Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Le chemin des étoiles

(Doroga k zvezdam)

 L'histoire

 Histoire complète

Les chemins de la connaissance sur la planète Terre n'ont jamais été faciles pour l'Homme. Depuis toujours il a été attiré par les endroits inexplorés et habité par cette inspiration à faire de nouvelle découvertes. Malgré le danger il s'est lancé dans de lointaines expéditions, a conquis les pôles, s'est élevé au-delà des nuages et est descendu dans les abysses surmontant d'innombrables difficultés. Il a trouvé des chemins qui mènent aux secrets les plus cachés de la nature. Il a pénétré au cœur de la cellule vivante, au cœur de l'atome. Il cherche à découvrir les secrets de l'univers et à se connaître lui-même. Mais il n'a encore jamais quitté sa planète. Mais voilà venu l'heure de franchir le seuil de cette demeure…

Konstantin Tsiolkovsky pose les bases de l'astronautique - Le chemin des étoiles (Doroga k zvezdam)
Konstantin Tsiolkovsky pose les bases de l'astronautique

Ce film consacré au devenir de l'homme dans le cosmos commence avec l'histoire de Tsiolkovsky, grand et modeste savant qui enseigne à l'école primaire à la fin du 19ème siècle. Konstantin Tsiolkovsky passe pour un original et n'a qu'une obsession : défier la pesanteur terrestre et s'envoler pour l'espace. L'obus de jules Vernes est ingénieux, mais il ne pourrait jamais atteindre la vitesse suffisante pour échapper à l'attraction de la planète. Une solution existe : la fusée. Tsiolkovsky se lance alors d'ans l'étude théorique d'un vaisseau spatial : il détermine le type de carburant, la structure de la cabine, réfléchit au revêtement de l'engin et à la manière de le diriger. Pendant plusieurs années il travaille sur ce qui allait devenir les fondement d'une nouvelle science : l'astronautique. Son étude a été publiée en 1903 sous le titre "L'exploration de l'espace cosmique au moyen d'engins à réaction". A la fin de sa vie Tsiolkovsky trouve la solution : un train de fusées ; il invente la fusée à étages.

En 1929 le professeur allemand Obert assure Tsiolkovsky que les savants du monde entier vont tout mettre en œuvre pour réaliser le plus grand rêve de l'humanité. Des milliers d'hommes enthousiastes sont au travail et mettent au point des fusées. En 1929, la fusée du Professeur américain Godard s'élève dans le ciel. En 1933, l'URSS expérimente sa première fusée. Résultat des ces études poussées, le 4 octobre 1957, les soviétiques mettent en orbite un engin spatial, le Spoutnik. Ce premier satellite artificiel annonce le début d'une ère nouvelle…

En orbite une sortie extravéhiculaire s'impose - Le chemin des étoiles (Doroga k zvezdam)
En orbite une sortie extravéhiculaire s'impose

Bientôt viendra le premier vol habité dans l'espace. Projetons nous dans le futur… Trois astronautes prennent place à bord d'une fusée moderne construite par des centaines d'entreprises et des milliers de personnes. Nous assistons à son décollage, à la séparation de ses deux étages pour atteindre la vitesse orbitale (huit kilomètres par seconde). A plus de mille kilomètres d'altitude, les cosmonautes découvrent l'absence de pesanteur. Le travail quotidien commence : au programme, observations et sortie extravéhiculaire. Puis le vaisseau rentre en décrivant des spirales pour ne pas se consumer dans l'atmosphère.

Maintenant les hommes se sont lancés dans la construction d'une station orbitale. Les matériaux sont acheminés par les cargos de l'espace. Des équipes entières de monteurs scaphandriers travaillent à leurs assemblages. Une fois achevée, la station spatiale tourne autour de la terre. Sa partie externe – une sorte de grande roue - pivote afin de créer une pesanteur artificielle. C'est le royaume des météorologues, des astronomes, des biologistes et des physiciens. Quelques dizaines de personnes y travaillent et chacun y trouve aussi un peu intimité. Depuis le hublot de sa cabine personnelle, équipé de tout le confort personnel, le cosmonaute ne se sent alors pas trop coupé de la Terre.

Tout le confort dans les cabines de la station orbitale - Le chemin des étoiles (Doroga k zvezdam)
Tout le confort dans les cabines de la station orbitale
 Attention Spoiler ! la fin du film vous est racontée ci-dessous…

On y prépare aussi le premier vol habité vers la Lune. C'est un nouveau pas qui va être franchi. On imagine déjà les foulées suivants : la Lune est habitée et devient l'avant poste de la conquête du système solaire. L'homme pose pour la première fois un pied sur une autre planète. "L'impossible aujourd'hui sera possible demain" (Tsiolkovsky).

Le petit mot du Doc

Voici un documentaire-fiction exceptionnel, réalisé par le russe Pavel Klushantsev en 1958 qui a sans aucun doute une part non négligeable de responsabilité dans l'histoire de la conquête spatiale. Par le biais du cinéma, la vie et l'œuvre de ce visionnaire dont l'imagination fertile a toujours puisé dans sa passion du cosmos ont été étroitement liés à la course aux étoiles.

La station orbitale est le point de départ vers la Lune - Le chemin des étoiles (Doroga k zvezdam)
La station orbitale est le point de départ vers la Lune

Pavel Klushantsev commence par faire des films de propagande et de formation à l'armée. Il comprend très vite que le cinéma est un support parfait pour créer l'illusion et il découvre de nouvelles techniques cinématographiques. LE CHEMIN DES ETOILES est largement au-dessus de ce qu'il se faisait en matière d'effets spéciaux à l'époque. Des effets spéciaux particulièrement aboutis comme le démontrent ces premières images d'apesanteur mises au point pour un film, inventant des techniques révolutionnaires de tournage qui seront dix ans plus tard reprises par Stanley Kubrick pour son 2001 L'ODYSSEE DE L'ESPACE.

Le maître mot de Klushantsev était la crédibilité scientifique de son propos et de sa vision du futur. Pour cela il travailla avec des experts en astronautique et en particulier avec le bras droit du responsable du programme spatial soviétique. C'est d'ailleurs durant le tournage du film que le 4 octobre 1957 les russes réussissent la mise en orbite de Spoutnik. Du coup le film fait sensation et les dirigeants des studios de cinéma qui ne comprenaient pas son intérêt invétéré à vouloir filmer des fusées (on avait demandé à Klushantsev pourquoi il voulait réaliser ce film bizarre de science-fiction plutôt qu'un documentaire sur la production de betteraves ou de pommes de terre) ne jurent plus que pour elles et demandent alors à ce que Spoutnik soit intégré au film.

Malgré lui, le film devient alors un outil de propagande qui glorifie la suprématie soviétique en matière de conquête spatiale. Distribué dans plus de vingt pays, LE CHEMIN DES ETOILES eu donc un impact primordial pour les américains. C'est ainsi que naquis la course aux étoiles entres les deux superpuissances. Dès lors la carrière de Pavel Klushantsev sera étroitement liée à cette longue rivalité et la politique alors menée par les siens sera décisive dans le choix des films qu'il sera autorisé à tourner. Pour exemple, son projet suivant impliquait trois fusées en partance pour la Lune : l'une allemande, l'autre américaine et la dernière russe. Les trois concurrents unissaient finalement leurs forces pour parvenir au but. Mais point de partenariat de la sorte envisageable à cette époque. PIERRE DE LUNE sera refusé par le pouvoir soviétique.

Les cosmonautes assemblent la station spatiale - Le chemin des étoiles (Doroga k zvezdam)
Les cosmonautes assemblent la station spatiale

Après le superbe LA PLANETE DES TEMPETES (1962), naîtra dans la souffrance deux autres documentaires fiction visionnaires du même style : LA LUNE (1965) et MARS (1968), repoussant toujours plus loin les frontières de la quête du cosmos par l'humanité… et par le cinéma russe.