Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Phénomènes

(The Happening)

 L'histoire

Surgi de nulle part, le phénomène frappe sans discernement. Il n’y a aucun signe avant-coureur. En quelques minutes, des dizaines, des centaines de gens meurent dans des circonstances étranges, terrifiantes, totalement incompréhensibles. Qu’est-ce qui provoque ce bouleversement radical et soudain du comportement humain ? Est-ce une nouvelle forme d’attaque terroriste, une expérience qui a mal tourné, une arme toxique diabolique, un virus qui a échappé à tout contrôle ? Et comment cette menace se propage-t-elle ? Par l’air, par l’eau, ou autrement ? Pour Elliot Moore, professeur de sciences dans un lycée de Philadelphie, ce qui compte est d’abord d’échapper à ce phénomène aussi mystérieux que mortel. Avec sa femme, Alma, ils fuient en compagnie d’un ami, professeur de mathématiques, et de sa fille de huit ans. Très vite, il devient évident que personne n’est plus en sécurité nulle part. Il n’y a aucun moyen d’échapper à ce tueur invisible et implacable. Pour avoir une mince chance de survivre, Elliot et les siens doivent à tout prix comprendre la véritable nature du phénomène, et découvrir ce qui a déchaîné cette force qui menace l’avenir même de l’espèce humaine…

Elliot Moore - Phénomènes (The Happening)
Elliot Moore

Le petit mot du Doc

PHENOMENES raconte l’histoire d’une famille qui fuit une menace aussi inexplicable qu’imparable, un ennemi invisible qui met en danger l’humanité en détruisant le plus essentiel de nos instincts : l’instinct de survie

Considéré comme l’un des cinéastes contemporains les plus novateurs et les plus originaux, M. Night Shyamalan s’est imposé comme un maître du suspense en tissant des histoires qui vous entraînent à la découverte de situations toujours mystérieuses au dénouement totalement inattendu. Mélangeant suspense, intensité dramatique, humour et émotions, ses films sont des fables d’aujourd’hui, des contes modernes qui abordent des thèmes universels qui touchent le coeur et l’esprit de tous les publics. Avec PHENOMENES, le scénariste et réalisateur revient à ses racines en nous offrant un thriller intense, net et épuré, une histoire de catastrophe planétaire, de fuite éperdue, du combat entre l’homme et la nature. Le coeur de l’histoire est peut-être le plus immédiat et le plus direct qu’il ait traité jusqu’ici : le film suit trois personnes seulement – un homme, une femme et un enfant sur les routes, fuyant une catastrophe sans nom. Mais c’est aussi une histoire qui présente une vision terrible et dérangeante d’une apocalypse déclenchée non pas par l’homme, mais par la nature.

Alma - Phénomènes (The Happening)
Alma

C'est en traversant les paysages verts et luxuriants du New Jersey que M. Night Shyamalan a eu l’idée de PHENOMENES. Il se souvient : "Je rentrais à New York, c’était une journée magnifique et les arbres bordaient la route, la surplombant sur de longues sections. Je me suis brusquement demandé ce qui se passerait si la nature se retournait contre nous. En un instant, j’avais toutela structure de l’histoire, les personnages s’imposaient d’eux-mêmes."

La première version du scénario était déjà intense, mais lorsque Twentieth Century Fox est arrivé sur le projet, le studio a suggéré que Shyamalan pouvait aller encore plus loin, en traitant son sujet comme pour un film « R-rated » (interdit aux enfants de moins de 17 ans non accompagnés d’un adulte) et tendre vers des extrêmes en termes de tension et de terreur. Shyamalan fut surprismais excité par cette suggestion de s’aventurer là où il n’était jamais allé et par la possibilité de donner libre cours à son imagination sans se limiter. Le producteur Barry Mendel commente : "L’idée motrice de ce film a été de pousser plus loin ce que nous appelons « le genre Shyamalan »."

M. Night Shyamalan envisageait de créer une sorte de vision contemporaine biaisée des thrillers paranoïaques de l’époque de la guerre froide des années 50 et 60. Ces films divertissaient tout en jouant sur l’anxiété, créant un sentiment de catastrophe imminente qui vous tenait en haleine. Et sous des dehors de divertissement, ils remettaient aussi subtilement en cause la direction que prenait la société. Des corbeaux vengeurs de Hitchcock au Godzilla atomique, sans oublier les végétaux de L’INVASION DES PROFANATEURS DE SEPULTURES (1956) de Don Siegel, bien des classiques du suspense fonctionnaient comme des films d’horreur, tout en laissant les spectateurs s’interroger sur la possibilité d’un monde où la Terre continuerait à exister… mais sans les humains.

Image scifi-movies

Shyamalan garde tout le mystère de cette histoire en évitant de donner une explication précise des causes de ce terrible phénomène, évoquant seulement la possibilité d’un retour de flamme de l’environnement qui affecte l’esprit humain. "Le film est un examen de conscience mais dans un sens, je pense que le public trouvera ses propres réponses. Nous n’avions pas besoin d’expliquer ce qui se passe dans les moindres détails. Certains personnages parlent de ce qui se produit, mais ils ne sont pas pris au sérieux, voire même rejetés par les autres. Je crois pourtant que notre responsabilité en tant qu’humains quant à la situation environnementale actuelle est très présente dans le film, tout comme la notion de prise de conscience et de la nécessité d’agir en conséquence."

Image scifi-movies

M. Night Shyamalan a aimé pouvoir s’éloigner de ce qui a fait sa réputation : des fins complètement inattendues et surprenantes. Il a envisagé dès le début l’histoire de PHENOMENES comme se déroulant sur une période de 36 heures seulement, depuis les premiers symptômes du désastre jusqu’au point culminant de l’histoire, un paroxysme qui laisserait le spectateur le souffle coupé. "J’aimais l’idée de faire un film de fin du monde capable de surprendre le spectateur qui s’attend à une de ces fins dont j’ai le secret. Là, ce sera une autre forme de surprise ! Parfois, une histoire est simplement une histoire… Dans le cas de PHENOMENES, c’est celle d’une famille qui s’efforce de survivre et d’apprendre à s’aimer les uns les autres, et c’est ce thème qui m’a le plus attiré. Mon objectif est toujours de faire un film qui ne vous laisse pas une seconde de répit, où vous devenez paranoïaque à propos de ce qui se passe dans le monde, à propos de choses auxquelles vous n’aviez pas vraiment réfléchi jusque-là…"