Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

L'attaque de la moussaka géante

(I epithesi tou gigantiaiou mousaka)

 Les critiques

Nombre de critiques : 3

Total des points : 7

Moyenne obtenue : 2.33/10

n°3 - 5/10 Ubik

20 janvier 2008

D'accord, L'ATTAQUE DE LA MOUSSAKA GEANTE ne restera pas dans les annales du cinéma, mais ce n'est assurément pas son ambition. Les amateurs de cinéma barré, de kitch et de mauvais goût peuvent sans honte apprécier ce joyeux bordel très gai (et très gay). Un petit plaisir coupable comme celui-ci, ça ne peut pas faire de mal.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 1/10 Sy Phy

20 avril 2006

Je m'en léchais les doigts à l'avance... et ne m'est resté qu'un gargouillement d'évier dans l'estomac. Ce film est immangeable. Alors que je suis très client des nanars et autres séries ZZZ, là, c'est nul à tous les degrés et il n'y a rien à sauver. Dans le style trash-fofoldingue, mieux vaut se repasser un film de John Waters qui, lui, sait tenir une caméra, écrire un scénario, installer des décors, diriger ses acteurs et a de l'humour, un réel sens de la dérision et de l'incorrect. C'est un miracle que cette nullité qui a fait un tabac n'ait pas encore donné lieu à des « séquelles » genre « La revanche de l'aïoli de l'espace », « Le retour de la chorba de 50 litres » ou « La vengeance du zakouski masqué » (pour « La soupe aux choux », le mal est déjà fait...)

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 1/10 Fog Horn

01 avril 2006

Un gros navet qui aurait aimé être un nanar. Ce que les "auteurs" ne semblent pas avoir compris, c'est que pour faire un nanar volontaire, il faut quand même avoir des idées et du talent. Les idées, à part le "concept" de départ (une part de moussaka géante se déplace dans les rues et tue des gens, hilarant non ?), il n'y a absolument rien, que dalle, nada, on baille attendant désespérément une péripétie. Là, on se dit déjà qu'ils n'ont pas tout compris, un vrai nanar ne doit pas être ennuyeux. En fait, ils n'ont même pas pris la peine de torcher le moindre fragment de scénario, grosse erreur. Maintenant, le film devait jouer, s'amuser avec les codes imposés de la série Z de SF mais la réalisation télévisuelle et l'absence d'histoire ne lui en donnent pas l'occasion, les rares pseudo-gags tombent à plat comme de la moussaka dans une assiette, le spectateur reste stoïque partagé entre incrédulité et pitié. Voilà le genre de ciné que j'ai en horreur, un film prétentieux qui se clame indépendant, hors des circuits traditionnels, "autre", et ce dans l'unique but d'excuser sa nullité à tous les niveaux.

Avatar choisi par le scifinaute