Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

A travers les ronces vers les étoiles

(Cherez ternii k zvyozdam)

 Les critiques

Nombre de critiques : 1

Total des points : 7

Moyenne obtenue : 7.00/10

n°1 - 7/10 Chris

21 novembre 2019

L'un des plus grands films de Science-Fiction Soviétique, mais le moins que l'on puisse dire c'est que le scénario bien amené et dense est malheureusement foutraque, dû certainement aux aléas que cette production a subi, charcutage et découpage qui n'aident en rien à la compréhension de ce Space Opéra inégal (version d'origine 148mm et version Française 101 mm). Heureusement un remontage par Nikolaï Viktorov fils du réalisateur Richard Viktorov (MOSCOU-CASSIOPÉE et DES ADOLESCENTS DANS L'ESPACE) est sortit en 2001 (version 125mm) ouf ! 3 versions. Tous les codes du film SF du bloc de l'Est sont représentés : les humains blancs, noirs, jaunes, hommes, femmes, l'apprentissage, l'entraide entre les peuples de la galaxie et surtout une certaine idée de l'écologie ! Car cette production d'URSS tout comme SILENT RUNNING est basée sur l' histoire d'un vaisseau spatial dont la mission est de dépolluer les planètes de l'univers. L'actrice qui joue Niya insuffle à son personnage un je ne sais quoi de surnaturel, rien que sa coupe de cheveux qui lui donne un air étrange d'albinos-noire (paraîtrait que les punkettes du blocs de l'Est ont repris cette coiffure !). Mais le début avec son apprentissage donne une longueur au métrage assez inhabituelle (d'ailleurs souvent les films Russes sont en 2 parties et on sent ici que les 2 morceaux ont été en quelque sorte fusionnés d'où l'inégalité). C'est un bon film mélangeant l'iconoclasme, l'enfantin et le sérieux par moment (le robot genre R2D2 est immonde !) mais bon cela se laisse regarder au moins pour découvrir un autre style de cinéma. A noter qu'il a concouru au festival d'Avoriaz.

Avatar choisi par le scifinaute