Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Planète interdite

(Forbidden Planet)

 L'histoire

 Histoire complète

Au cours de la dernière décade du 21ème siècle, des hommes et des femmes à bord de vaisseaux fusée se posèrent sur la lune. En 2200, les humains avaient atteint les autres planètes de notre système solaire. Presque à la même époque eu lieu la découverte de l'hyper-énergie, grâce à laquelle la vitesse de la lumière fût égalée et ensuite largement dépassée. C'est ainsi que l'humanité entreprit enfin la conquête et la colonisation de l'espace interplanétaire.

Le croiseur des planètes-unies C57T a quitté sa base terrestre depuis plus d'un an pour accomplir une mission spéciale vers le système planétaire de l'étoile de première grandeur : Altaïr. A l'approche d'Altaïr, la soucoupe volante terrienne, dirigée par le commandant John J. Adams, décélère et se met en orbite autour de la quatrième planète : Altaïr 4. La mission du croiseur est de retrouver les survivants de l'astronef "Bellérophon" qui s'y est posé 20 ans plus tôt et qui n'a plus jamais donnée de nouvelles.

Image scifi-movies

Adams entre en contact radio avec le Professeur Morbius, un des scientifiques de l'expédition disparue qui lui donne les coordonnées pour se poser sur Altaïr 4. L'équipage est accueilli par Robby, un robot à tout faire ultra perfectionné qui conduit le Commandant Adams, le Lieutenant Farman et le Docteur Ostrow jusqu'à la "Résidence" où ils sont attendus par Morbius. Celui-ci leur apprend qu'il est l'unique survivant du "Bellérophon" et qu'il vit seul avec Robby et Alta, sa fille, qui n'avait jusqu'alors jamais vu d'hommes.

Le savant explique que l'équipage de son vaisseau ont été détruits par une chose à la force surprenante et mystérieuse qui a déchiré le navire. Altaïr 4 était autrefois habitée par les Krells, un peuple noble et puissant possédant un million d'années d'avance sur notre humanité, qui disparu presque totalement en une nuit. Leur faisant visiter les vestiges de la civilisation Krell et de sa technologie dont Robby est issu, Morbius leur démontre que les Krells avaient développés une technologie psychique non mécanisée, source d'une puissance illimitée.

Morbius sait que l'horreur qui est survenu à l'équipage du "Bellérophon" se reproduit maintenant. L'équipage doit d'ailleurs repousser l'attaque d'un monstre invisible au prix de plusieurs vies. Devant le danger menaçant, le commandant décide de toute urgence d'embarquer Morbius et Alta pour s'enfuir...

Image scifi-movies
 Attention Spoiler ! la fin du film vous est racontée ci-dessous…

Après une expérience menée sur la technologie Krell pour découvrir la vérité, Adams comprend que les Krells se sont détruits eux-même en créant des monstres issus de leur imagination sans comprendre quelle force magique les anéantissait. Adams démontre à Morbius, que le monstre qui les attaque aujourd'hui, comme celui qui à décimé l'équipage du "Bellérophon", est issu de son propre subconscient.

Maintenant, ce même monstre attaque la résidence, et rien ne semble l'en empêcher ou l'en dissuader. Se rendant compte qu'il est coupable de cette création psychique et qu'il devient dangereux pour Alta, Morbius se résout à affronter le monstre et trouve la mort après avoir déclenché l'auto destruction de la cité Krell, un cube de 30 kilomètres d'arrête possédant 9200 réacteurs thermonucléaires. S'enfuyant dans l'astronef des Planètes-Unies, Alta et Robby verront alors s'illuminer la nouvelle étoile consumant avec elle l'immense connaissance des Krells.

Le petit mot du Doc

Tourné en couleur et en cinémascope (procédé de filmage élaboré qui, en termes d'évènement, pourrait être comparé à la 3D moderne), PLANETE INTERDITE est le premier film de science-fiction dans l'espace de la Metro-Goldwin-Mayer. Lui offrant un budget conséquent, les dirigeants du grand studio hollywoodien ont l'ambition d'en faire un film sérieux et de l'écarter de l'éternelle estampille "série B" souvent réservée aux titres du genre. Un temps intitulé FATAL PLANET, PLANETE INTERDITE est considéré comme la version science-fiction de "La tempête", l'œuvre de William Shakespeare dont elle s'inspire à bien des égards. Dans l'œuvre du dramaturge, un homme, Prospero, après avoir été déchu, est exilé par son frère sur une île déserte de la méditerranée. Maîtrisant les éléments naturels et les esprits, il y reste 12 ans en compagnie de sa fille Miranda jusqu'au jour où un vaisseau les trouve… Miranda tombera amoureuse d'un membre de l'équipage.

Image scifi-movies

Tandis que la SF des années cinquante reste très orientée sur la peur du nucléaire et l'invasion extra-terrestre (métaphore sur la crainte du communisme), il s'agit là du premier film à franchir les limites de notre système solaire. C'est aussi la première fois que des terriens voyagent dans une soucoupe volante, moyen de transport jusque là réservé aux extra-terrestres (LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA, LES SOUCOUPES VOLANTES ATTAQUENT, LES SURVIVANTS DE L'INFINI, etc.), la fusée restant le choix premier des scénaristes de l'époque. On connaît d'ailleurs peu (voire pas) de cas similaire. Quelques épisodes de LA QUATRIEME DIMENSION (1959-1964) tout au plus. La célèbre soucoupe sera d'ailleurs réutilisée dans cette série afin d'en diminuer les coups de production. Ce sera pour les épisodes "La troisième à partir du soleil" et "Le vaisseau de la mort".

Image scifi-movies

Bien que servi par un redoutable casting (Leslie Nielsen, dont la carrière s'est ensuite réorientée vers le burlesque, en particulier avec la série des "Y-a-t-il un flic…", Richard Anderson, chef de l'O.S.I. dans L'HOMME QUI VALAIT 3 MILLIARDS ou encore Walter Pidgeon vu dans LE SOUS-MARIN DE L'APOCALYPSE), la véritable star du film n'est pas un acteur mais un robot répondant au nom de Robby. Imaginé par Robert Kinoshita, la MGM a investit plus de 100.000 dollars (énorme somme pour l'époque !) pour rendre le robot crédible. Une réussite ! Au point que bon nombre de personne n'imaginèrent jamais qu'une personne se cachait à l'intérieur. Construit à un seul exemplaire, il fut réutilisé à de nombreuses reprises : par deux fois pour la série MGM PARADE (1955-1956) qui ouvrait les portes des studios aux téléspectateurs, ainsi que dans l'épisode "The Robot Client" de MONSIEUR ET MADAME DETECTIVE (THE THIN MAN)(1957-1959). Rod Serling ne manqua pas de faire appel à lui dans les épisodes "Oncle Simon" en 1963 et "Automation" en 1964 de LA QUATRIEME DIMENSION. On le retrouvera à deux reprises encore dans la série PERDUS DANS L'ESPACE : en 1966 dans l'épisode "The War of the Robots" et l'année suivante dans l'épisode "Les condamnés de l'espace". On le verra aussi dans l'épisode "Soirée originale" de la série WONDER WOMAN (1976-1979). Il fera également des apparitions là où on l'attend le moins, en particulier en 1974 dans l'épisode "Au-delà de la folie" de la série COLUMBO, ou encore dans la série LA CROISIERE S'AMUSE. Sur le grand écran on retrouvera le robot dans une autre production de la MGM intitulée LE CERVEAU INFERNAL (1957) qui fera figure de suite au film bien qu'il n'en soit pas une.

Robby, qui s'exprime par des cliquetis que précédent une voix grave (celle du comédien Marvin Miller dans sa version originale), est capable de parler 187 langues ainsi que ses dialectes et dérivés. Bien que George Lucas admette volontiers s'être davantage inspiré du robot Maria de METROPOLIS (1927), cette fonctionnalité n'a pas échappé au père de LA GUERRE DES ETOILES (1977) qui l'a repris pour le compte de son célèbre C3PO. Robby répond également aux trois lois de la robotique posées par Asimov*, bien que la troisième semble bafouée lorsque Morbius lui demande de se jeter dans le désintégrateur. C'est donc sans surprise que ce robot original deviendra la véritable coqueluche des amateurs du genre, devenant le jouet le plus vendu aux Etats-Unis. Dans les esprits, il représentera pour longtemps LE symbole de la science-fiction.

Image scifi-movies

Avec ses fabuleux décors, avec son imagination débridée, avec son ingéniosité riche, avec son humour simple et efficace, avec son robot surprenant et son héroïne à croquer, PLANETE INTERDITE a ouvert la voie a bon nombre de productions : le dispositif de décélération à l'arrivée de la soucoupe à bien du inspirer Gene Roddenberry pour STAR TREK (1966-1969) (il parait que celui-ci aurait aimé en tirer une série). Quand aux images tridimentionnelles, celles-ci ont été magnifiées dans LA GUERRE DES ETOILES. Si certaines technologies paraissent dépassées aujourd'hui (micros caméras filaires, micros fiches), le film n'a pas vraiment vieilli. Sans doute parce qu'il à su "cacher" plutôt que "montrer", tel le monstre invisible qui attaque les terriens. L'idée d'une créature forgée par l'esprit était à fortiori nouvelle. La MGM ne disposant pas de département animation, elle confia la création du monstre à Disney et pour l'occasion emprunta au célèbre studio l'un de ses meilleurs animateur, Josh Meador, qui réalisa aussi le rayon stabilisateur de la soucoupe, les tirs lasers et les courts-circuits de Robby.

--------------------
*Loi numéro 1 : un robot ne peut pas faire de mal à un être humain.
Loi numéro 2 : un robot doit obéir à tous les ordres sauf à ceux qui contredisent le premier principe.
Loi numéro 3 : un robot doit protéger sa propre existence sauf dans les cas qui interfèrent avec les 2 premiers principes.

20 septembre 2012