Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

An Over-Incubated Baby

(An Over-Incubated Baby)

 L'histoire

 Histoire complète

Le professeur Bakem propose dans son laboratoire sa récente invention : un incubateur de bébé qui, affirme-t-il sur ses affiches, permet en une heure une croissance de douze mois... Une mère qui tient beaucoup à ce que son enfant grandisse rapidement (il en est qui refusent de s’occuper du stade « bébé »), confie son rejeton aux bons soins du professeur. Celui-ci le confie d’abord à son assistante, puis met son appareil en route, et enfin la petite créature dans l'incubateur. La mère part.

Pour vérifier la température de son opération le professeur place un thermomètre géant contre l’incubateur. Malheureusement, dans le mouvement, il renverse une lampe à alcool sous l'appareil ; du coup la chaleur monte au-delà de ce que prévu. Quand la mère revient chercher son gosse, à l’ouverture de l’appareil celui-ci à effectivement grandi mais est aussi pourvu d’une barbe de vieillard.

Image scifi-movies

Le petit mot de Francis SCHALL

Un sujet d’actualité et un grand petit film de SF ! Elaborés par le tandem Walther R. Booth (réalisateur) - Robert W. Paul (producteur) en deux plans ne totalisant qu’une minute et treize secondes ; la coupe, à 50’’, est imperceptible mais permet –sur le départ et le retour de la mère- une ellipse temporelle plutôt réussi. Les deux hommes, qui ont collaboré sur trente huit titres, ont prouvé qu’ils ne manquaient pas d’imagination, parfois même de génie.

En 1901, date du tournage et de la sortie du film, le domaine du génie génétique… n’existe pas. Bref historique : en 1751, le Français René Antoine de Réaumur découvre que la polydactylie (présence d’un sixième doigt chez l’homme) est sous contrôle d’un caractère dominant. La biogenèse (genèse de la vie, gestion du vivant par le vivant, reproduction) et la biogénétique (relatif à la biogenèse) font véritablement leurs premiers pas au XIXème siècle avec la découverte en 1865 de la génétique par le tchèque Johann Gregor Mendel (1822-1888), puis par les travaux de l’Américain Thomas Hunt Morgan (1866-1945), qui le premier utilisa la mouche Drosophila pour ses recherches. Recherches qui permettent alors de saisir que l'hérédité vient de la transmission de particules nommées gènes, disposés de manière linéaire sur les chromosomes. Enfin, dans les années 1950, est avancé la nature chimique des dits gènes, ainsi que la structure moléculaire de l'ADN.On trouvera ici un intéressant article de synthèse sur l’éventuelle évolution de l’être humain. Et quelques bases utiles sur la génétique ici :

Image scifi-movies

Rappelons que dans le domaine de la science-fiction littéraire, la manipulation génétique est le premier thème abordé (très sommairement il est vrai, par association d’éléments disparates de corps humains) avec le Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley, en 1818 ; roman qui pour beaucoup marque le début de la SF moderne.

Avant de s’intéresser au cinéma naissant (son premier film date de 1899), l’Anglais Walter R. Booth (1869-1938) était magicien. Il travailla d'abord avec Robert W. Paul, comme ici, puis, à partir de 1906, avec Charles Urban, (voir son célèbre LA GUERRE AÉRIENNE DU FUTUR – 1909). Il est indéniablement un des plus importants précurseurs de la de science-fiction cinématographique britannique, et il contribua directement au développement des effets spéciaux au cinéma, en réalisant essentiellement des sujets fantastiques (mais Méliès reste le père de tous…)

Faire évoluer un être humain d’un an en une heure est une idée qui à l’époque peut paraître folle mais dont s’emparent allègrement les auteurs de ce joyeux, inventif et très court film. Ils y ajoutent même le concept d’erreur de manipulation, et donc des dangers de la science. Ne vous privez pas de découvrir cet original des origines, dans une très belle copie disponible sur le site (icone vidéo en haut ou liens externes ci-dessous).

Image scifi-movies

On peut trouver tous les films produit par Robert W. Paul (et des centaines d’autres, pour ceux que le cinéma muet passionne) sur le site américain de l’éditeur DVD "Silent Era".

Francis Schall

10 août 2014