Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Le Voyage fantastique

(Fantastic Voyage)

 Les critiques

Nombre de critiques : 6

Total des points : 48

Moyenne obtenue : 8.00/10

n°6 - 8/10 Fog Horn

09 mars 2014

Des humains miniaturisés injectés dans un corps humains : on ne peut pas plus fantastique comme idée ! Ce film porte vraiment bien son nom. Certes, on pourra peut-être reprocher au script d'être un poil faiblard et de se reposer un peu trop sur son concept mais Richard Fleischer signe tout de même là un film fascinant. La première partie est assez intrigante dans son parti pris narratif (presque un exercice de style) où l'absence totale de musique renforce le sérieux scientifique du projet ainsi que le coté clinique de l'architecture du laboratoire. Ensuite, dès que l'action bascule dans l'infiniment petit, le film prend une autre tournure balançant entre l'aventure et la poésie avec des décors originaux et colorés conférant au projet un vrai charme naïf. Un classique.

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 8/10 Chris

08 février 2013

Effectivement un grand classique de la Science-Fiction et dont l'histoire n'a pas vieilli. L'infiniment petit est une préoccupation majeure aujourd'hui et l'on sait pas mal de choses sur le corps humain après avoir visionné ce film. Le petit côté ludique et le scénario intéressant font de cette production un chef d'oeuvre.

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 8/10 Yom

03 octobre 2011

Comme tout bon vieux classique ce film est marquant. Mais cette fois ce n'est pas l'infiniment grand de l'univers qui est exploré, mais plutôt l'infiniment petit de notre corps. Le scenario tient la route (et a eu droit à son remake des années plus tard), les effets speciaux sont tout à fait corrects, et on est tenus en haleine du début à la fin. Un voyage à la limite du cours de biologie, à la fois instructif et divertissant (aurait-il inspiré Albert Barillé pour son "Il était une fois la vie" ?).

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 9/10 Dauscher Olivier

08 mars 2009

Cela commence comme un film d'espionnage, période guerre froide (nous sommes en 1966 )... pas un seul dialogue... juste les bruits assourdissants des avions, du cortège des voitures de police, des coups de feu, et ce jusqu'au générique inclus. A ce stade, le sens dramatique du réalisateur, acquis sur les polars en noir et blanc, s'exprime fortement. Puis le film bascule vite dans l'anticipation, avec la découverte du complexe militaire sous- terrain, chargé de mener à bien des expériences à des fins belliqueuses.
On apprend très vite qu'une équipe réduite va être injectée, à bord d'un sous-marin, dans le corps du savant passé à l'Ouest. Premier choc visuel : le PROTEUS, le submersible conçu pour l'observation des bancs de poissons (mais si )... il est à ranger illico au rayon des plus beaux engins du panthéon cinématographique, au coté du NAUTILUS, de la DELOREAN, du chasseur x et bien d'autres.
La musique de LEONARD ROSENMAN n'intervient qu'au bout d'une demi-heure, lorsqu'une seringue injecte l'équipage... c'est assez rare comme choix pour le signaler, d'autant qu'à l'époque actuelle, la musique noie constamment la bande son des films. Dès lors, c'est une succession d'images incroyables, et partant du principe que le corps du savant est devenu un pays à explorer, même si par ailleurs, les rouages de l'organisme sont connu. La mission en elle-même se déroule en temps réel (1heure), puisqu'au delà de ce temps écoulé, l'équipage reprendra progressivement sa taille ! Très efficace en terme de suspens mais très contraignant en terme de montage.
On a affaire à un film de studio, la FOX, et les techniciens maison (effets spéciaux, décors) ont déployé toute leur maîtrise.
Si vous cherchez un exemple d'utilisation intelligente du CINEMASCOPE , R. FLEISCHER est le cinéaste de la situation. Et si vous comptez voir un film au timing parfait, sans fioritures, alors FANTASTIC VOYAGE est recommandé par la maison. Un sujet inhabituel, un classique intemporel.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 7/10 BELMONT Frédéric

17 juin 2003

Eh bien justement, mon cher Sarabé, je trouve que le contexte de Guerre Froide est LE point fort du film (même si ce dernier se déroule en 1995)! J'en veux pour preuve l'approche sérieuse de l'histoire, couplée à d'excellents effets spéciaux. "L'homme est entre l'atomique et l'astronomique" s'exclame l'un des savants, comme par écho à je ne sais quelle expérience nucléaire. Les bactéries, virus, staphylocoques et autres lymphocites sont représentés avec un grand réalisme, les couleurs sont spleenantes, les organes ressemblent à des cathédrales et la mission des scientifiques demeure haletante du début jusqu'à la fin! Evidemment, le film n'est pas aussi didactique que la série animée "Il était une fois la Vie" mais il faut rendre hommage au travail des photographes, dont les clichés sont époustouflants! Certes, aucun humour n'égaye l'histoire mais ce n'est pas plus mal quand on compare ce film au ratage burlesque qu'est "L'Aventure Intérieure" réalisée en 1987!

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 8/10 Sarabé

30 mars 2002

Le prétexte donné à ce voyage est sûrement le point le plus faible du film : on y reconnaît aisément la marque de la guerre froide. Les méchants sont appelés avec une simplicité désarmante les "Autres" et le traître-saboteur se fait vite reconnaître par son athéisme criant. Ces éléments appartenant au genre de l'espionnage semblent inutiles et appartiennent d'ailleurs, si l'on en croit David Duncan, l'adaptateur du sujet, à une refonte tardive du scénario. D'autres détails peuvent aussi faire sourire : la présence uniquement "décorative" d'une femme dans l'équipe, et, pour les allergiques, l'aspect typiquement sixties des costumes (vinyle blanc) et des décors. Mais pour l'essentiel, ce voyage dans le corps humain est une merveille poétique inégalée. Les couleurs transparentes et lumineuses, l'impression de flottement, les hallucinants effets de matières, poreuses, filandreuses ou cotonneuses, sont toujours aussi fascinants. Qui a vu ce film n'est pas près d'oublier l'attaque des anticorps, la traversée du coeur arrêté ou cette larme finale par laquelle s'échappent les hommes miniaturisés. Ce film est à la fois une curiosité et du très grand spectacle !

Avatar choisi par le scifinaute