Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Planète hurlante

(Screamers)

 Les critiques

Nombre de critiques : 16

Total des points : 114

Moyenne obtenue : 7.13/10

n°16 - 7/10 Fog Horn

14 septembre 2014

Avant tout, on peut pour une fois saluer l'inspiration du distributeur français qui a eu bon goût en traduisant le titre car, il faut bien le dire, PLANÈTE HURLANTE, ça claque à l'oreille ! Pour en revenir au film en lui-même, il constitue un bon exemple de série B réussie : un budget modeste, pas de stars au casting (hormis le toujours aussi charismatique Peter Weller) mais un script solide exploitant avec habileté et une certaine perversité le concept de l'intelligence artificielle dans le domaine militaire. Il est vrai que l'ensemble n'est pas visuellement exceptionnel, mais le spectateur l'oublie vite car le réalisateur a su construire un background crédible et installer une ambiance de doute efficace. De plus, plusieurs surprises bien senties pimentent l'histoire. Une production à redécouvrir.

Avatar choisi par le scifinaute

n°15 - 6/10 PONS Jean-Claude

21 octobre 2012

PLANÈTE HURLANTE est l'adaptation d'une nouvelle de Philip K. Dick (pas lue) et l'esprit dickien est bien là. Il s'agit donc de faux semblants, de machines qui se mettent à ressembler à des humains, d'identités incertaines. L'idée que des machines tueuses (ici les screamers) et « vivant » sous terre (le Diable ?) puissent devenir autonomes, s'autoreproduire et surtout s'autoperfectionner jusqu'à prendre une apparence humaine, cette idée très dickienne est vertigineuse. Elle permet en outre à la paranoïa de se développer à l'infini. Les décors du film sont splendides, surtout les immenses intérieurs industriels déglingués et étouffants. Malheureusement le film est gâché par une fin trop longue, sentimentale et ridicule. Mais la toute dernière image (pas question de la dévoiler bien que personne ne pourra être surpris), en forme de pirouette, est assez réjouissante. On se dit : Le réalisateur ne va pas nous faire le coup. Eh bien, si, il nous le fait.

Avatar choisi par le scifinaute

n°14 - 9/10 R. C.

11 octobre 2011

Un énorme coup de coeur ! Toute petite déjà, j'adorais la Science Fiction, et j'ai toujours été à l'affut de la moindre adaptation des K Dick. Lorsque j'ai eu la VHS entre les mains, je me suis dit que j'avais là un gros navet, un raté ... J'ai été mauvaise langue. Ce film est une merveille : sentiment d'oppression, de solitude, de paranoïa, et puis ce silence ... Bref, ce film a certes, mal vieilli en terme d'effets spéciaux, mais ne passez pas à côté si vous aimez K Dick. ... Une dernière chose : "je peux venir avec vous ?" ...

Avatar choisi par le scifinaute

n°13 - 8/10 Sans nom

31 octobre 2007

La première fois que je l'ai vu, je m'attendais à un produit standard sans bien savoir quoi que ce soit à son sujet et ce fut une excellente surprise. Le scénario m'avait immédiatement fait « tilt ! ». Bon sang mais bien sûr, c'est tiré de la nouvelle de Philip K. Dick, « Deuxième variété » que j'avais lu dans le recueil « Les défenseurs » ! Ce n'est d'ailleurs pas la meilleure du livre et je me demande si ils n'ont pas ajouté deux trois éléments d'une autre nouvelle. Il faut avouer que ce cinglé de Dick a rarement déçu à chaque adaptation au cinéma tant son univers d'anticipation paranoïaque est du caviar.Même avec de petits moyens, sans comparaison avec ceux de Ridley Scott, Verhoeven ou Spielberg, Christian Dugay a réalisé un film passionnant, au suspens de la découverte progressive des versions de plus en plus perversement sophistiquées des « Hurleurs » très bien mené. Il ne pêche que par l'interprétation un peu juste de certains comédiens (surtout le grimaçant Roy Dupuis) contrebalancée par le toujours impeccable Peter Weller et le charme de Jennifer Rubin dans un rôle dickien par excellence qui rappellera la Rachel de « Blade Runner ».
Difficile d'oublier la version gamin avec nounours (« Je peux venir avec vous ? ») et le très inquiétant pied de nez final, loin des conventionnels happy end.
Le titre français « Planète hurlante » ne me dérange pas, je le trouve pour une fois plutôt bien choisi et une traduction littérale aurait pu prêter à confusion avec « Hurlements » de Joe Dante.
A noter la présence au scénario du grand Dan O'Bannon qui avait travaillé sur « Alien » et... « Total recall », autre merveille née du cerveau bien frappé de Dick.

Avatar choisi par le scifinaute

n°12 - 9/10 Sans nom

07 mars 2003

Voilà un bon vieux film de série B comme on les aime, entre nanar et chef-d'oeuvre, acteurs sympas bien trempés limite clichés, humour bref et percutant, scénar costaud... Un régal dans le genre!

Avatar choisi par le scifinaute

n°11 - 6/10 Sans nom

18 février 2003

Bon, je crois que tout a été dit dans ces critiques. Perso, j'aime bien l'ambiance "de guerre absurde" qui traîne dans ce film désabusé. Ils fument des cigarettes rouges pour éviter les radiations. Plus personnes ne sait pourquoi l'on fait la guerre. Bref un coté déjà très noir. Une équipe part menée par un idéaliste amateur de Mozart, pour mettre fin à ce bordel sans nom, en cours de route, ils découvrent que les machines de guerre ont muté et se substituent maintenant à la connerie humaine. Très bon ce coté humour noir, auto dérision de l'humain belliciste. Avec des personnages un peu hors norme, et au cerveau un peu ramolli par la guerre. Certes le budget est si bas... on est loin d'un TERMINATOR par exemple, ici seule la fausse neige est bien faite. De bonne scènes "fracas", limite plan de junky, genre le mome au nounours qui se fait degommer a la roquette. Que du bonheur.... Voila sinon on peut trouver ça un peu naze, enfin ça dépend. Ca reste basé sur du K.Dick, alors bon..ca peut compter ;)

Avatar choisi par le scifinaute

n°10 - 8/10 skavenger

08 octobre 2002

Ce film est vraiment bien, malgré des défauts au niveau des effets spéciaux ( un film d'auteur n'a pas les moyens de G.Lucas alors qu'il fait des films moyens ), l'histoire est excellente (merci K.Dick) et on ressent l'angoisse des personnages.

Avatar choisi par le scifinaute

n°9 - 2/10 Sans nom

06 juin 2002

Hum, attention les ficelles pour les "trucages" c'est gros, c'est gros... ce film est lourd en plus... il me semble avoir reconnu le murphy de robocop, c'est ça??? et bein... le scenario, là aussi y'a une idee, 5 minutes, puis on l'oublie... c'est une serie b trop moyenne a mon gout, de toutes façons, j'aime pas les series b, j'en trouve pas de bonnes : ((

Avatar choisi par le scifinaute

n°8 - 8/10 Sans nom

19 mars 2002

J'ai vu ce film pour la première fois au festival de Gerardmer 1996. J'avoue avoir un sentiment mitigé. C'est évident que ce film manque de moyen ... peu d'acteurs, c'est dépouillé. C'est vrai que certains passages sont en trop, ou trop longs. J'aurais personnellement supprimé la sortie initiale du bunker ... voir deux types marcher dans le sable, dont l'un écoutant son walk-man dernière génération c'est du remplissage. Mais l'idée est évidemment excellente (si c'est du Philipp K. Dick de la belle époque, alors c'est normal). Le traitement n'est pas mauvais. L'entrée en matière est très bonne, la sortie en nombreux exemplaires du modèle "petit garçon au nounours" du bunker est bonne, et la dernière séquence du film avec le nounours négligemment jeté dans un coin de la navette de secours est sans doute une des meilleures que je connaisse, franchement. C'est donc un film très valable à mon sens.

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 5/10 Martin Stephane

27 décembre 2001

Ce film aurait tout pour plaire aux amateurs de SF car il n'a pas trop fait parler de lui et c'est tout en son honneur car le resultat est décevant. Son plus grave défault est le rythme car en effet cela part canon par une scéne avec l'epée devant la base de quoi donner de bons frissons. Puis ça parle, ça parle et ça parle tout le long notamment lors du trajet. Le réalisateur s'apperçoit même qu'il est déja arrivé à la fin du film pour nous expedier l'idée de celui-ci: les androides qui commencent à possèder des sentiments humains (ici l'amour) et a nous ressembler. Théme qui aurait pu etre mieux traité ici (notament en remplacant les scénes aux discours trop longs). Reste quand meme un bon film qui mange pas de pain.

Avatar choisi par le scifinaute