Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

King Kong 2

(King Kong Lives)

 Les critiques

Nombre de critiques : 4
Total des points : 18
Moyenne obtenue : 4.50/10

n°4 - 7/10 Fog Horn

12 décembre 2011

"Il revient et il n'est pas content..." : l'affiche annonce la couleur, on doit s'attendre à un bon gros nanar et John Guillermin nous le confirme dès les premières minutes avec l'opération à coeur ouvert du singe qui vaut son pesant de bananes (avec des instruments chirurgicaux géants !). Loin du relatif sérieux du remake de 1976, cette suite prend la direction de l'entertainment débilos digne des Godzilla des 60's. La relation entre Kong et sa dulcinée d'une naïveté dégoulinante rappelle immanquablement LE FILS DE GODZILLA, c'est dire ! J'avoue pourtant que, pris au second degré, cette suite artistiquement honteuse demeure super distrayante car généreuse en action et plutôt rythmée. King Kong devient une sorte de héros qui drague sa Lady Kong, bouffe des crocos (et même un chasseur), déambule dans des maquettes toujours aussi sympas et fout la déculottée aux militaires. On n'a vraiment pas le temps de s'ennuyer et j'ai même été surpris par la fin sincèrement émouvante.

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 5/10 JP

22 février 2006

Trois fois j'ai vu King Kong 1976, trois fois j'ai beaucoup apprécié et trois fois j'aurais bien aimé une fin plus joyeuse. Raison pour laquelle je tenais à voir cette suite.

Malheureusement, tout de ce film est en demi-teinte. Les première minutes reprennent les images de la fin de King Kong 76 et très vite on nous annonce un saut de dix ans plus tard ! Admettons... ou plutôt ignorons.

Il faut opérer King Kong pour lui implanter un coeur artificiel. Le ton est donné. L'opération à l'aide d'outils géants est ridicule. Il lui fallait pour cela du sang, ça tombe bien il y a justement un aventurier à Bornéo qui a découvert une femelle géante (Lady Kong...).

Inutile de s'attarder sur les détails. La suite est une succession de traques menées tantôt par des militaires débiles et méchants, tantôt par des chasseurs du genre alcooliques et décérébrés. C'est ainsi pendant tout le film.

Alors effectivement, il est intéressant de noter que les singes sont plus humains que les hommes qui se comportent plus mal que des bêtes. C'est aussi amusant de voir les hommes en costume de singe piétiner des maquettes mais finalement le fil conducteur du film se limite à la traque des singes, par les gentils pour les protéger et les autres pour les tuer.

Je ne dévoilerai pas la fin, mais j'ai été déçu. Tant qu'à faire dans la série Z totalement incrédible autant aller jusqu'au bout avec une parfaite happy end (ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants). Au moins pour avoir 10/20, ne pas regretter d'avoir perdu son temps devant le film et ne plus être frustré de la fin de King Kong 76. La fin n'est pas malheureuse rassurez-vous, mais en demie teinte (et effectivement les dix dernières minutes sont involontairement lamentables).

Bref, je ne le recommanderai finalement pas car il n'y a plus rien de la beauté de King Kong 76, l'histoire est fade et la fin laisse un goût d'inachevé.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 5/10 KX69

16 janvier 2005

Si la fin traîne en longueur, on passe un plutôt bon moment à regarder cette relativement grosse production qui flirte avec le Z. Le comportement anthropomorphique des singes géants est d'une naïveté accomplie, les scènes entre Kong et sa copine sont à ce titre très ... KONG! Les militaires sont quant à eux obtus à l'extrême. Les constants problèmes de proportion entre les singes et les décors sont assez risibles. Voir les acteurs en costume écraser des maquettes réjouira toutefois l'amateur des Godzillas (dont je fais parti). Linda Hamilton est très bien et John Guillermin (à qui l'on doit « la tour infernale ») est suffisamment habile artisan pour rendre son film plaisant.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 1/10 Sans nom

26 juin 2004

Ce film est d'une nullité incroyable, le genre gorilles se comportant comme des humains. La fin du film est à mourir de rire... mais je crois que c'est involontaire de la part du réalisateur et des scénaristes. Ce film est nul!

Avatar choisi par le scifinaute