Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

 Retrouvez toutes les mises à jour et les news du site jour par jour

Danger planétaire

(The Blob)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 8

Moyenne obtenue : 4.00/10

n°2 - 6/10 Fog Horn

02 mars 2022

Voilà donc l'origine du mythe ! Non, je ne parle pas du débutant Steve McQueen mais de sa co-star : la fameuse gelée extra-terrestre rose connue sous le nom de Blob. Le concept de la créature était déjà présent dans LA MARQUE, une production Hammer sortie l'année précédente, mais c'est vrai que son potentiel est plus exploité dans ce DANGER PLANÉTAIRE. Les limites budgétaires et techniques n'ont pas su donner l'ampleur visuelle nécessaire au spectacle (ce que le remake de 1988 corrigera) mais ça reste rigolo rien que pour le coté nostalgique. Avec ses héros qui ont raison avant les adultes incrédules, on sent que le film est adressé aux jeunes de l'époque. Après une belle entrée en matière, on peut regretter un gros coup de mou en milieu de métrage mais, heureusement, ça s'emballe à la fin avec notamment l'attaque du cinéma qui est une bonne idée (sorte de fausse mise en abyme qui renvoie le film à son propre statut). Pas exempt de défauts (ça reste de la grosse série B), mais sympathique tout de même.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 2/10 Chris

10 décembre 2015

Vu après le remake de 1988, ce film avec Steve Mc Queen est bien indigent. On sent que le réalisateur tâtonne, cette daube est bien mal cadrée et mal filmée on ne voit pas grand chose à part une sorte de gelée rouge et le côté angoissant de l'histoire finalement disparaît très vite. Cette production ado de 1957 a très mal vieilli et pourtant à l'époque aux USA comment a t'on pu croire à la propagande de l'invasion ? Ce problème n'a pas été connu dans les films de l'époque du bloc de l'est. En tout état de cause si il y a de l'idée dans le scénario celui-ci explose vite en vol et on s'emmerde rapidement jusqu'à une fin totalement bâclée et expédiée en 10 secondes. Nul !

Avatar choisi par le scifinaute