Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Génération Proteüs

(Demon Seed)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 16

Moyenne obtenue : 8.00/10

n°2 - 8/10 Chris

18 novembre 2008

Un film sur le monde de l'ordinateur tout puissant et qui coupe la liaison avec son créateur! L'idée de base du film est vraiment géniale, la reproduction artificielle! Poteüs IV désire se perpétuer et séquestre Julie Christie (par ailleurs excellente) dans sa demeure! un film peu connu mais grandiose à voir absolument!

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 8/10 KX69

02 mai 2008

"Génération Proteus" est un excellent film qui me semble-t-il est injustement tombé dans l'oubli.

Mélange de thriller et de science fiction, il tient en haleine jusqu'à sa conclusion, porté par une atmosphère anxiogène tout à fait réussie et l'interprétation tout en nuance de Julie Christie.

On ne peut s'empêcher de songer à « 2001 l'odyssée de l'espace » : Proteus IV, ordinateur désireux d'aller jusqu'au bout pour assouvir sa soif de connaissance et de se libérer de son enveloppe de métal, intelligence bio-electronique si logique et raisonnée qu'elle s'oppose immédiatement aux desideratas de ses concepteurs ne fait pas de différence entre le bien et mal et devient quasi-psychopathe. Proteus IV est évidemment proche de Hal, mais la réalisation, froide à escient, la musique et enfin une séquence de « trip spatial » renvoient également au film de Kubrick sans abandonner pour autant sa personnalité propre.

L'extension que fabrique Proteus IV pour agir dans le monde humain, sorte de bras mécanique géant, aurait pu aisément verser dans ridicule mais ici ajoute à la dimension cauchemardesque du film.

Malgré une conclusion à mon goût un poil décevante, "Génération Proteus", si il n'est pas un chef d'ouvre absolu fait indéniablement partie des plus grand films SF des années 70, une science-fiction assez mature, jusqu'à son retour en enfance avec l'arrivée de « Star Wars » quelques semaines après la sortie du film de Cammell.

Avatar choisi par le scifinaute