Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

The Man from Earth

(The Man from Earth)

 Les critiques

Nombre de critiques : 12

Total des points : 104

Moyenne obtenue : 8.67/10

n°12 - 8/10 PA

15 septembre 2012

Un huit clos anthropo-phylosophique porté à l'écran avec grace et profondeur. Un OVNI dans la sf qui aborde le theme de l'immortalite du corps et non de l'âme au scénario dont je dois dire qu'il est peu commun dans le genre. Le jeu d'acteur est réaliste et distancié ce qui lui confere une extraordinaire substance narrative ambigue, jalonnée de surprises théatrales.

Avatar choisi par le scifinaute

n°11 - 9/10 Sans nom

12 février 2012

Magnifique !! La façon dont l'intrigue est amenée au cours du film est époustouflante. Une interactivité se crée entre les acteurs et le téléspectateur, autrement dit , on aurait presque envie d'intervenir quant à leurs discussions. Soit, j ai trouvé ça génial ! Et bien que je le trouve parfois politiquement incorrect (ce que j'adore), il nous amène à réfléchir sur un éventail de points de vue philosophique, politique et religieux . Bon film ! XXX

Avatar choisi par le scifinaute

n°10 - 9/10 Alien

03 août 2011

Que du bonheur! enfin de la s.f. qui nous fait réfléchir sans sfx sans sauveur de l'humanité! Un huit clos simple et efficace dans les dialogues. A voir absolument pour ceux qui ont des certitudes. Il manque juste des feed back sur les aventures de notre man from earth...

Avatar choisi par le scifinaute

n°9 - 5/10 Dauscher Olivier

04 juillet 2011

Imaginez que vous êtes un cro-magnon, dernière période, que vos cellules, au lieu de se renouveler tous les jours, tous les mois et tous les 10 ans, puis plus du tout, se régénèrent en permanence... cela ferait de vous un individu immortel. Séduisant comme idée !

Et bien c'est ce qui est arrivé à notre héros aux tendances écolos. Il vit dans la nature sauvage, chasse à l'arc, et a décidé in extremis de convoquer ses amis professeurs de faculté (tout comme lui) pour leur dire adieu. Il a quelque chose d'important à leur révéler. A voir sa tête triste, on se dit qu'il est gay ou qu'il a le sida, ou un truc grave dans le genre... tout faux : il va leur annoncer qu'il est vieux de 10000 ans environ, et à quelques jours près. Moi, un mec me dit çà, je lui réponds aussi sec de boire un truc frais et d'aller s'allonger. On ne le dira jamais assez : dans le désert, le soleil tape fort.

Ses potes, et bien, ils apprécient la chose de différentes façons, entre incrédulité et agacement. Et pendant 1 heure, il n'arrête plus, le bougre! "J'ai été chasseur-cueilleur, gaulois sous Vercingétorix, arabe sous les califes, juif sous Ben Gourion et j'ai même été chinois sous Mao". Ses copains profs ont beau avoir les idées larges,ce sont des profs façon Woodstock et pas Cambridge, ils manifestent à son égard des sentiments globalement agressifs,à l'exception de l'inévitable personnage féminin (nous sommes dans une production us), plus jeune, qui n'arrête pas de frétiller du croupion devant lui. C'est qu'il est séduisant son héros dix fois millénaire. Il ne vieillit plus, donc il a de bon gênes, donc forcément un bon géniteur potentiel.

Attendez, c'est pas fini. Le gars a rencontré le bouddha,"un homme bon"(si tu le dis), dont il a suivi l'enseignement, pour finir par fonder, par le plus grand des hasards, le culte chrétien. Ben voyons! Le bouddhisme à l'origine du judaïsme... celle-là, on me l'avait pas encore faite. Et mec, t'aurais pas un peu forcé sur l'herbe pendant tes études à Berkeley?

En gros, les hommes n'ont pas retenu le message de paix et de bonté, et les prêtres s'en sont vite emparé pour les encadrer de règles strictes (le dogme). Le divin, le sacré? Cela n'existe pas... ils ont cru à un dieu parce que l'homme ne vieillissait pas. Moi, je veux bien... nous savons tous que l'ancien testament, maintes fois retranscrit ou traduit, est un ramassis de faits inventés ou approximatifs, mais la foi, et c'est un agnostique qui le dit, n'a pas besoin de démonstrations ou de preuves scientifiques. Si l'auteur n'a pas compris cela la cinquantaine venue, il est irrécupérable.

Devant l'histoire invraisemblable que leur sert le héros, la prof la plus âgées réagit mal. Il a attaqué ses convictions. Elle est donc représentée comme la réactionnaire du groupe. Le prof. de biologie (ou de physique, je ne sais plus...) la remet en place. Il est bien né, lui, dans le Judaïsme, sa femme dans L'Islam, et leur fille a rejoint l'Eglise de scientologie. Bravo! Bel esprit de tolérance. Et ton gendre, il serait pas Krishna,par hasard? Donc Jésus, invention des hommes, c'était lui! Mais alors j'y suis, Jack l'éventreur, Santa Claus, c'était toi aussi?

Continuons. Notre héros est immortel. Il a attrapé à peu près toutes les maladies y compris la variole ("çà, ça faisait très mal"). Il ne sait toujours pas s'il est invincible."Je ne marque pas", dit-il. Le scénariste a réponse à tout. Et si je te tire une balle en pleine tronche, elle repousse?

Parmi les rares bons points du film, le fait que le personnage n'ait pas gardé le souvenir de tout ce qu'il a pu vivre. Logique, puisque pour continuer d'apprendre, il nous faut oublier quantité de choses. En fait, il apparaît que notre cerveau retient absolument tout, enregistre le moindre détail, mais nous ne savons pas ou ne pouvons pas accéder à tous les compartiments de notre mémoire. De même, le héros n'a su qui il était qu'au travers de faits relatés. Là encore, logique. Les faits ne deviennent des repères que lorsqu'ils sont nommés. De la même façon, les évènements ne deviennent historiques qu'une fois relatés par les hommes. Il ne s'agit pas, dans cette aventure, de réincarnation ou de vampirisme, mais bien d'immortalité. Ce thème a déjà été abordé par une série, HIGHLANDER, et en mieux,à mon avis.

Le film soulève de nombreuses questions philosophiques et religieuses, mais y répond trop souvent de manière naïve, voir ridicule, jusqu'à l'incontournable chanson pop-fm du générique de fin, du style "j'ai traversé les époques et perdu tous mes amis,oh yeah..."

MAN FROM EARTH est la preuve irréfutable, à l'insu de son auteur, qu'il y a bien une façon de gauche et une de droite d'aborder l'existence. La communauté du Web a déjà décrété que le film était une sorte de chef-d'oeuvre. J'en prends acte.

Ps. Le film sera diffusé gratuitement sur le net. Super! Nous, ce qu'on veut, c'est la musique gratuite, le cinéma aussi, la bouffe et le logement à l'oeil. Qui payera les techniciens et toute cette gratuité? On s'en fout!

Avatar choisi par le scifinaute

n°8 - 9/10 Sans nom

15 mars 2011

Un film de science-fiction incroyable où des acteurs relativement peu connus en Europe nous livrent une prestation de très grande qualité. L'un des meilleures films de science-fiction qu'il m'ait été donné de voir. Preuve en est que, même sans argent, il est possible de réaliser de grands films. Partant d'un synopsis d'une simplicité à faire peur, le réalisateur nous emmène dans un film lourd en émotion où les rebondissements ne cessent jamais. Accrochez-vous bien car ce film est un chef d'oeuvre.

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 9/10 sougris

07 décembre 2010

sublime! Ce film surpasse par la qualité de son scénario et sasobriété bien d'autres films à gros budget. A ranger dans la série culte. Un huis clos qui s'enrichit d'un suspense qui monte progressivement on aurait aimé que cela dure. Une suite peut-être ?

Avatar choisi par le scifinaute

n°6 - 9/10 Sans nom

23 septembre 2010

Cet OVNI cinématographique nous offre de nombreuses pistes, et notamment le vieillissement du souvenir. Pour un être humain aussi âgé que Oldman qui le dit si bien, l'esprit ne peut se rappeler de tout et les souvenirs sont flous et commencent même pour un immortel à s'effacer au bout de quelques milliers d'années (alors 40.000 Ans!). La sélection mémorielles se ferait par les bons souvenirs et désagrègerait à terme les lieux et les routes prisent. Le cheminement de John ne peut se faire que grâce à l'ouverture cérébrale de nouveaux champs mémorielles à l'intérieur d'un cerveaux à l'instar des disques durs. Un fourmillement d'idées séduisantes dans ce film au scénario épatant.

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 9/10 Lukaz

28 juin 2010

Excellente interprétation de l'Ex-Cameleon qui joue ici un homme qui ne peut pas mourir. Profond et bouleversant ce téléfilm fait la part belle à un scenario magnifiquement écrit et servit par des acteurs au ton juste. Dans se huis-clos, on passe de l'émerveillement à la claustrophobie. On est à la fois le gamin ouvert d'esprit qui veut apprendre que l'adulte accroche à ses certitudes qui refuse que le monde puisse être différent de ce qu'on l'a conditionne à croire.

Comme d'autre l'écrivent, pas d'effet spéciaux, pas de cascade ni d'hémoglobine. Je ne suis même pas sur que l'auteur ait eu envie de passer un message mais nous offre plutôt un conte moderne rafraichissant et intense.

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 10/10 Sans nom

03 novembre 2009

Peut être la plus grande histoire jamais racontée. Jerome Bixby dresse le temps d'un film le bilan de toute l'humanité. A regarder en version originale. Ce film est diffusé gratuitement sur internet selon les dernières volontés de son créateur.

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 7/10 Chris

16 mars 2009

Une digression théologique et philosophique sur le mode de l'immortalité, un thème cher à beaucoup d'auteurs de science-fiction qui ont écrit sur ce sujet (voir : Histoires d'immortels, en livre de poche). Si l'idée n'est pas novatrice le traitement l'est déjà plus. Ici pas de clinquant pas d'effets spéciaux, une histoire racontée par un homme de 14000 ans à un groupe d'amis. Un scénario tout en nuance à rapprocher du film K-PAX. Jusqu'à la fin John Oldman (ça ne s'invente pas!) captive son auditoire qui se laisse emmener dans une discussion sur la déification et l'altération des mythes transmis et déformés au cours des âges. Un scénario simple, mais efficace, plutôt pas mal. C'est aussi çà la SF. Demandez à John Oldman, on ne devrait pas voir mourir un enfant adulte, pauvre Will!

Avatar choisi par le scifinaute