Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Passé virtuel

(The Thirteenth Floor)

 Les critiques

Nombre de critiques : 10

Total des points : 64

Moyenne obtenue : 6.40/10

n°10 - 4/10 Fog Horn

09 janvier 2014

Roland Emmerich oblige (ici à la production), voilà un produit SF très formaté. La réalisation sans caractère de PASSÉ VIRTUEL ne parvient pas à camoufler la paresse d'un scénario qui n'exploite pas son idée de départ pourtant intéressante. Pire ! Le scénariste est même pris en flagrant délit de plagiat puisque tout un pan de son histoire est "emprunté" à DARK CITY sorti l'année précédente (avec moins de finesse évidemment). S'il souffrait d'un style auteurisant parfois plombant, le téléfilm LE MONDE SUR LE FIL (qui adaptait le même roman) avait su développer des pistes de réflexion sur le concept de réalité virtuelle. Ici, que nenni ! Tout n'est que superficiel et sans surprise pour un résultat grand public mais sans saveur.

Avatar choisi par le scifinaute

n°9 - 8/10 Sans nom

15 novembre 2011

Si l'on créait parfaitement et donc virtuellement une ville entiére d'une époque donné avec tous ses habitants ceux ci vont ils s'en rendre compte? Tout simplement bleuffant. Une approche des univers "paralléles" personnage par personnage tous aussi différents et impliqués soient ils dans ce projet. A noter la performance de l'acteur connu pour avoir joué "baleine" dans full métal jacket et hélas visible de peu de rôle plus "ordinaire".

Avatar choisi par le scifinaute

n°8 - 8/10 clark

20 novembre 2008

Je l'ai déjà regardé plusieurs fois et je trouve le scénario vraiment très bien tourné et la trame de l'histoire est prenante. Et pour ceux qui se disent "ouais ... c'est une copie de Matrix sans les effets spéciaux", je dis NON car ce film est sortit dans les salles 2 jours avant Matrix… Mais il n'a pas connu un grand succès à cause justement de la sortie de Matrix !!!

Et pour info TOUS les films sont commerciaux (personne ne fait un film juste pour le fun mais pour qu'il soit un minimum rentable histoire de pouvoir vivre de sont travail...) certains y mettent plus de moyens que d'autres tout simplement ...!!! Un film à regarder au moins une fois.

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 7/10 Chris

18 novembre 2008

Film adapté d'un livre de Daniel F. Galouye, "Simulacron 3", et qui colle parfaitement à l'ouvrage, écrit pourtant à la fin des années 60! Josef Rusnak réalise avec talent cette fable SF sur les dangers des couches de réalités virtuelles. Et si ceci n'était pas notre monde! A voir!

Avatar choisi par le scifinaute

n°6 - 9/10 Eoforwine

22 mai 2008

Puisque la plupart des "excellents" films sont d'abord tirés du monde des livres, il n'est pas inutile de rappeler que celui-ci est une des adaptations de "Simulacron 3", de Daniel Galouye, un petit gars de Louisiane né en 1920, la même année -quelle coïncidence- qu'Isaac Asimov, Frank Herbert ou l'immense Ray Bradbury.
"Une" des adaptations, car le grand Fassbinder himself s'attela dès 1973 à réaliser "Welt am Draht", la première, à peine 9 ans après la sortie du livre. C'est dire si l'oeuvre possède de la substance.
Comme Gizmil le soutient, la profusion d'effets spéciaux est une caractéristique du film commercial (hormis The Island et Minority Report), et la sobriété relative dont fait preuve Rusnak ici ne sert que mieux la portée philosophique du récit.
En bref, aussi excitant que "Strange Days" ou "Twelve Monkeys"

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 8/10 JP

18 janvier 2006

Une excellent film sur les réalités virtuelles et qui aurait mérité bien plus d'attention qu'Independance Day. Certes, on pense inévitablement à Matrix... Où est le réel ? Où est le virtuel ?
Fuller, informaticien senior, a recréé à l'aide de son ami Hall un univers virtuel (Los Angeles de 1937) dans lequel il se projette. Mais voilà un matin Hall se réveille dans une chemise ensanglantée et apprend que Fuller a été assassiné dans la nuit. Est il victime d'un complot ? Juste avant sa mort Fuller lui a laissé un message disant qu'il vient de faire une découverte effroyable et qu'il confie une lettre à un barman dans son monde virtuel, contenant toutes ses révélations. Pour trouver une explication, Hall il va devoir se projeter dans l'univers virtuel encore expérimental de Fuller.

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 8/10 Gizmil

03 décembre 2005

Personnellement, j'ai bien aimé ce film mais il est clair qu'il s'agit là d'un film de série B. Il a néanmoins ses qualités en tant que film de science-fiction. L'intrigue est passionnante et le voyage au coeur de la machine est intéressant. On pourrait dire que ce film est un Matrix vu autrement, avec les effets spéciaux en moins.

Eh bien, oui, ce film est philosophique et tourné sous forme de polar de science-fiction. Par ailleurs, rappelez-vous que point n'est besoin de faire des effets spéciaux de fous pour obtenir un film de science-fiction! Par définition, les films de s-f sont là pour nous faire réfléchir sur les "possibles", la technologie, le futur, sur certaines questions métaphysiques, etc mais pas forcément pour nous gaver d'effets spéciaux qui sentent le film commercial. Dans le genre, on trouve "Existenz "ou moins connu, un film français: "Simple Mortel" (il y en a d'autres, bien sûr). Evidemment, les amateurs de tubulures et de lasers seront déçus mais il en faut aussi pour les autres! Si vous pensez pouvoir apprécier ce genre de films, n'hésitez pas! Pour ma part, je trouve qu'il se laisse regarder sans problème!

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 1/10 OsTiL

30 mars 2004

Haaaaaaaaa!!!! Je n'ai qu'un mot pour qualifier ce film : "étron" ou daube ou naze ou tout autre qualificatif du même acabit qui vous conviendra!! Vous avez déjà regardé un film et à la 7ème minute vous vous dites "Merde!! Les c*** ils ne vont quand même pas faire ça!!!" car vous venez de piger toute la trame du scenar?? he ben voila!! Un scénario qu'il est convenu d'appeler "en bois", des effets spéciaux lamentables surtout car jamais utilisé à bon escient. Je m'explique; pourquoi utiliser un effet comme celui qui permet à neo dans Merd'trix de sortir alors que vous pouvez l'utiliser pour modifier le serveur N°1658 que l'on voit 12 secondes au 8ème plan!!.... Navrant!! Enfin voila!! Si il vous reste 2 litres de rhum vous pouvez le regarder........Vous le trouverez peu être drôle..........

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 3/10 Sans nom

17 juin 2003

Ce film , à mon sens, est nul. Un autre avatar du concept insipide "Cyber", proche de la série Z, ce film surfe sur le succès de Matrix et Dark city en reprenant les mêmes ingrédients.....et en beaucoup moins bien. Je m'explique: des acteurs "rentre dedans" qui surjouent, des effets-en-veut-tu-en-voilà jamais au bon moment...un scénario qui pourrait donner quelque chose mais sous exploité par la volonté de nous en mettre plein les yeux, tout y est: le scientifique incompris derrière ses machines mais sympa, les petits gadgets électroniques qui ne servent à rien, la fille canon, etc etc etc...

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 8/10 Le Rescator

28 octobre 2002

Surprenant petit produit dédié au marché vidéo, et qui aurait bien mérité la sortie sur les écrans (en France du moins). Mais c'est que le bougre de signataire du long métrage n'était pas aussi connu à l'époque que lorsqu'il commettra quelque temps plus tard le très patriotique "Independance Day". Roland Emmerich ne se ressemble d'ailleurs pas entre ses deux oeuvres de même périmètre SF. Autant "ID" était-il guerrier et d'un style pompier aux limites du second degré involontaire, autant "Passé Virtuel" paraît stylisé et fin, par contrecoup évident d'une absence de moyens hollywoodiens. On prend néanmoins un plaisir non feint, dans les méandres de cette histoire d'aller-retour dans le passé, via machine électronique et programmes informatiques. Cela manquerait juste (mais c'est le perfectionniste qui parle) d'un peu plus de "technologisation" de la chose, de "scientifisation" à coup de formules mathématiques, de potions jaune fluo, de lasers ou de déchirures spatio-temporelles. Ici, le bond dans le temps ressemble un peu à la manière d'un des derniers "Star Trek", avec ces logiciels contextuels qui envoyaient Picard faire joujou, en version hologramme immergé, dans les bars à macs des années 30. Le virtuel lambda quoi.
Autre légère faiblesse inhérente à l'exercice : on ne prend réellement son pied qu'à la première vision, sur ce type de scenario où la chute explique tout sous un angle nouveau et définitif façon "bon sang mais c'est bien sûr". Cela dit, l'épilogue demeure assez surprenante, au sein d'une histoire où l'on a semé les fausses pistes avec un soin évident.
Et puis le rythme, la photographie, la lumière, le casting compensent parfaitement ces quelques imperfections et redonnent de l'intérêt (de cinéphile s'entend) à chaque visionnage. Tout comme le soin apporté à la reconstitution historique de l'Amérique des années 30/40, avec des effets spéciaux ultra-discrets (que montre bien d'ailleurs le tirage DVD du film).
A souligner aussi une excellente bande son, notamment "optimisée" par la présence des Cardigans, sur un titre pop-rock des plus convaincants. Bref un bon moment de SF garanti sur facture, qu'il vous est recommandé de regarder un de ces w-e où l'on se demande quel film louer après avoir épuisé tous les Star Wars, Matrix et autres Alien...

Avatar choisi par le scifinaute