Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Doomsday

(Doomsday)

 Les critiques

Nombre de critiques : 4

Total des points : 20

Moyenne obtenue : 5.00/10

n°4 - 7/10 Yom

30 janvier 2012

Tout a dejà été dit. Le film est un ensemble de clichés et de clin d'oeils à des films comme MAD MAX 2, NEW YORK 1997, et autres consorts post-apocalyptiques. Mais j'ai quand même passé un assez bon moment à le regarder, pas prise de tête.

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 6/10 KX69

19 mars 2009

Après le très réussi « The Descent », Neil Marshall s'est à l'évidence fait plaisir en revisitant le cinoche qui l'a fait tripper lorsqu'il était pré-ado, « New York 1997 » et « Mad Max 2 » en tête. Il signe un film sympa, dynamique avec des bonnes idées (je pense aux survivants qui ont recréé une société médiévale) mais qui ne parvient pas à se hisser au niveau de ses modèles peut-être par manque de moyen ou d'ambition. La fin mad-maxienne ne soutient pas la comparaison avec celle du film de Miller. Elle manque indubitablement de souffle épique. Surtout, je trouve le chef punk trop caricatural, cabotin et sa bande filmée d'un peu trop près. Dans le film de Miller, une certaine distance était conservée entre le spectateur et les guerriers de la route et leur chef, Humungus, silencieux et mystérieux, dégageait une réelle aura charismatique. Ici, on a droit à un bouffon et une bande de types qui en font un peu trop. Au final, on pense plus aux outrances fauchées du post-nuke italien qu'au western mécanique violent australien. Il n'est pas certain que ce soit l'intention de départ de Marshall qui emporté dans son enthousiasme régressif colle du « Frankie goes to Hollywood » dans la bande son. « Doomsday » ne comptera pas peut-être pas dans les grandes réussites de Marshall mais on peut quand même saluer cette tentative sincère de faire renaître ses premiers frissons cinéphiliques et la magnétique Rhona Mitra se défend plutôt bien en femme d'action.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 1/10 Chris

17 novembre 2008

Beaucoup d'actions, de sang, de violences gratuites de massacres, de tueries et de cannibalisme. Du déjà vu à outrance, des nouveaux barbares Ecossais (à l'époque ont les appelaient des pictes!) une super héroïne flico-soldate indestructible, une équipe de militaires sauveteurs, des politiques pourris, la quarantaine dans un no-man's land, et 48h pour sauver Londres. Bref rien de nouveaux, une dose de "New york 1997", et de "Mad Max", mais tous cela ressemble à de la série B, voir Z, le pire de la sf, nullisime à tous les étages.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 6/10 JP

25 octobre 2008

Fort peu argumentée la critique précédente...

Comme on a pu le lire un peu partout, ce film rappelle évidemment Mad Max II et ses rebelles de la route, Resident Evil et le monde dévasté par un virus, mais il faut tout de même saluer l'idée d'avoir placé l'action trente ans après l'épidémie dans un contexte post-apocalyptique de ville dévastée (un peu à la façon New-York 1997) où une vie barbare est réapparue, et en parallèle d'une vie quasi-médiévale de survivants isolés.

Hormis cela on a l'impression de déjà vu. Les moyens mis en ouvre dans les cascades étant conséquents, on ne s'ennuie pas, le film maintient un bon rythme, mais on reste sur sa faim. Les innovations ne sont que trop peu visibles (les armes par exemple) alors que la VW Passat d'aujourd'hui fait très tâche dans un Londres de 2033. Un point très original toutefois, le système d'enregistrement d'images d'Eden Sinclair (je n'en dis pas plus, ne gâchons rien).

Un film à voir, mais qui risque d'être assez vite oublié. Rhona Mitra en super héroïne ne joue pas dans la catégorie séduction de Milla Jovovich en Alice ou Chalize Theron en Æon Flux.

Avatar choisi par le scifinaute