Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Les rats de Manhattan

(Rats - Notte di terrore)

 L'histoire

"En l'an 2015 de l'ère chrétienne, la bêtise et la folie humaine triomphèrent. Des centaines de bombes atomiques dévastèrent les cinq continents. Quelques survivants, terrorisés par le massacre et par la désolation qui régnait à la surface de la Terre, allèrent se réfugier dans des souterrains. C'est ainsi que naquis l'ère de l'humanité 'après la bombe', celle de la deuxième humanité. Après un siècle de cette survie en sous-sol, quelques hommes et femmes ne supportant plus les lois de la nouvelle humanité choisirent de retourner vivre au grand jour. C'est ainsi que naquis une nouvelle race de primitifs qui n'eu plus aucun contact avec les gens du sous-sol, ceux de la deuxième humanité qui considéraient les primitifs comme des sauvages. Les primitifs de leur côté, tenaient les membres de la deuxième humanité pour des ennemis. Cette histoire commence à la surface de la Terre en l'an 225 après la bombe…"

Kurt et Deus - Les rats de Manhattan (Rats - Notte di terrore)
Kurt et Deus

Un groupe d'homme et de femmes a fait un long voyage pour arriver dans une ville inconnue et trouve refuge dans ce qui semble être un bar abandonné… à l'exception de quelques rats. Ils y découvrent de la nourriture en abondance mais aussi quelques cadavres dévorés par ces mêmes rats. Lorsqu'ils parviennent à rétablir l'électricité ils découvrent une véritable serre artificielle en parfait état de fonctionnement, un épurateur d'eau, ainsi qu'un ordinateur sophistiqué qui annonce sur ses écrans : "Elimination totale du groupe".

Malgré cet incompréhensible message, et des questions évidentes qui se posent à eux sur cet endroit inattendu, ils décident alors de s'y installer. Malheureusement pour eux, les rats, maîtres des lieux, qui voient en l'arrivée de ces humains un danger potentiel pour leur société, ne sont pas enclin à se laisser envahir. Lucifer et Lilith sont leurs premières victimes. La nuit, ils envahissent le repaire par milliers. Noah est le suivant. Bien décidés à ne laisser personne vivant, les rongeurs ont dévorés les pneus des véhicules, empêchant le groupe d'humains de s'enfuir, un évènement qui sème la zizanie au sein du groupe duquel Duke aimerait bien prendre la tête…

Première victime : Lilith - Les rats de Manhattan (Rats - Notte di terrore)
Première victime : Lilith

Le petit mot du Doc

Après une longue explication narrative (de premier abord difficile à déchiffrer) sur l'état de la société en 2235, et un générique usant de stock shots du parc national de Monument Valley, on découvre rapidement à quel point le budget de ce film a du être réduit. Tout d'abord tourné dans une carrière à ciel ouvert, il s'éternise en huis clos dans l'habitation d'une ville dont personne ne pourra affirmer qu'il s'agisse de Manhattan (la faute sans doute à une traduction hasardeuse du titre).

Cinq ans plus tôt, MAD MAX (1979) est passé par là et depuis, quantité de film ont repris le thème post-apocalyptique magnifié par George Miller. Les italiens, comme à leur habitudes, n'ont pas été en reste pour plagier l'ambiance du film australien. On évoquera pêle-mêle les 2019, APRES LA CHUTE DE NEW-YORK (1983), LE CHEVALIER DU MONDE PERDU (1983), LE GLADIATEUR DU FUTUR (1983), LES GLADIATEURS DE L'AN 3000 (1983), LES NOUVEAUX BARBARES (1982), et bien d'autres. Oui mais voilà, hormis le western pour lequel ils ont même dépassé leurs maîtres américains, s'ils ont été prolifiques les italiens n'ont jamais réussi à même égaler l'œuvre de référence. Et ce n'est pas avec LES RATS DE MANHATTAN que cela allait commencer : véhicules au look destroy mais risible (on devine un mini bus Volkswagen derrière un blindage des plus bruts) pour foncer l'aspect post-apocalypse du sujet ; irritante musique synthétique (doublée d'orgues qui auraient fait un meilleur effet dans un des film de vampire de la Hammer) de Luigi Ceccarelli, digne des plus mauvais film ; jeu d'acteur inexistant et particulièrement bien stéréotypés… mais était-ce leur faute ?

Tentative de Putch ? - Les rats de Manhattan (Rats - Notte di terrore)
Tentative de Putch ?

Cette fine équipe de baroudeurs du 24ème siècle est constituée de Video, le blond frisé auquel aucun jeu vidéo ne résiste, Taurus la brute épaisse qui frappe et réfléchit ensuite, Duke le rebelle qui voudrait bien devenir chef, Chocolat la métisse un brin fo-folle, Kurt le chef qui se fait respecter, Lilith amatrice de sexe, Lucifer amateur de boisson, Diana l'inévitable petite amie blonde du chef, Myrna celle qui hurle sans arrêt et Deus, l'iroquois philosophe. Ce dernier étant le seul à tenter de répondre à la question de Myrna : "Pourquoi veulent-il nous tuer ? Pourtant nous ne leur avons rien fait !". Deus : "Moi je pense que quelqu'un a voulu insuffler une passion homicide à ces rats. Sans doute est-ce à cause de nos prédécesseurs. Oui mais voilà, la vérité sur ce qu'il a pu se passer, nous ne la sauront jamais." Allez ne désespérez pas, un semblant de réponse est tout de même proposé est c'est peut-être cela qui permettra au film de ne pas obtenir un zéro pointé.

Image

Bruno Mattei, le réalisateur sévissant ici sous le pseudonyme de Vincent Dawn (il en usera de bien d'autres), est un cinéaste de l'extrême. Il se spécialise rapidement dans le film érotique portant à controverse. On notera en particulier le film érotico-nazi CASA PRIVATA PER LE SS (1976) et le notable CALIGULA ET MESSALINE (1981). En 1980, il se lance dans le film d'horreur avec VIRUS CANNIBALE et mélange même les deux genres dans PORNO HOLOCAUST (1981). On lui doit également ce qui reste une référence du bis italien avec ce PENITENCIER DE FEMMES tourné en 1982. En renouvelant à de nombreuses reprise le thème, il deviendra l'un des maîtres du genre "femmes en prison".