Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Star Trek III : à la recherche de Spock

(Star Trek III: The Search for Spock)

 L'histoire

Alors que l'USS Enterprise retourne aux spacedocks pour effectuer les réparations nécessaires consécutives à la bataille de Khan en 2285, Kirk pleure toujours la mort de Spock. Mais il n'est pas au bout de ses peines. A son arrivée une nouvelle d'importance tombe : l'USS Enterprise va être démantelée. McCoy, retrouvé en plein délire dans les quartiers du vulcain, est hospitalisé. Scotty est assigné sur l'USS Excelsior et le commandement de Starfleet interdit l'accès à la nouvelle planète formée par Genesis.

Dans les quartiers de Kirk, Sarek, le père de Spock, confronte l'Amiral. Kirk comprend alors qu'avant de mourir, Spock a transféré son "katra"- en quelques sortes son esprit – dans le corps de McCoy, ce qui explique sa démence soudaine. Rongé par la culpabilité, il promet à Sarek de retrouver son fils coûte que coûte et de le ramener sur le Mont Seleya sur Vulcain. Starfleet interdit Cependant à Kirk de retourner sur Génésis. "J'irai quand même !" jure ce dernier. Après avoir libéré McCoy de son internement psychiatrique, Kirk, Scotty, Sulu, Uhura et Chekov se rendent clandestinement à bord de l'USS Enterprise et empruntent le vaisseau pour un dernier voyage. Scotty aura au préalable pris soin de saboter l'USS Excelsior afin que le vaisseau moderne ne les prenne pas en chasse.

L'Enterprise approche de la station spatiale - Star Trek III : à la recherche de Spock (Star Trek III: The Search for Spock)
L'Enterprise approche de la station spatiale

Pendant ce temps, les Klingons ont pris connaissance du projet Genesis et de ses effets sur Ceti Alpha VI. Ils craignent que cette technologie ne se transforme en une nouvelle et redoutable arme pour la Fédération. Menés par le déloyal Kruge, les Klingons décident alors de s'accaparer ou de détruire le précieux dispositif.

A bord de l'USS Grissom en orbite autour de la planète Genesis, David Marcus et le Lieutenant Saavik font les observations scientifiques qui s'imposent. Rapidement ils découvrent une forme de vie à la surface de la planète. Intrigués, ils s'y téléportent pour trouver un enfant : Spock. Genesis lui a rendu la vie ; il croit rapidement au même rythme que la planète mais lui manquent sa conscience et son esprit… son Katra.

Les Klingons détruisent le Grissom et font prisonnier le trio à la surface de la jeune planète. Lorsque l'USS Enterprise arrive à son tour dans le secteur de Mutara, le vaisseau est mis hors de combat par Kruge et sa cohorte de Klingons. Alors que ceux-ci menacent la vie des prisonniers, Kirk tente de reprendre le contrôle de la situation… sans succès. David Marcus est tué. Sans autre alternative, Kirk remet l'Enterprise aux Klingons, et dans un ultime effort pour retourner la situation, active secrètement le mécanisme d'auto-destruction du navire. L'équipage réduit de l'Enterprise qui s'est téléporté à la surface de Genesis regarde dans la douleur son fidèle vaisseau se consumer dans l'atmosphère de Genesis avant de sauver Spock et Saavik des griffes des Klingons. Dorénavant seuls sur la planète et sans échappatoire, Kirk et ses acolytes apprennent de la bouche de Saavik que des éléments instables utilisés dans le dispositif de Genesis menacent l'intégrité de la planète, qui doit exploser d'une minute à l'autre …

Kirk et son équipage, téléportés sur la planète Genesis, confrontent les Klingons - Star Trek III : à la recherche de Spock (Star Trek III: The Search for Spock)
Kirk et son équipage, téléportés sur la planète Genesis, confrontent les Klingons

Le petit mot du Doc

STAR TREK III : A LA RECHERCHE DE SPOCK s'inscrit directement dans la suite de l'opus précédent LA COLÈRE DE KHAN. La décision de produire cette suite est prise alors que le film sort à peine sur les écrans. Harve Bennett, de nouveau mandaté, considère qu'il s'agit là du feu vert le plus rapide jamais donné pour une mise en production. Souhaitant le voir revenir, et devant le succès du film, Paramount fait des courbettes à Leonard Nimoy dont le personnage, Spock, décède à la fin de STAR TREK II. Le cercueil de l'officier scientifique de l'USS Enterprise repose maintenant à la surface de la toute jeune planète Genesis, qui, sous couvert d'une expérience scientifique majeure – le "Projet Genesis" - s'est terraformée en un temps record, faisant naître la vie là où il n'y avait rien. Nimoy, qui avait pourtant juré de ne plus porter d'oreilles de vulcain accepte mais pose ses conditions : "Si vous me voulez dans votre film, je veux le réaliser !"

Sans trop y croire, l'acteur reçoit l'approbation du studio qui pense que cela serait une bonne chose pour la promotion du film. Mais, Michael Eisner, alors Président de Paramount Pictures revient sur sa décision pensant que Leonard Nimoy déteste Spock, persuadé que celui-ci avait stipulé dans son précédent contrat que le personnage devait mourir. Il faudra que Nimoy démente ce bruit répandu par la presse pour faire changer Eisner d'avis.

Kruge le Klingons - Star Trek III : à la recherche de Spock (Star Trek III: The Search for Spock)
Kruge le Klingons

C'est sa première réalisation. Curieusement, au début, le jeune réalisateur s'attire la méfiance des autres acteurs qu'il connait pourtant bien. Pour s'aguerrir, invité par son ami William Shatner, il fait ses armes sur "Une leçon de tennis", un épisode de la série HOOKER dans laquelle Shatner tient le rôle titre. Bien que l'entreprise s'avère plutôt aisée (le film ne faisant que suivre la route tracée par l'épisode précédent dirigé par Nicolas Meyer), Nimoy fait l'entière démonstration de ses capacités de metteur en scène et réalise un excellent travail.

Ici, Nimoy doit imaginer une pirouette scénaristiques pour que Spock revienne à la vie. Dans STAR TREK II, Herve Bennett avait demandé à l'acteur de faire quelque chose dans sa dernière scène qui pourrait amener à penser qu'une résurrection soit possible. De lui-même l'acteur improvisa en plaçant sa main sur la tempe de McCoy en disant "Souvenez-vous". Ce geste anodin, suffisamment vague pour être interprété de multiples façons, se transformera en une curiosité du rituel vulcain appelé "katra". Nimoy trouve l'inspiration de ce transfert d'esprit dans le corps d'un autre dans la mythologie juive : le Dibbouk. Durant tout le film, McCoy fait montre d'une double personnalité qui ne fait aucun doute quant à l'appartenance de l'esprit qui cohabite avec le sien. C'est sur Vulcain, sur le Mont Seleya, que la cérémonie du Fal-Tor-Pan permettra à Spock de recouvrer son esprit et de libérer celui du médecin de l'Enterprise.

Quatre acteurs différents se sont relayés pour jouer le vulcain dans STAR TREK III : A LA RECHERCHE DE SPOCK. On découvre le personnage à l'âge de 6 ans, 12 ans et 17 ans, Nimoy reprenant son rôle à l'âge adulte. Stephen Manley, qui interprète Spock à l'âge de 17 ans, doit mimer le "Pon Farr", rituel sexuel que les mâles vulcains doivent subir tous les 7 ans. Leonard Nimoy se battra pour que cette scène de caresses avec Robin Curtis (qui joue la vulcaine Saavik) soit conservée, l'acteur connaissant mieux que quiconque les traditions de cette race extra-terrestre, chose que ne démentiront jamais les fans.

Dr. David Marcus et le Lieutenant Saavik - Star Trek III : à la recherche de Spock (Star Trek III: The Search for Spock)
Dr. David Marcus et le Lieutenant Saavik

L'Enterprise a 20 ans ! Le temps de service du bâtiment arrive à son terme. Si Starfleet compte le remplacer par l'USS Excelsior (magnifique au demeurant), son équipage ne voit pas les choses du même œil. Kirk et ses amis s'envolent donc pour une dernière mission tout à fait illégitime. Ce sera aussi une façon de faire évoluer le vaisseau qui, effectivement, a presque 20 véritables années de bons et loyaux services depuis 1966, année de démarrage de la série classique. Et à chaque film sa controverse : bien que l'information ait été tenue secrète, la rumeur du sacrifice de l'emblématique Enterprise courrait bon train parmi les fans. A la grande satisfaction de la production, ceux-ci n'y crurent finalement pas… jusqu'à deux semaines avant la sortie du film, date à laquelle la bande-annonce annonça avec maladresse "La mort de l'Enterprise". Leonard Nimoy donne son point de vue : "On a protesté, on a bataillé, et on a perdu. Un de ces conflits entre l'art et le commerce où l'artiste perd. Cela nous a-t-il fait du tord en fin de compte ? Pas commercialement. Mais artistiquement on aurait voulu que personne ne sache pour que tout l'impact de la peine ressentie par l'équipage reste intact." La carrière de l'Enterprise s'arrête donc avec ce troisième long-métrage, digne et mémorable, cédant la place à une relève plus moderne qui annonce déjà un petit bouleversement et la venue d'une future génération, tant humaine que matérielle.

ILM (Industrial Light & Magic) redouble ici de génie pour ses effets spéciaux. La scène "Genesis", première scène entièrement réalisée en CGI est d'ailleurs reprise du précédent opus pour les besoins du scénario et la compréhension de l'histoire. Car, bien que LA COLÈRE DE KHAN ait attiré un grand nombre de fans, Harve Bennett doit faire en sorte que cette suite attire le plus grand nombre, y compris ceux qui n'avait pas vu l'épisode précédent et qui donc prennent le train en marche. C'est d'ailleurs dans cette perspective qu'il propose un flash-back pour introduction, subterfuge propre aux séries qu'il a pour habitude de produire.

Kirk quitte la planète Genesis juste à temps à bord d'un oiseau de proie Klingon - Star Trek III : à la recherche de Spock (Star Trek III: The Search for Spock)
Kirk quitte la planète Genesis juste à temps à bord d'un oiseau de proie Klingon

Parmi les guest stars du film, notons la présence de l'irremplaçable Christopher Lloyd sous les traits du Klingon Kruge. Impressionné par son travail dans VOL AU-DESSUS D'UN NID DE COUCOU (1975) et dans la série TAXI (1978-1983), Nimoy l'engage sur le champ. C'était avant même qu'il ne devienne définitivement populaire grâce à son rôle du Dr Emmett Brown dans le culte RETOUR VERS LE FUTUR (1985) de Robert Zemeckis et ses suites.

20 janvier 2013