Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Virus

(Virus)

 Les critiques

Nombre de critiques : 3

Total des points : 9

Moyenne obtenue : 3.00/10

n°3 - 4/10 Ubik

02 mars 2008

Bon, c'est clair que VIRUS n'est pas un sommet du 7ème Art ! La faute à un scénario bordélique qui n'est qu'un vaste fourre-tout de tout ce qui a déjà été fait auparavant, à des dialogues d'une banalité affligeante, et à des acteurs qui n'y croient pas plus que ça (le pourtant génial Donald Sutherland cabotine à mort !).
Malgré tout (je dois être trop gentil) je trouve quand même quelques qualités à ce film. Qualités essentiellement techniques : des effets visuels réussis, des créatures originales signées Steeve Johnson, et une atmosphère mystérieuse assez bien rendue.
Et puis il y a Jamie Lee Curtis ! Son personnage est intéressant, évoluant de la femme forte à la victime terrorisée (alors que d'habitude c'est le contraire). Bon, pas de quoi parler de chef-d'oeuvre, c'est clair, mais pas de quoi hurler au nanar non plus.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 2/10 Le Rescator

14 août 2002

Aaaarrrggggllll! Je n'avais encore jamais visionné le produit dit cinématographique répondant au nom de Virus (avec l'ami Sutherland et l'amie J.L Curtis). Ce n'en est pas un de virus : pire, la peste! J'avoue en effet que c'est vraiment, mais alors vraiment une daube de première catégorie. Y'a pas photo! Mais qu'ils arrêtent donc de nous produire des catastrophes de ce genre chez l'oncle Sam! Que fait la police... des scénario? Elle n'existe pas? Ah bien dans ce cas, il en faudrait au moins deux bataillons.
Tout y passe dans la récup' volontaire et le manque d'originalité patent : les ambiances couloirs d'usines à la "Alien", les robots décérébrés à la "Terminator", les decors marins à la "Un Cri dans l'Océan", etc, etc. Sauf que Virus ne réunit pas le dixième du tiers de la moitié des qualités minimes de ces précédents oeuvres de SF citées. Le scénario se déroule, prévisible et sans saveur, à peine émaillé de pseudos moments chocs à 2F, pardon quelques centimes d'euros.
Il n'y a qu'une chose qui vaut bien le détour, cruellement s'entend : c'est de voir le pépé Sutherland déguisé en momie mécanique plein de sang et de tripes à l'air. Mazette, quel maquillage réussi! Peut-être que son fils pourra tourner dans 20 ans le remake? Non, je plaisante.
Même J.L Curtis, d'ordinaire assez "bandante" dans ses rôles de "garçon manqué à gros nichons et chute de rein d'enfer" paraît là comme effacée, complètement à côté de ses pompes. Ses cris de frayeur sont par exemple à inscrire dans les annales de l'Actor's Studio.
Dans le genre thriller SF à poursuites marino-nocturnes, on déjà fait mieux au pays du 7ème art...

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 3/10 Sylvain Grenon

25 juin 2000

Doit on prendre ce film au second degré ? Je me pose encore la question tant le film est grotesque de bout en bout. Je ne vais pas m'étendre plus que cela sur le film mais j'aimerai faire une remarque : Les transformations des hommes et animaux en être mi bilogique - mi robotique posent un problème de représentation :
- soit on a les moyens de ses ambitions et on réalise des trucages époustouflants qui nous font croire à la transformation (Genre Alien ou The Thing)
- soit on a pas les moyens, et on choisit  d'en montrer le minimum pour faire jouer l'imagination.
Le réalisateur lui tombe dans tous les panneaux et il suffit de voir la scène où Donald Sutherland réapparait en semi-robot pour comprendre tout l'échec de l'entreprise. Un film à fuir.

Avatar choisi par le scifinaute