Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Une créature de rêve

(Weird Science)

 Les critiques

Nombre de critiques : 3

Total des points : 13

Moyenne obtenue : 4.33/10

n°3 - 4/10 Chris

04 mars 2012

Effectivement moi en tout cas j'avais aimé ce film à douze ans l'âge que j'avais quand je l'ai vu et il m'a marqué. Car si l'on peut créer sa créature de rêve à coup de micro processeurs et autres bytes l'avenir radieux s'ouvrait devant nous, bien sûr à treize ans je déchantais et la réalité fut toute autre ! Ce film a peut-être inspiré S1MONE (où IDORU de Gibson en livre) un peu plus tard bien que celle-ci soit une créature numérique.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 5/10 Ubik

27 février 2011

Bon, il faut l'avouer : pour regarder ce film il faut déconnecter son cerveau ! Dans cette variation pour teenagers boutonneux de la créature de Frankenstein on nage dans le grand n'importe quoi. Le scenario est débile, la mise en scène tout juste correcte... John Hugues a fait beaucoup mieux (notamment avec BREAKFAST CLUB).
Pourtant UNE CREATURE DE REVE possède un certain charme, surtout si on n'a pas oublié l'adolescent qu'on a été. Hugues parvient à rendre sympathiques et même touchants ses 2 "héros" qui ont bien du mal à se prendre en main et à passer ce stade parfois délicat de l'adolescence. Et puis, si on n'est pas réfractaire à l'humour potache, on peut prendre plaisir à certaines scènes. En prime : un Bill Paxton complètement siphonné dont la transformation en masse gluante est un gros moment de délire.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 4/10 KX69

10 juin 2009

Peut-être aurais-je aimé ce film si je l'avais vu à douze ans. Peut-être même, nostalgie aidant, aurais-je apprécié de le revoir. Mais ce n'est pas le cas. « WEIRD SCIENCE » n'est pas « RETOUR VERS LE FUTUR » même si les films sont proches au niveau des intentions et il m'apparaît comme une comédie lourdingue pour ados boutonneux. Le scénario est bien faiblard et n'est jamais crédible: on ne croit pas à la création de la jeune femme, on ne croit pas qu'un des deux gamins puisse captiver une audience de piliers de bar, on ne croit pas que la fête qu'ils organisent puisse amener autant de gens, on ne croit pas que les deux greluches dont ils sont amoureux puissent à leur tour succomber à leurs charmes. Pas facile avec un sujet pareil - la création d'un objet sexuel - de ne pas tomber dans le graveleux et du coup, Kelly LeBrock qui doit à la fois être sexy et rester sage (prenant finalement la place de la grande soeur) ne semble vraiment pas très à l'aise. Reste deux-trois gags amusants et un hommage sympa à MAD MAX 2, LE DEFI (avec la présence de Vernon Wells et Michael Berryman).

Avatar choisi par le scifinaute