIMENSION ne sont généralement pas celles qui vieillissent le mieux et celle-ci ne fait pas exception. C'est gentillet mais assez limité quoique la morale finale est intemporelle : vous pouvez donner la plus grande force qui soit ou la plus grande intelligence à un type pas futé, il n'en deviendra pas plus sage pour autant.

56 - PARASITES

Note épisode
5.0
2 votes

Titre original : Static
Première diffusion : 10.03.1961 (USA)
Réalisateur : Buzz Kulik
Scénario : OCee Ritch, Charles Beaumont
Distribution : Dean Jagger (Ed Lindsay), Carmen Mathews (Vinnie Broun), Robert Emhardt (Professeur Ackerman), Arch Johnson (Roscoe Bragg), Alice Pearce (Mrs. Nielsen), Clegg Hoyt (Gérant du magasin), Stephen Talbot (Le garçon), Lillian O'Malley (Miss Meredith), Pat O'Malley (Mr. Llewellyn), Jay Overholts (2ème homme), Bob Duggan (1er homme), Eddie Marr (Real Estate Pitchman), Roy Rowan (Annonceur TV/Radio), Diane Strom (Fille au centre commercial), Jerry Fuller (Chanteur de Rock & Roll), Bob Crane (Disc Jockey)


L'histoire : La nostalgie est un thème récurrent de la série et elle est ici incarnée par un vieux poste de radio. Son vieux propriétaire réalise qu'il est le seul à entendre, grâce à ce poste, les émissions de sa jeunesse...
Note : Pas de surprise à l'horizon, c'est classique, très classique, trop classique ?

57 - LE MANIPULATEUR

Note épisode
6.0
2 votes

Titre original : The Prime Mover
Première diffusion : 24.03.1961 (USA)
Réalisateur : Richard L. Bare
Scénario : Charles Beaumont
Distribution : Dane Clark (Ace Larsen), Buddy Ebsen (Jimbo Cobb), Christine White (Kitty Cavanaugh), Nesdon Booth (Phil Nolan), Clancy Cooper (Routier), Jane Burgess (Sheila), Robert Riordan (Directeur d'Hotel), William Keene (Employé de bureau), Joe Scott (Croupier)


L'histoire : Un joueur invétéré découvre que son meilleur ami a le pouvoir de déplacer les objets à distance. Il entraîne son partenaire à Las Vegas pour profiter de cet incroyable don...
Note : La cupidité, source inépuisable pour la série même si ici l'ensemble s'avère un peu trop superficiel pour marquer durablement les esprits.

58 - CONVERSATION AVEC L'AU-DELÀ

Note épisode
6.3
3 votes

Titre original : Long Distance Call
Première diffusion : 31.03.1961 (USA)
Réalisateur : James Sheldon
Scénario : Bill Idelson, Charles Beaumont
Distribution : Philip Abbott (Chris Bayles), Lili Darvas (Grand-mère Bayles), Patricia Smith (Sylvia Bayles), Bill Mumy (Billy Bayles), Jenny Maxwell (Shirley), Reid Hammond (Mr. Peterson), Henry Hunter (Dr. Unger), Lew Brown (Pompier), Jim Turley (2ème pompier), Robert L. McCord (1er Pompier), Jutta Parr (Infirmière)


L'histoire : Avant de mourir, une dame âgée offre à son petit fils un téléphone factice qui, dit-elle, leur permettra de garder contact après sa mort. Peu de temps après le décès de sa grand-mère, le petit garçon affirme pouvoir communiquer avec elle à l'aide de ce téléphone...
Note : La perception de la mort chez l'enfant, vaste programme traité efficacement via une histoire aussi émouvante qu'un brin flippante. Bien joué !

59 - AU BORD DU GOUFFRE

Note épisode
7.5
2 votes

Titre original : A Hundred Yards over the Rim
Première diffusion : 07.04.1961 (USA)
Réalisateur : Buzz Kulik
Scénario : Rod Serling
Distribution : Cliff Robertson (Christian Horn), John Crawford (Joe), Evans Evans (Mary Lou), Edward Platt (Médecin), Miranda Jones (Martha Horn), Ken Drake (Homme), Robert L. McCord (Shérif), Jennifer Bunker (Femme), John Astin (Charlie)


L'histoire : Encore un voyage temporel ! Départ en 1847 cette fois avec un pionnier en pleine conquête de l'Ouest qui part dans le désert cherchant désespérément de l'eau ainsi que de l'aide pour son fils souffrant. Pas de rivière à l'horizon mais une station service : le voyageur vient de débarque en 1961 ! L'incrédulité l'envahit et la perplexité s'empare du couple qui l'accueille...
Note : Un épisode classique mais bien narré avec en bonus la présence dans un second rôle de John Astin, futur Gomez de la série LA FAMILLE ADDAMS.

60 - RENDEZ-VOUS DANS UN SIÈCLE

Note épisode
8.3
4 votes

Titre original : The Rip Van Winkle Caper
Première diffusion : 21.04.1961 (USA)
Réalisateur : Justus Addiss
Scénario : Rod Serling
Distribution : Simon Oakland (DeCruz), Oscar Beregi (Farwell), Lew Gallo (Brooks), John Mitchum (Erbie), Wallace Rooney (Homme sur la route), Shirley O'Hara (Femme sur la route), Dave Armstrong (La doublure de DeCruz), Robert L. McCord (La doublure de Brooks)


L'histoire : Afin d'échapper aux poursuites et profiter de leur or en toute impunité, des voleurs se plongent dans un sommeil artificiel de 100 ans...
Note : Encore une histoire de cupidité avec des personnages qu'on croirait sortis d'un film d'Alex de la Iglesia. On voit la chute arriver à des kilomètres mais pourtant ça fonctionne car on se demande jusqu'où vont aller ces truands dans leur stupidité.

61 - LE SILENCE EST D'ARGENT

Note épisode
7.7
3 votes

Titre original : The Silence
Première diffusion : 28.04.1961 (USA)
Réalisateur : Boris Sagal
Scénario : Rod Serling
Distribution : Jonathan Harris (George Alfred), Liam Sullivan (Jamie Tennyson), Franchot Tone (Col. Archie Taylor), Cyril Delevanti (Franklin), Everett Glass (1er membre du club), Felix Locher (2ème membre du club), John Holland (3ème membre du club)


L'histoire : Un insupportable bavard se voit offrir 500.000 dollars s'il se tait pendant un an.
Note : Un pitch ultra simple mais super efficace avec une chute ô combien cruelle. A ne pas manquer.

62 - PEINE CAPITALE

Note épisode
8.0
2 votes

Titre original : Shadow Play
Première diffusion : 05.05.1961 (USA)
Réalisateur : John Brahm
Scénario : Charles Beaumont
Distribution : Dennis Weaver (Adam Grant), Harry Townes (Henry Ritchie), Wright King (Paul Carson), William Edmonson (Jiggs), Anne Barton (Carol), Bernie Hamilton (Coley), Thomas Nello (Phillips), Mack Williams (Père Beaman), Gene Roth (Juge), Jack Hyde (Avocat), Howard Culver (Jury Foreman), John Close (Garde)


L'histoire : Voyage dans l'esprit : un condamné à mort prétend que tout ce qui arrive n'est que le fruit d'un cauchemar, qu'il est en réalité en train de dormir et que, si on l'exécute, tout ce qui l'entoure disparaitra...
Note : Du pur fantastique où la réalité et la fiction s'entremêlent dans une spirale infinie. Le script joue habilement avec les doutes du spectateur. Très efficace.

63 - L'ESPRIT ET LA MATIÈRE

Note épisode
7.5
2 votes

Titre original : The Mind and the Matter
Première diffusion : 12.05.1961 (USA)
Réalisateur : Buzz Kulik
Scénario : Rod Serling
Distribution : Shelley Berman (Archibald Beechcroft), Jack Grinnage (Henry), Chet Stratton (Rogers), Jeane Wood (Landlady)


L'histoire : Grâce à un livre sur le pouvoir de la pensée, un modeste employé misanthrope remodèle le monde à sa façon mais le résultat n'est pas celui qu'il avait imaginé...
Note : La misanthropie du personnage principale est sans doute trop caricaturale et la tonalité générale assez légère. Pourtant, la morale est pertinente et intemporelle : il est facile de ne pas supporter les autres, mais est-on soit-même quelqu'un d'agréable à côtoyer ?

64 - Y A-T-IL UN MARTIEN DANS LA SALLE ?

Note épisode
8.3
3 votes

Titre original : Will the Real Martian Please Stand Up
Première diffusion : 26.05.1961 (USA)
Réalisateur : Montgomery Pittman
Scénario : Rod Serling
Distribution : John Hoyt (Ross), Jean Willes (Ethel McConnell), Jack Elam (Avery), Barney Phillips (Haley), John Archer (Soldat Bill Padgett), Bill Kendis (Olmstead), Morgan Jones (Soldat Dan Perry), Gertrude Flynn (Rose Kramer), Bill Erwin (Peter Kramer), Jill Ellis (Connie Prince), Ron Kipling (George Prince)


L'histoire : Des policiers doivent identifier un martien parmi 7 passagers d'un bus coincés dans un café.
Note : Ce postulat de départ en promettait peut-être un peu trop. Du coup, j'ai été un poil déçu car ce huis clos se révèle finalement sans grande surprise. Heureusement que la chute rigolote rehausse l'intérêt de l'ensemble.

65 - L'HOMME OBSOLÈTE

Note épisode
7.5
2 votes

Titre original : The Obsolete Man
Première diffusion : 02.06.1961 (USA)
Réalisateur : Elliot Silverstein
Scénario : Rod Serling
Distribution : Burgess Meredith (Romney Wordsworth), Fritz Weaver (Chancellier), Josip Elic (Subalterne), Harry Fleer (Garde), Barry Brooks (1er homme), Harold Innocent (2ème homme), Jane Romeyn (Femme)


L'histoire : Dans une état où les livres et la religion sont jugés pernicieux pour la société, un bibliothécaire est jugé "obsolète" et condamné à mort. On lui donne le choix des modalités de son exécution...
Note : Un épisode sous forme de plaidoyer contre la tentation autoritariste où l'éloge du bien commun va de paire avec le mépris des libertés fondamentales. La forme aurait pu être un poil plus subtile mais rappeler cette idée, aussi élémentaire soit-elle, ne fait jamais de mal.