Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Time Lock

(Timelock)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 7

Moyenne obtenue : 3.50/10

n°2 - 6/10 KX69

27 février 2008

Dans la catégorie des DTV de l'espace fauchés, avec des vaisseaux en images de synthèse foireuses et des entrepôts pour décors (Phoenix, Dark Planet, Dead Fire) "Timelock " se distingue par des acteurs plutôt sympathiques (dont Myriam d'Abo, une ex James bond girl) et des dialogues souvent amusants. Bien sûr, le film est plein d'incohérences scénaristiques (on sort sur l'astéroïde par -73° en T-shirt, on cryogénise les prisonniers en les pendant dehors comme de vulgaires saucissons) et d'évidents futurs archaïsmes technologiques (en 2251, le vaisseau fonctionne avec une bonne vieille disquette 3''1/2) mais le film ne se prend pas au sérieux et on passe un moment pas désagréable malgré la pauvreté visuelle.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 1/10 JP

23 janvier 2006

Quel gâchis, et surtout quel dommage car l'idée n'est pas complètement mauvaise. Malheureusement derrière une affiche et un résumé plutôt séduisants se cache le grand vide. Une catastrophe.

Rien, absolument rien. On peut avoir un budget fauché et faire quelque chose d'agréable avec une bonne intrigue et du suspens. Ce n'est vraiment pas le cas, on sent très vite le manque de moyens (les commandes de la navettes façon planche de bord de voiture sans permis, les astéroïdes en mousse ou encore la fausse neige.). Toute l'histoire est prévisible et plate. Il y a les méchants, tellement méchants qu'ils arrivent à s'entre-tuer, la bonne héroïne et le gentil prisonnier là par erreur et héros malgré lui. Pendant tout le film, c'est ainsi.

Exemple sur l'astéroïde, par une température de -60 degrés les méchants sortent tranquillement en marcel sous la neige libérer les prisonnier congelés. Ils n'ont que 3 minutes avant de geler. "dépêchez-vous, il ne reste que trente secondes." "ça y est, c'est lui." "Ouvrez-moi la porte, je vais mourir. Ahh." Bref, le scénario est à l'image des décors.

Avatar choisi par le scifinaute