Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Gamera contre Zigra

(Gamera tai Shinkai kaijû Jigura)

 L'histoire

Durant la deuxième partie du XXème siècle, l'être humain a réussi à voyager dans l'espace. Comme bien d'autres nations, le Japon a lui aussi construit sa base lunaire. La conquête de l'espace a commencé. Mais nous ne sommes pas seuls. Les Zigras, des êtres aquatiques, sont à la recherche d'une planète d'eau. Après avoir rasé la base lunaire japonaise, leur soucoupe volante se pose sur le fond du Pacifique. Leur objectif est sans équivoque : asservir les humains afin d'en faire leur nourriture. Grâce au ciel, le salut viendra encore une fois de Gamera, amie des enfants et sauveur de l'humanité…

Prisonniers des Zigras - Gamera contre Zigra (Gamera tai Shinkai kaijû Jigura)
Prisonniers des Zigras

Le petit mot du Doc

Depuis le poulpe géant aux puissantes tentacules et à la tête pointue de GAMERA CONTRE VIRAS (1968), notre tortue de mer n'avait pas croisé autre monstre marin. C'est maintenant chose faite avec Zigra, sorte de requin à la dure carapace, aux ailerons acérés et au redoutable bec de perroquet denté. Mais cette bestiole là vient d'une autre planète…

Avec GAMERA CONTRE ZIGRA, Noriaki Yuasa et Nisan Takahashi renouent avec les extra-terrestres après un bref retour 100% terrien dans l'épisode précédent GAMERA CONTRE JIGER (1970). On comprend les cinéastes : l'opportunité d'utiliser l'exposition universelle de 1970 comme tremplin pour asseoir la notoriété de leur tortue fétiche ne pouvait être ignorée. Les Zigras (les habitants de la planète Zigra) ont voyagé durant 4 milliards d'années lumière depuis la galaxie 105K1 à la recherche d'une planète à coloniser pouvant les héberger et les nourrir. Ce peuple qui vivait sous la mer a été chassé par une pollution accidentelle. Et pour démontrer leur supériorité, ils déclenchent de multiples séismes d'amplitudes encore jamais observées. L'armée ne fait pas le poids. Elle renonce même à utiliser l'arme atomique, un changement de mentalité quand on sait qu'elle l'a employée dans le premier GAMERA six ans plus tôt.

Chikako Sugawara - Gamera contre Zigra (Gamera tai Shinkai kaijû Jigura)
Chikako Sugawara

Et le premier extra-terrestre d'observer est en fait UNE extra-terrestre. On appréciera l'effort sans cesse renouvelé des auteurs pour nous proposer quelques aliens sensuels. Ici, l'habitante de Zigra se nomme Sugawara et elle n'a pas l'air commode. Mais elle nous réserve aussi un petit secret que l'on découvrira au fil de l'histoire.

D'une manière moins prononcée mais toujours présente, ce sont encore une fois les enfants qui mènent la barque (au sens figuré comme au sens propre !). La petite Helen et le petit Kenichi (ceux qui font des bêtises vont toujours par deux) sont sur tous les fronts et passent leur temps à désobéir, fuguer et implorer l'aide de Gamera. Ils sont les enfants des Dr. Yosuke Ishikawa et Tom Wallace, deux biologistes maritimes qui travaillent pour le Sea World du centre marin de Kamogawa. Comme tout Sea World qui se respecte, celui-ci possède des orques. Et quand on s'occupe des orques, on doit leur brosser les dents ! Donc tout enfant doit se brosser les dents comme les orques. Et oui, s'adressant au public en culottes courtes, ce nouveau Gamera ne manque pas une occasion de jouer la carte de l'éducation.

Voyage au fond des mers - Gamera contre Zigra (Gamera tai Shinkai kaijû Jigura)
Voyage au fond des mers

Point de ville saccagée par les monstres dans cet opus, tout au plus quelques (fausses) images montrant les dévastations causées par des séismes d'amplitude 13 sur l'échelle de Richter ! Moins de villes signifie également moins de maquettes. En contrepartie on aura toutefois droit à une belle petite séquence d'introduction sur la surface de la lune avec la destruction de la base lunaire japonaise par la soucoupe volante (peu réussi, l'engin ressemble davantage à une couronne princière qu'à une soucoupe volante) des Zigras. Avions de chasse, navires marchands, bathyscaphe jaune (décidemment, tous les submersibles des Gamera sont jaunes) et autres maquettes sont toujours au rendez-vous, y compris les hélicoptères employés dans le titre précédent qui viennent de passer une année au placard.

Le film n'est pas dénué d'humour. Notons la tenue choisie par Sugawara pour passer inaperçue et se fondre parmi les humains : un bikini ! Quant à Gamera il ajoute aussi sa petite note d'humour lorsqu'il se met à faire de la musique en tapant à coup de cailloux sur les écailles de Zigra.

Une curieuse auto-stoppeuse - Gamera contre Zigra (Gamera tai Shinkai kaijû Jigura)
Une curieuse auto-stoppeuse

Mais GAMERA CONTRE ZIGRA est aussi et surtout une mise en garde résolument écologique. Le film accuse l'homme de polluer nos mers. Comme le dit notre belle extra-terrestre : "la mer va finir en dépotoir". Sugawara vient ainsi menacer l'humanité là ou Klaatu venait la mettre en garde contre le pouvoir incontrôlé de l'atome dans LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA (1951). C'est le père du petit Kenichi qui aura le mot de la fin : "Zigra est mort mais il trouvait nos mers magnifiques. Si nous venions à salir cette belle mer, ce serait une honte pour l'humanité. Gamera et Zigra tentent de protéger les mers de la pollution, voilà ce qu'ils nous ont appris." Un rappel nécessaire (et plus que jamais d'actualité) en forme de morale pour un peuple qui vit sur un archipel au cœur du Pacifique.