Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

V

(V)

 Les critiques

Nombre de critiques : 9

Total des points : 59

Moyenne obtenue : 6.56/10

n°9 - 8/10 Sans nom

16 juin 2012

Le potentiel n'a pas été totalement exploité mais cela reste une série culte, avec des personnages intéressants tant du côté des visiteurs que de celui des résistants.

Avatar choisi par le scifinaute

n°8 - 6/10 Chris

21 octobre 2011

Le potentiel mal exploité de cette série mythique de la télévision qui se veut un réquisitoire contre les années de la seconde guerre mondiale, sombre peu à peu dans une vision de la résistance européenne contre le Nazisme. Si l'idée de base est originale pour nous Français le reste est du déjà vu...

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 10/10 SCHNEIDER André

13 août 2004

La série "V" représente pour moi, l'époque de la guerre 1939-1945, d'un côté les nazis, de l'autre les résistants. Le monde des visiteurs rappelle étrangement le génocide qu'il y a eu pendant la guerre, le créateur de la série, nous fait comprendre par une série de science fiction moderne ce qui s'est passé indirectement pendant la grande guerre. Pour moi cette série est très bien structurée et très bien filmé. Je note pour ma part, l'excellent rôle de Jane Badler en tyrannique bonne femme.

Avatar choisi par le scifinaute

n°6 - 7/10 Anan 7

20 août 2003

Une série au grand potentiel malheureusement plus que sous exploitée par des producteurs à coté de leurs dollars. Il est vrai que si les premiers épisodes sont plutôt de bonne facture les suivants deviennent de plus en plus lassant par leur manque d'originalité et la facilité surprenante avec laquelle les résistants foutent à chaque épisode la pâté aux visiteurs pourtant surarmés. L'apparition de personnages intéressants comme Charles ou Phillip ne sauvera pas la série de l'annulation et on comprend pourquoi. Néanmoins la série se laisse encore regarder aujourd'hui avec un certain plaisir tant elle représente un monument de la télé des années 80 et grâce à sa personnalité assez unique. Il est prévu qu'une suite sorte en 2004, espérons que celle ci sera à la hauteur.

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 4/10 BELMONT Frédéric

28 juillet 2003  Attention spoiler

Chers amis de la Terre,
Sachez que V n'est pas mort. la NBC américaine concourt à sa résurrection dans un téléfilm de 3 heures prévu pour février 2004 aux Etats-Unis : voici quelques infos que j'ai pu glaner sur la toile :

"V : THE NEXT CHAPTER"
Oublions le scénario du vingtième épisode, d'ailleurs jamais tourné, et reprenons notre histoire à la fin de l'épisode 19.

Les Visiteurs ont donc signé un traité de paix avec les humains. Mais tandis que, sur Terre, les festivités vont bon train pour célébrer comme il se doit cet événement heureux, les Visiteurs préparent dans l'ombre leur assaut final. Celui-ci est brutal et décisif. Les armées terriennes sont défaites les unes après les autres. Les principales villes de la Terre tombent ou sont réduites en champs de ruines comme Detroit, Minsk, San Diego . Capturé, Willie est exécuté pour avoir trahi sa communauté raciale. De son côté, Juliet Parrish quitte le pays et parvient à gagner l'Australie où elle disparaît, après avoir emprunté une nouvelle identité. Gravement blessé, Mike Donovan est capturé puis déporté sur la planète des Visiteurs, en tant que prisonnier de guerre. L'ennemi connaît bien quelques revers - Lydia est tuée dans l'explosion de son vaisseau - mais, en moins d'un an, les Visiteurs ont gagné la dernière bataille : la Terre capitule et est entièrement occupée. Bien que responsable, semble-t-il, de la mort de Lydia (mais quel témoin sera assez fou pour le laisser entendre ?), Diana bénéficie d'une "promotion" et est nommée à la tête d'une imposante flotte de guerre, dans un autre secteur de la galaxie. Quant à Elizabeth, l'Enfant Stellaire, elle est conduite sur la planète des Visiteurs pour y être "étudiée" scientifiquement, Mais alors qu'un chirurgien s'apprête à la disséquer vivante, toute l'énergie qui réside en elle se libère d'un seul coup, détruisant les installations médicales des Visiteurs ainsi que leur conseil gouvernemental, et creusant un cratère hautement radioactif de plus de trois kilomètres de diamètre ! Ce dernier coup porté aux Visiteurs n'a toutefois aucune incidence sur le sort des combats.

Cinq ans après la capitulation sans condition de la race humaine, telle reste la situation sur Terre, ce au moment où devait démarrer une nouvelle mini-série titrée V : Rebirth. Fin 1989, la Warner demande à J. Michael Straczynski de rédiger le scénario d'une mini-série en deux épisodes de deux heures - en réalité, il s'agit plutôt d'un pilote en deux parties, sur le modèle de la première mini-série V, permettant de faire la liaison entre le matériel déjà diffusé (les deux mini-séries et les dix-neuf épisodes) et une nouvelle série régulière titrée V : The Next Chapter, dont Straczynski serait le coproducteur exécutif.

Le titre de ce projet de série relève, bien entendu, du "Syndrome ST:TNG" - sigle utilisé communément dans la presse spécialisée américaine pour désigner Star Trek : The Next Generation, la "suite", de la légendaire série Star Trek.

Bien que Straczynski, dit-on, ait proposé à la Warner jusqu'à six versions d'un gros scénario de deux cents pages, la compagnie finit par annuler toute l'opération en juin 1991, soit moins d'un an avant la célébration du dixième anniversaire de l'arrivée des Visiteurs sur les écrans de la NBC, et en dépit du succès jamais démentie de la série tant aux USA qu'à l'étranger. Consternation chez les fans américains qui commençaient à y croire...

La raison essentielle avancée par la compagnie serait d'ordre budgétaire. V:TNC devait être une série davantage orientée vers l'action que la série précédente, avec les complications et les surcoûts de production que l'on devine : nécessité de faire appel à une importante équipe de cascadeurs, nombreux effets spéciaux (effets optiques, explosions ... ), obligation de tourner en extérieur (avec un coût supérieur au tournage en studio), très nombreux figurants (donc nombreux costumes, véhicules, armes et gadgets, etc.). Aucun des divers montages budgétaires proposés ne permit, semble-t-il, de maintenir la série dans une fourchette financière raisonnable.

Quelques informations ont circulé sur le scénario ainsi que sur la distribution de V:TNC. Le seul personnage important à être réintroduit dans la série aurait été Hamilton Tyler, toujours interprété par Michael lronside.

On se souvient qu'à la fin de l'épisode 12 ("The Betrayal"), Robin, Ham et Chris quittaient Los Angeles pour Chicago, avec pour mission d'apporter leur aide à la résistance locale - ce détail n'était d'ailleurs pas pris en compte dans le projet de scénario de l'épisode 20, l'ancien mercenaire faisant partie du groupe de résistants recherchant l'Anyx. Pour écrire le scénario de son pilote Rebirth, J. Michael Straczynski se place dans une continuité chronologique sans faille : Hamilton est donc toujours à Chicago où un groupe de résistants s'est constitué sous la direction de Damon Mallory, un ancien major de l'armée américaine, âgé d'une trentaine d'années. Les autres principaux responsables de ce groupe sont une femme et deux hommes. Avec Ham, ils vont tenter de prendre contact avec une race extraterrestre supposée être également en guerre contre les Visiteurs, quelque part dans la galaxie. On se souvient que cette information figurait dans la série précédente - ainsi que le fait qu'un appel au secours avait été lancé par les Terriens, dans l'espoir qu'il soit capté par ces extraterrestres et que ceux-ci viennent à la rescousse. Straczynski a retenu ces détails qui, à l'époque paraissaient purement gratuits puisque non exploités, et en tire les conséquences. Quatre ans après l'appel des Terriens - donc un an avant que ne commence V : Rebirth - une réponse à été captée, disant simplement: "Nous arrivons ".

Deux petits vaisseaux pénètrent donc dans le système solaire et approchent de la Terre. Le premier s'écrase et son pilote, un individu d'apparence humaine nommé Danar, est capturé par les Visiteurs. L'équipe menée par Mallory parvient à prendre contact avec le second vaisseau, piloté par une femme nommée Lorien.

En dépit de leur apparence humaine, les Outsiders appartiennent à la même race que les Visiteurs, et portent, tout comme ceux-ci, un déguisement. Ils sont en réalité les descendants d'un groupe de Visiteurs exilés de leur monde d'origine un millénaire plus tôt.

Les Outsiders ont développé une civilisation pacifique, supérieure sur le plan technologique à celle des Visiteurs. Au passage, nous apprenons la véritable raison de la venue des Visiteurs sur Terre : ils souhaitent faire de notre planète une base avancée, utilisable dans une guerre contre les Outsiders à l'échelle de la galaxie. Cette thématique n'est pas sans rappeler celle du film Les survivants de l'infini (This Island Earth, Joseph Newman, 1954) ou de la série Lensman de l'écrivain américain E. E. "Doc"Smith.).

La Résistance décide de lancer un raid contre la base des Visiteurs sur Terre où est retenu Danar pour le délivrer, et s'emparer du "Tachyon Globe" - une arme formidable construite par les Outsiders, commandée par la pensée, assez puissante pour anéantir un vaisseau-mère, et que les Visiteurs ont récupérée dans l'épave du vaisseau de Danar.

L'assaut est lancé. Danar meurt avant que les Résistants ne parviennent à le délivrer. Les Visiteurs se préparent à transférer le Tachyon Globe à bord d'un vaisseau-mère, et le charge dans une navette. Au moment où elle décolle, Ham s'y introduit et réduit son pilote à l'impuissance. Mais un rayon tracteur attire la navette jusqu'au vaisseau-mère. Mortellement blessé, Ham actionne le système d'autodestruction du Tachyon Globe au moment où les forces de sécurité ennemies vont pénétrer dans la navette, et le vaisseau-mère est désintégré dans une énorme explosion. Ainsi se serait terminé, s'il avait été tourné selon le script initial, V : Rebirth, pilote d'une série qui, au regard des dernières informations publiées dans la presse spécialisée et dans le bulletin du club anglais "V", ne sera probablement jamais réalisée... En 1993,Warner Bros. avait laissé tomber "V : The Next Chapter", prétextant des coûts de production trop élevés. Mais pour mieux contrer "Star Trek : Deep Space 9", la Warner a choisi un autre projet de J. M. Straczynski, "Babylon 5", téléfilm pilote diffusé en février 1993 à la télévision américaine. Or, les acteurs Jane Badler et Michael ironside auraient signé un contrat pour reprendre leurs personnages de Diana et Ham Tyler

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 8/10 Sans nom

26 septembre 2001  Attention spoiler

Les premiers épisodes étaient d'une originalité géniale. Les choses se sont un peu corsées sur la fin; une fin qui n'en est pas une d'ailleurs puisque ce qui est présenté comme étant le dernier épisode (quand elizabeth part avec le chef suprême) mériterait une suite (il y en a peut être une d'ailleurs mais je ne l'ai jamais vue). Bref, une très bonne série avec d'excellents acteurs (brian singer, mickael ironside....). Dommage que tant d'originalité n'existe plus aujourd'hui.

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 7/10 Sans nom

17 janvier 2001

je pense que la serie est une totale reussite bien que l'on se fixa trop sur Donovan. En effet il y a des personnages plus interessants que lui. Je pense surtout a Ham Tyler (interpreté brillament par mon acteur prefere Michael Ironside) et de son acolyte Chris Farber qui disparaissent trop tot, a mon gout, lors de la seconde serie. Son arrivee a los angeles a ravivee l'interêt de l'histoire qui etait un peu trop axée sur le duo Donovan Julie. Kyle Bates est aussi un bon personnage. Il serait bien (et c'est peu dire!) qu'il soit tournée une suite avec Tyler (bien entendu) et Chris Farber.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 5/10 Cyril

02 novembre 2000

Avouons qu'à l'époque,dans les années 1985,la série nous avait tous emballés.Le coup classique de la Guerre des Mondes,les lézards,un héros charismatique qui a de la gueule,une extraterrestre bien roulée mais méchante("vas-y,Diana,fais-moi mal!"),des vaisseaux vachement bien lustrés(faudrait qu'ils me donnent la marque de leur O'Cédar) et un thème musical accrocheur;c'est vrai que ça en jetait.Mais quinze ans plus tard tout ceci fait dépassé.D'ailleurs, dans une interview, Brian Singer, le cowboy de la série(le héros) a déclaré qu'Independance Day l' avait épaté mais que le film avait tout copié sur la série.Disons qu'il aura fallu passer par là pour progresser dans le genre.Les nanars sont là pour mettre les chefs-d'ouvre en valeur,c'est une douleur nécessaire.Je voudrais aussi attirer l'attention sur un second rôle qui aurait mérité une meilleur carrière que ses séries Z pour la télé:l'un des rebelles, le chauve Mickael Ironside,dont le meilleur rôle fut celui de Richter dans Total Recall,et qui vola presque la vedette à Singer à partir, je crois, du troisième épisode de "V".Il aurait pu faire une excellente carrière par la suite,par exemple un premier rôle dans un grand space opéra.Dommage!

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 4/10 BELMONT Frédéric

22 septembre 2000

Agé de 10 ans en 1987, j'attendais avec impatience la suite annoncée au mémorable feuilleton V que France 2 diffusa à partir de fin juin. Mais dès les premiers épisodes, je fus atrocement déçu par la reprise commerciale de ce chef d'oeuvre de la SF : des effets spéciaux ridicules et minimalistes (les meilleurs sont directement repompés dans les images des mini-séries), de nouveaux personnages irritants avec des sentiments plus stéréotypés que jamais, une intrigue décevante typique d'une suite inutile. Nous avons tous eu notre moment d'égarement à l'époque : "C'est ça la suite de V? Où est passé le mystère? Pourquoi les Visiteurs n'ont plus d'écho métallique dans leur voix? Que dire des intérieurs du vaisseau-mère devenu tout brillants? Les producteurs semblent avoir tout fait pour nous mener en bateau.Ils pensent que nous n'y verrons que du feu : ils se trompent." Que dire des rapports aigre-doux entre Diana et Lydia, avec leurs querelles infantiles autour de Char! les qui transforment la saga en une espèce de Dallas à 10 francs en milieu de série. On se croirait en plein scandale de royauté britannique! Seul aspect positif à mon avis : ce journaliste TV qui présente les flash spéciaux de la guerre dans le monde au début de chaque épisode. Cela permet d'éviter à ces pantouflards de réalisateurs de produire des effets spéciaux coûteux. Non franchement, les fans des grands épisodes se demandent ce qu'ils viennent faire dans cette galère.

Avatar choisi par le scifinaute