Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

New York ne répond plus

(The Ultimate Warrior)

 L'histoire

 Histoire complète

En 2012. Victime d'une catastrophe écologique, la Terre est à l'agonie, abandonnée aux mains de barbares qui se partagent les dernières ruines de la civilisation humaine. A New York, des groupes de pillards s'affrontent impitoyablement. Cal, qui fait partie du clan du Baron, dont les membres ne tuent qu'en état de légitime défense, a réussi à faire pousser des légumes, qu'il garde jalousement, comme un véritable trésor. Installée au coeur d'une enceinte fortifiée, la communauté subit les attaques répétées d'une bande particulièrement féroce, commandée par un certain Carrott. Ne sachant plus à quel saint se vouer, le Baron engage un mercenaire...

Carson, un guerrier, est recruté par le Baron - New York ne répond plus (The Ultimate Warrior)
Carson, un guerrier, est recruté par le Baron

Le petit mot du Doc

Première et unique incursion dans la science-fiction de Robert Clouse, le réalisateur de NEW YORK NE RÉPOND PLUS (ULTIMATE WARRIOR étant son titre original) s'est forgé une véritable réputation dans un autre genre : le film de Kung-Fu. Il a effectivement permis à la trop courte carrière de Bruce Lee d'exploser en dehors de l'Asie et réalisant OPERATION DRAGON (1973) et LE JEU DE LA MORT (1978), son dernier film. Clouse fit aussi beaucoup pour la carrière en occident d'une autre star asiatique, à la carrière d'ores et déjà plus longue, Charlie Chan, pour qui il réalise en 1980 LE CHINOIS, son premier film américain.

Cette anecdotique association permit au film d'être désigné comme le premier film de "science-fiction kung-fu". Mais au-delà, il est le précurseur d'un cycle de long métrages de gangs futuristes des années 80 dont on retiendra les titres NEW YORK 1997 (1981) de John Carpenter ou encore l'italien LES GUERRIERS DU BRONX (1982) d'Enzo G. Castellari.

Cal et le Baron envisagent un avenir pour la Terre - New York ne répond plus (The Ultimate Warrior)
Cal et le Baron envisagent un avenir pour la Terre

Il y a 35 ans, le réchauffement planétaire, la menace d'épuisement de la terre et la raréfaction de l'eau faisait donc déjà couler l'encre. Thèmes qui n'ont jamais été aussi contemporains. Preuve une fois de plus que la science-fiction sait, par l'imagination cognitive, anticiper l'avenir de notre civilisation et a toujours joué son plein rôle d'avertisseur… On regrettera malheureusement qu'en définitive, cela ne semble pas servir à grand-chose ! Nous sommes ici en 2012. Le réchauffement climatique a eu raison de nous et les quelques survivants se sont organisés en clans. Certains, dans des enceintes fortifiées, tentent de rebâtir un semblant de société tout en cherchant à développer les aliments qui pourront les nourrir. D'autres ne cherchent qu'à survivre au dépend d'autrui, régnant par la violence et le non droit. Dans Manhattan (de tout temps emblème mondial de l'économie et de la finance mondiale) les bandes rivales s'affrontent sans pitié et pour survivre, la chair humaine serait aussi à l'ordre du jour.

Carson veille sur la communauté - New York ne répond plus (The Ultimate Warrior)
Carson veille sur la communauté

Le succès du film engendra la création de quelques groupes semi-religieux prenant pour argent comptant sa vision futuriste et apocalyptique. Certains, par anticipation, se lanceront même dans la culture de plantes qui sauront résister à l'apocalypse annoncée. Le film ne nous en dit cependant pas beaucoup plus sur cette apocalypse. Tout aurait commencé par la pénurie d'essence, puis la maladie et les épidémies insurmontables… décidément, beaucoup de clairvoyance dans le script de Robert Clouse. Etonnant même qu'il n'ait pas par la suite replongé dans la science-fiction. Cet homme là semblait (il est décédé le 4 février 1977) avoir un fort potentiel à flairer l'inévitable… à commencer par l'image d'introduction du film sur laquelle on voit Manhattan avec, devinez quoi ? Les tours jumelles bien entendu ! Autre anecdote, aux Etats-Unis, durant l'exploitation du film en salles, les ventes de couteaux auraient grimpé de 2%, les scènes de combat à l'arme blanche ayant provoqué un effet inattendu sur les spectateurs qui se sont dans doute imaginé un instant dans la peau de Yul Brynner.

Un des grands intérêts du film réside également dans ses décors apocalyptiques qui ont du inspirer MAD MAX 2. New York semble effectivement déserté, abandonné, en ruines et, monté sans bande son ni musique, donne tout de suite au film son côté post-apocalyptique dans une ambiance pesante digne d'un SURVIVANT (1971) ou encore CINQ SURVIVANTS (1951).

Tentative d'évasion - New York ne répond plus (The Ultimate Warrior)
Tentative d'évasion

Grand fan des 7 MERCENAIRES (1960) de John Sturges, Clouse - qui n'a jamais caché son influence principale en provenance du western - tenait à faire tourner Yul Brynner dans ce film. Ce dernier accepta de tenir le rôle principal non pas à la lecture du scénario qu'il n'appréciait guère, mais après avoir été impressionné par OPERATION DRAGON. Yul Brynner (Juli Borisovitch Bryner de son véritable nom) restera cette figure charismatique et envoutante du cinéma. D'origine russe, il passe par la France de 1934 à 1940 pour devenir trapéziste au cirque d'Hiver, métier qu'il abandonne à la suite d'une grave chute. Au début des années 40 il étudie le théâtre et commence à se produire à Broadway. La suite est connue, trois grands films sortent du lot : LE ROI ET MOI (1956), LES DIX COMMANDEMENTS (1956) et bien sur LES 7 MERCENAIRES. Pour la science-fiction, on se rappellera à jamais son rôle peu bavard mais efficace de flingueur dans MONDWEST (1973) et sa suite LES RESCAPES DU FUTUR (1976) qui firent sa réputation auprès des fans du genre.

02 février 2010