Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Peut-être

(Peut-être)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 12

Moyenne obtenue : 6.00/10

n°2 - 6/10 Chris

04 août 2008

Du bon Klapisch, pour son premier film de sf, plutôt sympas. Il explore les relations temporelles avec un ton juste. Un bon point pour Duris et Belmondo.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 6/10 Fabien Tournel

10 avril 2001

Cédric Klapisch, l’un des grands chefs actuels de la comédie sociale française (Chacun cherche son chat, Un air de famille, Le péril jeune) poursuit sur sa brillante lancée en ajoutant une poignée de science-fiction dans son chaudron magique. C’est malheureusement là que le bât blesse car la partie fantaisiste manque légèrement d’intérêt et d’épaisseur, pour tout dire d’originalité transcendantale, tant dans les motifs du voyage temporel (un certain Marty McFly veillait déjà dans Retour vers le futur à remettre sa naissance à l’ordre du jour ; et il commençait aussi à devenir transparent, sur une photo de famille) que dans la vision d’un futur ensablé (Paris en 2070 présente notamment de nombreuses similitudes avec Mos Esley, petit astroport malfamé d’une galaxie très, très lointaine...). Ce n’est finalement que dans les premier et dernier quarts d’heure que le film trouve des marques authentiques, “klapischiennes”, avec une multitude de petits portraits et tranches de vie savoureux, toutefois plus superficiels que dans ses autres films, faute de temps consacré. Le vrai centre d’intérêt du film, le noyau comique, réside dans la relation père-fils peu orthodoxe entre Romain Duris (grand adolescent indécis et bousculé par les évènements) et Jean-Paul Belmondo (patriarche à la crinière d’argent redevenant un gamin ému devant son gamin de père). Le duo est remarquable, tout comme l’ensemble des comédiens. Le film s’achève sur des “premières fois” croisées. En devenant mâture et responsable, dans le corps comme dans l’esprit, la jeunesse parvient à franchir un cap important, plus important que l’an 2000.

Avatar choisi par le scifinaute