Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

 Retrouvez toutes les mises à jour et les news du site jour par jour

La guerre des mondes

(War of the Worlds)

 Les critiques

Nombre de critiques : 9

Total des points : 64

Moyenne obtenue : 7.11/10

n°9 - 10/10 Rioboo Romain

10 décembre 2012

Epoustouflant! de A à Z. Bien sûr il s'agit d'un film de Spielberg, qui mieux que quiconque sait filmer et rendre crédible la joyeuse classe moyenne américaine et son rêve. Et c'est parce qu'elle apparaît crédible en quelques plans qu'il est efficace à tenter de la détruire par cette invasion implacable. Le rythme, les effets spéciaux, le jeu des acteurs, tout contribue à cette course poursuite (Spieblerg n'est pas responsable de la simplicité de l'histoire!) effrénée pour sauver sa peau : on a peur pour eux et même si on se doute qu'ils s'en tireront on a quand même peur! L'émotion est là, palpable : un suspense à couper le souffle! Une maîtrise de l'outil cinématographique qui confère au grand Art. Merci Monsieur Spielberg. Pour les nostalgiques des fifties vous pouvez aller voir le premier film mais à moins d'avoir un gros préjugé pour les vieux films de l'époque on est plusieurs divisions en dessous (même si c'est assez drôle et intéressant pas moments).

Avatar choisi par le scifinaute

n°8 - 4/10 Sans nom

08 janvier 2009

Quelle déception !
On s'attend à l'invasion des Martiens et on a droit au Tom Cruise Show ! D'emblée, Spielberg avait prévenu : « Vous ne verrez pas les éternels clichés qu'on trouve habituellement dans les films relatant une invasion extraterrestre : pas d'état-major avec des militaires déplaçant des pions sur une carte, pas de vues des grandes villes du monde dévastées par les aliens, etc. ». Soit, l'intention est louable.Par ailleurs, Spielberg est resté fidèle au schéma narratif adopté par H.G. Wells, à savoir l'invasion vue uniquement à travers les yeux d'un témoin. Là encore, soit, très bien.
Mais étaient-ce des raisons suffisantes pour nous tartiner deux heures de Tom Cruise sous toutes les coutures et dans tous ses états ? Cette mise en majesté du sieur Tom est d'autant plus indigeste qu'elle repose sur une contradiction flagrante : au début, messire Tom est censé incarner un personnage des plus ordinaires, voire plutôt médiocre; mais au fil de l'action, le héros made in USA refait surface, ce qui aboutit à une scène des plus ridicules, celle où Super-Tom détruit un tripode à lui tout seul. Ajoutez-y une bonne couche de mièvrerie, de guimauve et de nunucheries et vous en arrivez à vous demander si cette Guerre des Mondes version Spielberg n'est pas plutôt un remake musclé d'ET !
Dommage, car les effets spéciaux sont très réussis et dignes d'un meilleur film. En conclusion, pour ne pas être totalement négatif, on peut dire en guise d'appréciation que les quarante-cinq secondes sans Tom Cruise sont vraiment très bien !

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 9/10 Ubik

08 juin 2008

Dans la foulée de son formidable MINORITY REPORT, Spielberg frappe encore un grand coup. A la fois très fidèle au roman de H.G. Wells et très moderne, LA GUERRE DES MONDES est un drame d'une intensité rare pour un blockbuster hollywoodien. Spielberg n'y va pas par quatre chemins, il filme son invasion sans détour et sans avoir peur de choquer, tout en faisant preuve de sa maestria habituelle (l'incroyable plan séquence de la fuite de la famille en voiture). Le film est d'une noirceur assez incroyable, tant dans la violence du génocide perpétré par les aliens que dans la lutte désespérée des humains à survivre. Des scènes comme celle de la rivière, du ferry ou des jeeps enflammées sont de véritables moments d'horreur inoubliables.
Mais LA GUERRE DES MONDES n'est pas que le récit d'une invasion. Comme c'est souvent le cas Spielberg en profite pour nous parler de son thème le plus cher : la famille. Une famille en triste état au début du film (le père incarné par Tom Cruise est assez pitoyable), que le drame va rapprocher. Ce qui permet au réalisateur d'offrir une magnifique scène quand Cruise doit faire un choix terrible entre son fils et sa fille.
LA GUERRE DES MONDES est donc bien plus qu'une nouvelle variation sur le thème de l'invasion extraterrestre. C'est un film d'une grande richesse, traversé de fulgurances incroyables, mené de main de maître par un réalisateur en état de grâce. Du grand art.

Avatar choisi par le scifinaute

n°6 - 8/10 Fog Horn

13 janvier 2006

Une démonstration du rouleau compresseur hollywoodien : là où les Français en seraient encore à installer le premier décor (après avoir rempli toute la paperasse et payé les impôts), Spielberg avait déjà mis en boite les dernières prises de son film, il aura fallu en tout et pour tout huit mois ! Ca laisse songeur. On m'a toujours dit "Vite fait, mal fait", pas toujours, la preuve ici. Cette guerre des mondes nouveau millénaire est une réussite, jamais une attaque alien n'avait été aussi intense et spectaculaire à la fois. Le ton de l'ensemble est étonnamment sombre et réaliste, on est loin des clichés du "film catastrophe" classique, il n'y a pas de héros, chacun lutte pour sa propre survie, de l'anarchie découle de la violence. C'est ce qui donne finalement cette texture particulière au film, une absence de romantisme, c'est direct, brut, une peinture de toutes les bassesses de l'homme en temps de crise (la scène de la voiture est incroyable). Ce film n'est pas exempt de défauts (la touche spielbergienne refait malheureusement surface tout à la fin), mais ça a été pour moi une agréable surprise.

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 9/10 Sans nom

25 novembre 2005

Waaw! Incroyable! On regarde ce film avec la peur au ventre!

Le début est un peu bateau mais dès l'arrivée des aliens, grâce au jeu des acteurs qui était tout simplement parfait, on rentre tout de suite dans le film. La scène des éclairs était à vous glacer le sang tant le mystère et le suspens étaient forts, et surtout grâce au jeu de la petite Dakota Fanning (chapeau bas)! La scène dans la cave de la maison de la mère avec ce plan sur la petite lucarne OUVERTE (!!!) et la branche ballottée par le vent était insupportable!! La scène avec l'oeil électronique était terrifiante, et celle dans la vallée rouge était une véritable vision de cauchemar qui finissait de nous plonger dans l'horreur de la situation. Il y avait encore cette scène ou on voyait au loin des gens se faire désintégrer par les tripodes... et encore tellement d'autres qui étaient aussi fortes et marquantes.
On ressent toutes les émotions en regardant ce film. La peur, le désarroi, l'étonnement, la colère, l'agacement (les enfants qui n'écoutent pas leur père et qui veulent n'en faire qu'à leur tête dans une situation qui ne s'y prête pas).
Un film magistral, effets spéciaux, jeu d'acteurs, mise en scène, magnifique, tout simplement. Bien sûr beaucoup de gens descendent ce film à cause de la fin qui était un peu rapide et qui aurait put être développée et expliquée un peu mieux que ça (même si ça reste quand même à peu près cohérent), mais après une telle avalanche d'émotions fortes, ce n'est plus qu'un petit détail qui se noie dans une masse de qualités positives, et qui devient peu important.
A voire absolument, et surtout, dans le noir, et avec un home-cinéma!!

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 6/10 Gizmil

20 novembre 2005

La première qualité de ce film est de parvenir à faire s'insinuer en vous l'angoisse permanente des personnages. La scène qui m'a le plus frappée est celle où les gens sont prêts à tout, même à tuer, pour s'emparer de la seule voiture qui fonctionne encore. Spielberg essaye de maintenir le spectateur en haleine durant tout le film et il y arrive plutôt bien. La mise en scène est d'ailleurs très bonne. Mais si on retire ça, que reste t-il? Pas grand chose à vrai dire! Le plus décevant est la chute finale! Pas sûr que plus de 10% des gens auront compris cette chute! Celle-ci contient en effet des éléments d'information un peu difficiles à comprendre clairement pour quelqu'un qui n'est pas scientifique, biologiste. Peut-être aurait-il fallu mieux l'expliquer. Quoiqu'il en soit, c'est de toute façon un peu tiré par les cheveux. Des extra-terrestres évolués ne seraient pas au courant des dangers biologiques qui les guettent lorsqu'ils arrivent sur une autre planète que la leur? Peu crédible que ce soit cette lacune de connaissance qui les mettent à mal et entraîne leur déclin! Sans doute est-ce là une donnée scénaristique qui tenait la route à l'époque où le livre a été écrit (du moins, ça passait comme ça) mais qui ne passe plus de nos jours. De plus, ce manichéisme hommes/E.T. > bien/mal qu'on retrouve souvent dans les films est un peu irritant, lassant. Quoique, lorsque les E.T. viennent visiter les décombres d'une maison, ils s'intéressent particulièrement aux objets familiers des humains (photos, etc). On peut y voir un évènement qui nous dirait qu'ils ne sont pas si dénués de sentiments qu'ont veut bien le laisser entendre de prime abord et que finalement, ils ne sont peut-être que des exécutants incapables de se rebeller contre le pouvoir qui donne les ordres (comparez les allemands avec Hitler. Beaucoup d'allemands étaient contre les génocides). Mais quoiqu'il en soit, le film tient plus du divertissement que de la remise en question. Si vous voulez vous changer les idées, allez le voir mais ne vous attendez pas à un scénario plein de profondeur!

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 5/10 BELMONT Frédéric

08 août 2005

Attendu avec presque autant d'ardeur que La revanche des Sith, "La Guerre des Mondes" version 2005 s'avère être une très grande déception pour ceux qui connaissent le roman de Wells et le film éponyme de 1953. Franchement, Monsieur Spielberg, j'aimerais que vous m'expliquiez pourquoi tout ce gâchis? Si la phase d'intro commençait plutôt bien avec un monologue repris des premières pages du roman (ah la doublure vocale française de Morgan Freeman!), je serais tenté de dire que le reste part totalement dans les fraises! Tout d'abord, Tom Cruise joue le rôle d'un Américain moyen vraiment nunuche : un ouvrier de chantier divorcé amateur de la bière et de rock'n roll. J'aurais pu fermer les yeux sur l'anti-héros qu'il incarne s'il n'y avait pas ses deux enfants plus insupportables l'un que l'autre : d'un côté, une petite peste de 10 ans qui hurle sa mère comme une hystérique à longueur du film (Dakota Faning : a star is born? mon oeil!) et un adolescent rebelle qui entend rejoindre l'armée pour exterminer de l'alien! Les aliens?

Parlons-en, puisque ce film est bourré d'incohérences : comment notre humanité peut-elle être observée comme sous le microscope si ces créatures étaient enfouies sous terre depuis des millions d'années? Et puis d'où viennent-elles, au fait? De Mars? Certainement pas! La planète rouge n'est jamais évoquée ni montrée de tout le film, si bien que ces tripodes (magnifiquement représentés, je l'avoue) font davantage penser à des infra-terrestres qu'à des machines venues d'ailleurs. D'ailleurs, c'est censé être un progrès par rapport à la version des années 50 mais l'absence de soucoupes volantes devient un handicap pour expliquer cet enfouissement antédiluvien. Moi qui pensais que le film commencerait avec, sur fond de désert martien, un module Spirit ou une sonde Viking agrippés par des tentacules, j'ai vraiment su ce que déchanter signifiait! En admettant que les tripodes paralysent les voitures et captent toutes les autres sources électriques des grandes villes, il est totalement anormal qu'un passant puisse les filmer à l'aide de sa caméra portative, que notre héros parvienne à s'enfuir en bricolant un moteur ou encore que les journalistes parviennent à faire fonctionner leur matériel de presse au pied d'un malheureux avion crashé. Au niveau des effets spéciaux, la scène nocturne où l'armée attaque les Géants de Fer est certes très impressionnante : dans une véritable débâcle de civils qui rappelle 1940, on voit passer des jeeps et des avions cracheurs de missiles mus par un véritable élan patriotique digne de Independence Day. C'est splendide, cela rappelle même Terminator 2 sauf que personne ne se demande comment tous ces véhicules parviennent à fonctionner! L'Armée disposerait-elle d'un carburant spécial contre lequel les aliens n'ont pas d'emprise?

Autre clin d'oeil, beaucoup plus suggestif cette fois-ci: les allusions voilées à la Shoa (le train enflammé lancé à toute allure rappelle un convoi de la mort, la pluie de vêtement sur les arbres fait penser aux chambres à gaz, les morts qui flottent sur la rivière semblent tout droit sortis de Buchenwald etc....). S'il est vrai que le réalisateur est Juif, il ne faut pas non plus oublier que Wells, tel un prophète de génie dans son récit de 1898, avait déjà anticipé le rayon laser (le Rayon Ardent), l'alerte gaz (le gaz toxique propagé par les Martiens), les expériences scientifiques à la Menguélé (les Terriens vidés de leur sang par les créatures) ou encore les bombardement de 40 avec un Londres dévasté martyr avant l'heure. Spielberg, lui, semble s'inspirer de ses contemporains : la scène du bateau est époustouflante, l'apparition des tripodes sur la lointaine colline est fidèlement reprise de l'écrivain mais l'on se demande si on ne croit pas revivre du Cameron. Un bateau qui coule? J'ai déjà vu cela quelque part, moi! Et cette caméra tentaculaire dans la cave ne vous rappelle-t-il pas le Serpent aqueux d'Abyss? Cette scène était géniale chez Wells car cette vision du tentacule qui palpe les décombres préfigurait bien le film d'horreur : mais chez Spielberg, le vicaire est remplacé par une espèce de vieux poivrot grincheux qui n'apporte rien à l'histoire (et qui semble même éprouver des penchants pédophiles à l'égard de la fillette). Le décor champêtre du Vermont était bien choisi car il rappelle aisément les bruyères anglaises, quoiqu'il eut fallu développer cette partie du film (la plus intéressante selon moi). Les retrouvailles de Boston, elles, sont aussi nullardes que prévisibles; quant au décès des créatures à cause des bactéries de la surface, la séquence du monstre agonisant avec les doigts spatuleux n'est qu'une pâle reprise du film de 1953! Je préférais le désign grotesque mais effrayant des Martiens rougeâtres de Byron Haskin : au moins, on savait qu'il s'agissait d'une amusante parodie du péril rouge. Les Martiens de Spielberg ressemblent à des vampires grisâtres (cousins des Morlocks de "La Machine à Explorer" le temps version 2002) et les litres de sang frais qu'ils ont ingurgité ne leur a apparemment pas permis de reprendre des couleurs! Il est quand même étrange que des aliens ayant sommeillé des millions d'années sous terre ne se soient pas adapté à la faune virale et bactériologique de notre planète.

Commentaire ajouté le 10 septembre 2005
Sans modifier ma note, "La Guerre des Mondes" version Spielberg préfigure malheureusement trop bien ce qui s'est passé en Louisiane avec le cyclone Katrina : ville fantôme engloutie, cadavres en décomposition flottant sur l'eau,pillages anarchique, police dépassée, exodes massifs, casinos flottants projetés contre des buildings,secours en provenance du monde entier, etc, etc.... Les films catastrophe ou de Sf m'ont toujours effrayé en ceci que tout ce que peuvent imaginer peut réellement exister! On en a la preuve aujourd'hui, même sans Martiens!

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 6/10 Sans nom

06 août 2005

Ayant entendu beaucoup d'éloge sur ce film, je me suis empressé d'aller le voir ... Dés le début on est plongé dans l'univers du livre de Wells. Le monde de tout les jours aux USA quand soudain les ET apparaissent. Réalisation superbe, acteurs excellents, effets spéciaux magnifiques... Beaucoup de qualité me dirai vous, mais alors pourquoi une note si faible? Le scénario manque cruellement d'originalité certes c'est inspiré du livre ... des erreurs énormes étonnant de la part de Spielberg : Après un orage qui fait sauter absolument tous les circuits électroniques, un personnage se permet de filmer l'attaque des ET. Tom CRUISE plus chanceux que le gagnant du loto échappe à la mort un nombre incalculable de fois à se demander s'il n'a pas de supers pouvoirs... J'en passe et des meilleures...
En bref on passe un bon moment mais les vrais amateurs seront parfois agacés par certain passages... 11 C'est vraiment la note méritée !

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 7/10 Guillaume

04 août 2005

Quelques incohérences dans se film (des machines cachées sous terre depuis des milliers d'années et elles décident de sortirent en 2005, des journalistes dont le véhicule et tout le matériel vidéo fonctionnent alors qu ils ont filmes des éclairs a priori destructeurs de matos électrique des aliens qui chopent le "sida" enfin un film bâclé, un Spielberg a la ramasse mais finalement un film sympathique.

Avatar choisi par le scifinaute