Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Zero Theorem

(The Zero Theorem)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 11

Moyenne obtenue : 5.50/10

n°2 - 7/10 Chris

06 août 2014

Effectivement cela va être dur de faire aussi bien que BRAZIL, mais moi, je trouve le film plutôt réussi. Il fait véritablement film de SF. La publicité agressive qui vous suit sur les murs, dans la rue. Les facéties capillaires et autres modes vestimentaires (un peu entrevu dans IDIOCRACY) repositionne le film, sur le mode sociétal aliénant (le théorème zéro, le monde de l'argent, la nouvelle élite). Mais aussi sur le style rétro-futuriste cher à Gilliam avec les ordinateurs à manettes, joystick où tout style de claviers. Cet informaticien ne se perd pas dans les méandres bureaucratique et paperassier de BRAZIL. Par contre Il perd pied, peu à peu, dans un monde en transformation rapide et perpétuel. Il y trouvera une fin tout aussi tranquille et harmonique que son illustre et devancier long-métrage de 1984.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 4/10 KX69

01 juillet 2014

On retrouve dans les décors de ZERO THEOREM, les éléments de l’univers SF baroque de Terry Gilliam, mais on peine à voir où veut nous entraîner le scénario assez bordélique. Et au final, il ne nous entraîne pas très loin: le fond est sombre sans être réellement profond, parsemé de notations parfois pertinentes parfois désuètes pour ne pas dire dépassées. On a par moment l’impression de regarder un téléfilm de SF de la fin des années 80-début 90 tant la représentation du futur apparaît daté (le travail avec une manette de jeu devant l’écran, le cybersex). Le casting ronflant est sous ou mal employé (Matt Damon, Tilda Swinton …), le personnage de Mélanie Thierry aurait pu être joué par n’importe quelle actrice un peu sexy. ZERO THEOREM constituerait un téléfilm honnête pour ARTE, mais on ne peut s’empêcher d’être un peu attristé par le sort du créateur de BRAZIL, réduit à une production quasi alimentaire, pâle reflet de son œuvre antérieure.

Avatar choisi par le scifinaute