Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Caprica

(Caprica)

 Les critiques

Nombre de critiques : 3

Total des points : 17

Moyenne obtenue : 5.67/10

n°3 - 9/10 Sans nom

02 janvier 2013

Deux critiques un peu trop négatives à mon sens. On peut trouver que "ça part un peu dans tous les sens" mais personnellement je trouve que suivre plusieurs intrigues en même temps n'est pas forcément une si mauvaise chose. Cette série est riche et effectivement n'est pas à mettre dans les mains de ceux qui veulent de la SF facile. En outre, la 2ème partie de la saison réussit parfaitement à faire converger toutes les intrigues. Les derniers épisodes sont excellents et nous mènent vers l'inévitable, à savoir la confrontation Humains/cylons. Bref, dommage d'arrêter cette série, son potentiel était énorme, bien plus que l'autre préquelle de BSG (BATTLESTAR GALACTICA: BLOOD AND CHROME).

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 4/10 Yom

26 mars 2012

Tout a été dit. Ca part dans tous les sens, ce qui casse le rythme et ne permet pas de rentrer dans l'histoire. Il y a de bonnes idées, mais dès qu'elles apparaissent, l'histoire passe à autre chose... dommage.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 4/10 KX69

25 mars 2012

J’avais trouvé l’épisode pilote intéressant mais je n’ai pas accroché du tout à la série. Malgré quelques bonne idées : la continuation de la vie grâce à la sauvegarde informatique de la personnalité (à défaut d’être original: voir « le canal Ophite » livre de John Varley publié en 1977), les auteurs semblent hésiter, tâtonner. Ils multiplient les thèmes : mondes virtuelles terrorisme, fanatisme religieux, crise de couples, mafia et policier ripou sans parvenir à trouver un fil conducteur susceptible de captiver le spectateur. La série est bavarde et visuellement moche (décors polar « années 50 » très artificiels, photographie aseptisée comme la plupart des série de Sy-Fy que j’ai vu). Bref, j’ai vécu l’arrivée du 18ème épisode comme un soulagement. Il n’est pas étonnant que la série ait été un échec.

Avatar choisi par le scifinaute