Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

 Retrouvez toutes les mises à jour et les news du site jour par jour

La route

(The Road)

 Les critiques

Nombre de critiques : 4

Total des points : 30

Moyenne obtenue : 7.50/10

n°4 - 7/10 Chris

26 décembre 2012

C'est un bon film quoiqu'un peu longuet parfois. Je n'ai pas lu le livre de base, mais je lui est préféré STAKE LAND, pourtant sur la même idée. Le scénario nous livre dans ce drame de SF post-apocalyptique les déambulations et la survie dans le monde redevenu une jungle sans loi d'un père et son fils et si ce road-movie se termine pas très bien, il ressemble à un cheminement intellectuel et sociétal de bon niveau. La lenteur, je trouve ici, dessert un peu le film, mais bon il vaut le coup d'être vu.

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 7/10 Fog Horn

08 décembre 2012

Ce road movie post apocalyptique est d'une sobriété remarquable et évite soigneusement les écueils de la violence complaisante pour lui préférer une terreur plus psychologique et sans doute plus efficace. Dans un monde où tout est l'agonie, la moindre preuve de vie se transforme en danger potentiel pour les deux personnages principaux qui errent dans des lieux de désolation cauchemardesques. Les diverses rencontres qu'ils feront seront pour eux l'occasion de tester leur propre humanité. Ce thème n'est pas nouveau mais la qualité de la réalisation est indiscutable. Un bon film.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 8/10 FENRIR

12 octobre 2010

Porté par une bande annonce assez maigre, un battage médiatique faible; ce film ne laissait pas présager grand chose de bon. Puis en grattant un tantinet dans la bibliothèque je retrouvais ce bouquin dont ma compagne m'avait parlé, la Route un roman de Cormac McCarthy publié en France en 2008 par les éditions de l'Olivier, roman récompensé par le prix Pulitzer de la Fiction en 2007. Du coup me voila installé à regarder The Road. De suite mon oeil se porte sur un de mes acteur préféré Mortensen et je sais que je vais passer un moment moins pire que prévu.L'univers post-apo en quasi sépia, se passant d'explication farfelues vous plonge rapidement dans une mélancolie et un désespoir à vous prendre aux tripes et on se rend compte que le décor n'est qu'un prétexte.
L'histoire s'articule entre les deux personnages, des rencontres et les pensées de l'homme. Tout n'est ici que prétextes aux silences, aux pensées, aux non dits évidents et si paradoxaux.
Du très bon, à voir et lire.
Par contre ne vous attendez pas à des tonnes d'effets numériques, à de l'action, ici c'est tout l'inverse. Pièce de théâtre portée à l'écran et servi avec brio par cet acteur de talent.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 8/10 Lukaz

26 août 2010

Intense et noir, la route nous conduit a travers un monde apocalyptique. Que c'est-il passé? Cela n'a pas, ou surtout, n'a plus d'importance. Ce qui compte c'est survivre. C'est ainsi que nous rencontrons le père et le fils, ils vont bien quelques part, mais pas de sanctuaire à l'horizon. Il faut juste avancer, le but n'est qu'un prétexte. Sur la route L'un apprend à l'autre à rester un être humain. Mais comment ne pas devenir une bête lorsque les meutes s'acharnent à vos trousses?

Un film fort qui frappe aux tripes. Ici, point de discours métaphysique ou de bouquin sacre à sauvegarder, Denzel Washington a pris un autre chemin. Les deux survivants en restent à l'essentiel avec pour seul vrai bagage les sentiments qu'ils ont l'un pour l'autre. Le film est presque minimalistique et très beau en même temps. La photographie dans les tons gris et froid ne fait que nous pousser dans les bras de nos deux héros pour y trouver un peu de chaleur.

Viggo Mortensen nous offre un jeu tout en souffrance et en peine. On le sent vide et il nous transmet la fatigue de son personnage qui nous retombe lourdement sur les épaules. Un grand acteur qui âpres "An History of Violence" est capable de nous servir autre chose que de l'Heroic Fantasy.

La Route, un des meilleurs films que j'ai vu ces dernières années. Je le classe a cote de "Children of Men" sur mon étagère.

Avatar choisi par le scifinaute