Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

La lune à un mètre

(La lune à un mètre)

 L'histoire

 Histoire complète

Lorsque le diable vient perturber un studieux astronome, la Lune (qui a pris la forme d'une belle demoiselle) vient chasser le malotru. Mais l'astre sélène tout entier s'invite sans prévenir dans le laboratoire du scientifique et lui joue quelques tours, déplaçant tables et chaises, dévorant même son télescope avant de laisser échapper de sa gueule Pierrot et Colombine, que furieux l'astronome renvoie illico presto…

A la nuit tombée, les charmes de la Lune se précisent. Mais celle-ci finit par avaler notre astronome avant d'en recracher les morceaux… une nouvelle fois l'œuvre du diable ! Ce dernier est à nouveau chassé par la Lune bienveillante, belle demoiselle qui renvoie un à un les fragments d'astronome dans la gueule de l'astre, lequel se reconstitue pièce par pièce sur la chaise de ses appartements.

 Attention Spoiler ! la fin du film vous est racontée ci-dessous…

Notre scientifique n'aura pas le temps de la remercier… ce n'était qu'un rêve !

Le diable vient perturber un studieux astronome - La lune à un mètre
Le diable vient perturber un studieux astronome

Le petit mot du Doc

Il semblerait que LA LUNE A UN METRE soit le premier film à faire allusion au voyage dans l'espace. Il n'en est cependant rien. Ce n'est pas l'astronome qui va sur la Lune, mais la Lune qui vient à l'astronome. Il ne faut pas chercher dans ce titre une quelconque image… l'astre sélène s'invite 'en vrai'.

Georges Méliès comprend tout de suite que le meilleur usage à faire de cette nouvelle invention que l'on appelle le cinématographe est de mettre en scène des fantaisies fantastiques et féeriques plutôt que de filmer la vie quotidienne, ce que font alors les frères Lumière. A la base prestidigitateur, Méliès s'en donne à cœur joie et use à tort et à travers d'effets spéciaux qu'il a découverts par hasard et qu'il s'applique à améliorer. Dans LA LUNE A UN METRE, il démontre qu'il est déjà devenu le maître incontesté en la matière, quatre ans avant son célèbre LE VOYAGE DANS LA LUNE (1902), usant de techniques qui forment aujourd'hui encore les bases du trucage cinématographique.

A la nuit tombée, les charmes de la Lune se précisent - La lune à un mètre
A la nuit tombée, les charmes de la Lune se précisent

Ici, Méliès n'a que trois minutes pour 'montrer' le maximum de numéros et de pitreries. Le scénario (très visuel… absence de son oblige) n'est pas l'ambition première. On notera toutefois que cette pellicule aborde le Bien et le Mal qu'il associe aux deux faces de la Lune : son côté clair en la personne d'une belle jeune femme coiffée d'un croissant de Lune, et sa face cachée, côté obscur par excellence, immortalisé par le diable en personne.

Aux Etats-Unis, LA LUNE A UN METRE a été traduit par un titre plus sensationnel : A TRIP TO THE MOON. Warwick Trading, la compagnie anglaise de distribution à laquelle George Méliès avait confié son film le ré-intitula de deux façons : THE ASTRONOMER'S DREAM, plus en phase avec le scénario, et THE MAN ON THE MOON, titre qui donnait une consonance plus SF à cette oeuvre.

La Lune dévore notre astronome - La lune à un mètre
La Lune dévore notre astronome

L'histoire juridique de LA LUNE A UN METRE est suffisamment cocasse pour que l'on s'y penche quelques instants. Le 26 juin 1899, près de 6 mois après que Méliès ait achevé son film, le producteur américain Sigmund Lubin dépose un copyright en son propre nom. Du piratage ! Le 10 juin de cette même année, Lubin présente à nouveau le film sous un nouveau titre, plus aguichant : THE ASTRONOMER'S DREAM AND TRIP TO THE MOON. L'année suivante, le 10 mars 1900, le film est présenté sous le titre THE MARVELLOUS TRIP TO THE MOON. Curiosité, on lui a ajouté trois minutes supplémentaires d'une provenance incertaine… à moins que la véritable longueur de la pellicule n'ait été volontairement exagérée. Deux ans plus tard, le film présenté par Lubin atteint cette fois-ci les 20 minutes. Dans son nouveau catalogue de janvier 1903, le producteur donne alors une description détaillée de son THE ASTRONOMER'S DREAM OR THE TRIP TO THE MOON, film aujourd'hui disparu. Si celui-ci débute par les trois minutes du film de Méliès, LA LUNE A UN METRE, le reste du métrage n'est pas du même acabit. Images tournées par Lubin lui-même ou à nouveau empruntées sans scrupule à un illustre inconnu, la suite du film est faite d'images fantaisistes dont certaines montrent une vache sautillant sur la Lune… en quelque sorte le premier astronaute américain !

Dame Sélène a sauvé notre scientifique - La lune à un mètre
Dame Sélène a sauvé notre scientifique