Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Atomik Circus - Le retour de James Bataille

(Atomik Circus - Le retour de James Bataille)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 9

Moyenne obtenue : 4.50/10

n°2 - 3/10 Chris

26 décembre 2016

Franchement ce film ressemble plus à une série B déjantée qu'à autre chose. Les acteurs sont moyens avec une Vanessa Paradis anorexique à faire peur et un héros tellement effacé qu'on ne le voit presque pas. Les shub-niggurath sont finalement peu présents. Au final tout cela est limite lourdingue. Je l'ai vu car j'avais lu la BD pas mal de Didier Poiraud. Un film très dispensable selon moi.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 6/10 Jérôme roy

30 décembre 2004

Suite à son échec en salles et les diatribes chabroliennes (le réalisateur a traité le film de "merde"), Atomik Circus a acquis une très mauvaise réputation. Est-elle justifiée ? Non. Atomik Circus est loin d'être le plus mauvais film sortit cette année et avait au moins l'avantage d'être original. Peut-être est-ce justement ce qui lui a porté préjudice. Dans un paysage cinématographique français assez frileux, les deux réalisateurs ont essayé de proposer un film de série Z doté d'un budget de série A, voire un mélange d'humour à la deschiens et de science-fiction lovecraftienne avec une pincée de Z à la Ed Wood. Si le résultat déçoit, c'est peut-être parce que l'humour prend trop place par rapport au côté science-fiction. La vie des habitants du bled paumé où se passe le film (j'en ai oublié le nom, excusez...) prend plus de la moitié du métrage alors que par exemple, l'attaque du Shub Niggurath est traité en quelques minutes. Que dire aussi du héros, le James Bataille du titre, que l'on ne voit pas assez et qui est quasiment muet. Dommage, car c'est bien sûr le côté science-fictionnel parodique qui est le plus intéressant et qui fonctionne le mieux. L'humour reste amusant, Jean-Pierre Marielle et Benoit Poelvoorde (dans son emploi habituel de crétin absolu et obséquieux) s'en donnent à coeur joie. Les effets spéciaux tiennent même la route et le ton décalé du film aurait pu l'emporter s'il n'y avait pas eu les déséquilibres cités plus haut. Par contre, il faut quand même se taper deux chansons de Vanessa Paradis et ça, c'est quasiment inexcusable.

Avatar choisi par le scifinaute