Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Stargate : Continuum

(Stargate: Continuum)

 L'histoire

La vie bât son plein au centre de commandement SGC. SG-1 part de nouveau en mission. Sur la planète Tok'ra, l'équipe va assister à l'extraction de Ba'al, le dernier des grands Maîtres Goa'uld qui leur a autrefois donné bien du fil à retordre. Lors de la cérémonie, le prisonnier, prolixe en détails, divulgue une information capitale : il serait sans doute un simple clone du véritable Ba'al qui aurait conçu une machine temporelle.

Fuite de la planète Tok'ra - Stargate : Continuum (Stargate: Continuum)
Fuite de la planète Tok'ra

Océan atlantique. 1939. Un navire marchand transporte une curieuse cargaison : il s'agit d'une porte des étoiles et celle-ci vient de s'activer. Des Goa'uld menés par leur véritable dernier grand maître massacrent l'équipage et déposent une puissante bombe – un Chappa'ai – avant de s'en retourner. Malgré ses blessures, le courageux Capitaine parvient à la jeter par-dessus bord, épargnant l'artefact.

Sur Tok'ra, les gens disparaissent soudainement les uns après les autres… Vala, Teal'c ; puis les bâtiments s'évanouissement à leur tour. Dans l'affolement, le condamné parvient à asséner au Général Jack O'Neil un coup mortel avant de disparaître à son tour… Carter, Jackson et Mitchell parviennent seuls à échapper au sort malsain et se jettent au travers de la porte des étoiles. Mais le point de chute n'est pas celui attendu. En lieu et place de retrouver le SGC, le commando découvre qu'il est enfermé dans la cale d'un bateau nommé l'Achilles, prisonnier de la glace. Ce nom ne leur est pas inconnu : avant la seconde guerre mondiale, le navire a autrefois transporté la porte des étoiles d'Egypte en Amérique. Sacrifiant le bateau, ils parviennent à s'en extraire et ne devront la vie qu'à la présence d'un sous marin qui semble les attendre… et du Colonel O'Neill.

O'Neill tient de curieux propos - Stargate : Continuum (Stargate: Continuum)
O'Neill tient de curieux propos

Si SG-1 est heureux de retrouver leur collègue, celui-ci tient de curieux propos : pour lui Sam est une astronaute décédée et il n'a jamais entendu parler de "porte des étoiles" ; Mitchell n'existe sur aucun registre et Jackson est un égyptologue entêté à démontrer qu'autrefois les extraterrestres sont venus sur Terre. Sam suppose que Ba'al a réussi à remonter le temps pour empêcher l'Achilles de livrer la porte des étoiles en Amérique et leur dernier transfert les a déposé dans une réalité alternative. Les trois sont longuement interrogé mais on refuse de croire à leur histoire… excepté le Général Landry, mais pour ce dernier, il est inconcevable d'utiliser la "porte des étoiles" et de tenter quoi que ce soit qui puisse changer la réalité de son propre monde. Mitchell, Carter et Jackson sont dorénavant condamnés à vivre comme de simples citoyens…

Un an plus tard, un OVNI est repéré dans le ciel des USA. En réalité une véritable invasion de la Terre est sur le point d'aboutir. Elle est menée par Ba'al, lui-même secondé par Teal'c et accompagné de sa reine : Qetesh (Vala). L'ex-SG-1 parvient à convaincre le président des Etats-Unis que le seul espoir de l'humanité consiste à activer la porte des étoiles conservée par l'armée américaine sur la base militaire de McMurno et que les scientifiques n'ont pas encore pu rendre opérationnelle, et de retrouver la machine à explorer de temps de Ba'al. Mais en auront-ils le temps ? Le bombardement de McMurno semble avoir réduit leurs chances à néant…

Le Colonel Samantha Carter retourne au civil - Stargate : Continuum (Stargate: Continuum)
Le Colonel Samantha Carter retourne au civil

Le petit mot du Doc

Après STARGATE : L'ARCHE DE VERITE (2008), STARGATE CONTINUUM est le deuxième téléfilm spin-off de la célèbre série STARGATE SG-1 (1997-2007), l'une des plus longues séries de science-fiction de l'histoire de la télévision américaine. Le téléfilm a commencé à germer dans la tête des scénaristes il y a deux ans lorsqu’un fan, Barry Campbell, habitué des conventions, leur a proposé de venir tourner un épisode de Stargate sur son lieu de travail en Arctique, paysage alors méconnu de la série.

Renouant avec ses premières amours, STARGATE CONTINUUM met à nouveau en action les Goa'uld que l'on avait pensés disparus. Brad Wright, co-créateur de la série avec Robert C. Cooper, souhaitait effectivement que ce téléfilm en forme de baroud d'honneur soit plus proche, dans l'esprit, de ses premières saisons. Et pour vous en convaincre, au côté des Goa'ulds, les fans retrouveront l'irremplaçable Richard Dean Anderson dans son rôle du Général Jack O'Neill. Tout ainsi que Don S. Davis dans le rôle du Général Hammond, pour qui l'expérience Continuum sera la dernière : l'acteur a en effet trouvé la mort le 29 juin 2008 à la suite d'une attaque cardiaque.

Les Goa'uld préparent l'assaut de la Terre - Stargate : Continuum (Stargate: Continuum)
Les Goa'uld préparent l'assaut de la Terre

Certes plus appréhensible lorsque l'on connaît les tenants et aboutissants des intrigues récurrentes de la série, il n'en demeure pas mois que le téléfilm a été construit selon le principe du "stand-alone", c'est-à-dire une intrigue ancrée dans la mythologie Stargate mais indépendante de ses arcs narratifs. Elle s'appuie sur l'intemporel thème du voyage dans le temps et des paradoxes qui l'animent.

Le film a été tourné dans des conditions polaires extrêmes, en partie sur les glaciers de l'arctique (à 400km des cotes de l'Alaska pour être exact) et la production a pu obtenir l'aide sans concession de l'U.S. Navy pour donner à ce téléfilm une ampleur inédite. L'équipe a ainsi pu bénéficier des infrastructures de la base militaire APLIS (Laboratoire Polaire de Physique Appliquée) mais également du sous-marin nucléaire USS Alexandria. L'U.S. Air Force, quand à elle, a prêté à la production quelques avions de chasse F-15 pour les scènes d'action aérienne… Mais rassurez-vous, même si les acteurs ont pu rester aux commandes de ces mythiques appareils le temps du tournage, il n'ont toutefois pas eu l'autorisation de décoller !

Bref, Brad Wright précisera : "Les moyens de la production étaient équivalents à ceux d'un James Bond". Une comparaison qui en dit long sur ce qui restera comme le chapitre le plus ambitieux de toute la légende Stargate.