Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

American Nightmare

(The Purge)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 15

Moyenne obtenue : 7.50/10

n°2 - 8/10 KX69

09 septembre 2013

Ce film prouve que l’on peut encore sans moyen démesuré et sans esbroufe visuelle proposer un bon film d’anticipation si l’on a une bonne idée de départ et un scénario bien ficelé. On pense bien sûr à Assaut de Carpenter, ou au récent DARK SKIES (d’ailleurs produit pas la même boite) mais aussi au sous-genre du "home invasion". Ce qui fait toute la force et l’intérêt du film, c’est le postulat de départ qui permet à l'auteur de disserter sur l’Amérique actuelle (et pas seulement elle d'ailleurs), son choix de société, ses quartiers sécurisés, sa "ghettoïsation" et sa peur de l’autre. Le danger ne vient pas toujours d’où on le pense. Un angle de vue un brin paranoïaque quand même. AMERICAN NIGHTMARE est un film modeste mais qui donne matière à réflexion bien après la sortie de la salle. Ce n'est pas si courant dans le genre qui nous intéresse.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 7/10 Chris

26 août 2013

Une anticipation sociale au ton extrèmement juste, qui traite de la société Américaine et des pervertions possibles du système, dérive sécuritaire, armes... La purge est une solution qui pourrait se révéler une fausse réalité dans les USA futurs, Rome moderne qui elle aimait voir mourir les animaux, gladiateurs, humains de toutes sortes en d'immenses massacres, devenait (Rome) repus, gavés, ivres de sang et les tensions sociales s’apaisaient (parait-il) pour un temps. Ici le temps de la purge dure 12 heures tous les ans et touche surtout les sans-abris, SDF, pauvres gens de toutes sorte et inutiles de la société "notre pays sort purifié de cette purge après que la bestialité qui est en nous se soit exprimée" dit le fils de bonne famille chef du gang masqué. Attention car cette fable sociétale est hyperviolente et est un reflet de la société "des pères fondateurs", il ne laisse pas indifférent et ressemble à une piqûre de rappel d'ORANGE MÉCANIQUE à ROLLERBALL, ce dernier où la population pacifiée laisse s'exprimer sa violence et sa haine lors de matchs meurtriers. Cette production reflète un futur possible et horrible où les bons "citoyens" veulent vivre ensemble, repus d'argent et gavés de confort, ivres de tuerie (ibid.)...

Avatar choisi par le scifinaute