Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Star Force

(Galaxis)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 7

Moyenne obtenue : 3.50/10

n°2 - 2/10 Chris

14 février 2020

OH!! la toute belle bouse cinématographique de cinéma Z que voilà !! Franchement ce film est d'une nullité crasse et surtout sans l'humour sous-jacent inhérent au style bis. Non, non le scénario a été développé exprès et l'histoire tente même d'être sérieuse, avec un Sam Raimi dans le rôle d'un traître. On décroche rapidement et vu les effets spéciaux scandaleux pour un film de 1995, je me dis que les producteurs se sont surtout foutus de la gueule du public !

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 5/10 Fog Horn

16 février 2013

J'avoue que je n'ai pas pu résister à cette superbe jaquette quand je l'ai aperçue dans mon dépôt-vente favori : l'amazone Brigitte Nielsen tout de cuir vêtue brandissant un flingue énorme, l'air décidée à en découdre, et un titre aussi prometteur que terriblement anodin : STARFORCE. Ca promettait et c'est une demie-déception au final car ce n'est pas aussi nul que je l'imaginais (et donc pas aussi drôle). Cette modeste série B est en fait un rip-off de TERMINATOR qui reprend avec un soin de moine copiste tout le canevas scénaristique du film de James Cameron en remplaçant Michael Biehn par la sculpturale danoise et Schwarzy par un bad guy anonyme. C'est assez énorme, on retrouve toutes les scènes clés réadaptées : les robots qui s'infiltrent chez les résistants dans le futur (l'occasion d'apprécier une séquence en stop motion digne de STARCRASH), la fusillade dans un bar, la descente dans le commissariat, la course-poursuite en bagnole pour finir dans une usine désaffectée ! Pour un budget pareil, ce n'est pas encore trop ridicule mais ça manque terriblement d'originalité et de punch (on s'ennuie un peu quoi). Je pensais que la présence de Brigitte Nielsen allait apporter quelque-chose mais la pauvre, malgré son physique impressionnant, n'a pas énormément de charisme et ses lignes de texte semblent avoir été volontairement limitées...

Avatar choisi par le scifinaute