Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Mad Max 2, le défi

(Mad Max 2)

 Les critiques

Nombre de critiques : 7

Total des points : 59

Moyenne obtenue : 8.43/10

n°7 - 9/10 KX69

18 septembre 2015

Cette suite perd le côté malsain du 1er film mais décuple son côté western avec son attaque de fort puis celle du camion citerne. D'ailleurs, les membres de la tribu d'Humungus ont souvent des costumes qui évoque les iroquois (mais revisité SM, cuir et fétichisme). Et Mel Gibson rejoint la famille des héros solitaires quasi-mutique proche de Clint Eastwood, qui va (presque) contre son gré apporter assistance au groupe de pionners harcelés. La musique d'ailleurs, presque décalée, appuie le caractère dramatique et mythique du film et de son personnage principale. Le spectacle de cirque est aussi très présent que ce soit dans les poursuites ou dans la scène nocturne de torture d'habitant de la raffinerie par Humungus. D'ailleurs, MAD MAX 2 aura une grande influence sur les troupes de spectacle de rue (ArChaos) et l'on retrouvera ce côté grand barnum dans FURY ROAD avec entre autres les perchistes motorisés. MAD MAX 2 nous en met plein les yeux, avec d'hallucinantes cascades mais aussi une qualité de mise en scène à la hauteur de celle de MAD MAX 1.

Avatar choisi par le scifinaute

n°6 - 8/10 Chris

29 novembre 2008

Certainement aussi bien que le premier, et plus ici sur le mode post-apocalyptique que néo-apocalyptique, un second opus surprenant et une idée forte sur la bataille pour l'énergie (le pétrole). Mel Gibson magnifie son personnage sans qu'il soit trop écrasant. Les guerriers punks après ce film ont été copiés partout et longtemps. Vraiment génial!

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 10/10 Fog Horn

12 juin 2002

Grisant ! Encore plus science-fiction que l’épisode précédent, MAD MAX 2 : LE DEFI est ce que l’on a fait de mieux dans le genre aventures post-apocalyptiques. Le scénario est déjà très accrocheur et franchement original. La réalisation est nerveuse, la caméra se ballade partout. Du début à la fin, on n’a pas le temps de souffler ! Les courses poursuites n’ont jamais été aussi haletantes et les cascades sont des modèles du genre. Enfin, Mel Gibson en justicier solitaire est vraiment convaincant. Du grand spectacle !

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 10/10 Sans nom

27 mars 2002

8 ans c'est l'âge que j'avais quand j'ai vu ce film le premier film violent que j'ai eu l'occasion de voir... Franchement impéccable... C'est devenu un de mes films cultes... Le scénario est certes déconcerntant mais sans vouloir rabacher des clichés il les évite comme il faut pour un film de son époque... Merci à Miller de nous avoir offert une tellle vision du monde ... où nous sommes peut être amené à déboucher ????

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 4/10 Sans nom

18 septembre 2001

Je trouve que ce film fait vraiment serie b, je trouve l'idee originale, mais l'auteur en fait trop dans la barbarie : on a bien compris dés le debut du film qu'on est dans le contexte d'une civilisation decadante, et il aurait pas du trop en faire dans ce sens, et creuser d'autres aspect que ce genres de scenario post apocalyptique peut presenter... mais bon, je suis mal placé pour critiquer un film qui a fait des millions d'entrees, le mec qu'a fait le film en a donne pour son argent au spectateur de l'epoque qui voulait voir ce genre de film d'action, voila, c'est ça: l'action predomine trop, domage car y'avait plus à creuser, je suis resté sur ma faim, même waterworld ne m'a pas rasazie...

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 9/10 BELMONT Frédéric

05 juin 2001

Sans chercher à brosser la précédente analyse dans le sens du poil, je dois reconnaître que Mad Max 2 est un film qui m'a grandement marqué et que je préfère aux deux autres. Tandis que le premier volet se déroulait dans un futur (trop) proche décadent à la Orange Mécanique, le second opus du guerrier solitaire nous plonge dans un monde post-apocaliptique génial. Tous les ingrédients sont là pour nous séduire : les étendues désertiques d'une contrée indéterminée, la course au pétrole, les survivants qui retombent à l'état sauvage et, surtout, Mel Gibson plus antipathique que jamais en anti-héros teigneux. Tout laisse présager que l'on ressort d'une guerre nucléaire (peut-être provoquée par les cours du pétrole)particulièrement,terrible. Les personnages évoluent dans un monde où l'espoir n'existe plus.

Les séquences de cascade et de poursuite sont tellement caricaturales qu'elles en deviennent géniales. La séqauence du siège de la cité du pétrole n'est pas mal non plus. Toutes ont d'ailleurs grandement inspiré le film Water World, pâle copie nautique de ce film sévérement huilé. J'ai le souvenir de cet enfant retombé à l'état sauvage qui tranche la tête des gens avec un boomerang aiguisé. A visionner en mangeant du pop-corn!

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 9/10 Jérôme roy

01 mai 2001

Alors que le premier ne faisait que s'approcher de la science-fiction, le cadre restait en effet contemporain, Mad MaxII offre une peinture peu réjouissante d'un avenir où les sources d'énergie auront disparues. Le prologe où une voix off nous explique le retour de l'humanité à la sauvagerie et à la barbarie est particulièrement angoissante. La qualité première de ce film est d'avoir réussi à divertir à partir de ce point départ puisant dans les thèses écolo. Mixant divers mythes cinématographiques, et s'intéressant surtout au western, Miller nous offre un nouveau mythe, le guerrier de la route, qui tel Lucky Luke disparait au final sur fond de soleil couchant. Mené sur un train d'enfer, l'histoire est simple mais jamais simpliste et on arrive à croire à ce combat inégal entre des gens comme les autres et des brutes épaisses particulièrement dégoutantes. Les diverses scénes de combats automobiles et les cascades qu'elles contiennent sont très impressionantes et sont toutes anthologiques. Mel Gibson y est particulièrement impressionant, dans un rôle assez proche de l'homme sans nom incarné par Eastwood dans les films de Sergio Leone. Bref, un film de divertissement intelligent, ce qui aujourd'hui est une denrée rare, et qui a inspiré des centaines d'avatars italiens peu inspirés et une ultime suite dont il vaut mieux se passer.

Avatar choisi par le scifinaute