Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Chapeau melon et bottes de cuir

(The Avengers)

 L'histoire

Les aventures de deux agents des services secrets britanniques. Chapeau melon pour lui et bottes de cuir pour elle, bien que formant une paire hors du commun, ils résolvent des énigmes très particulières et empêchent des génies diaboliques de prendre le contrôle de la Terre. Un duo peu ordinaire mais diablement efficace…

Catherine Gale enquête avec John Steed - Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers)
Catherine Gale enquête avec John Steed

Le petit mot du Doc

C'est en 1960 qu'Howard Thomas, un des principaux responsables de la chaine britannique ABC, suggère à l'un de ses collaborateurs, Sydney Newman, de produire une nouvelle série d'espionnage. Il faut dire qu'à cette époque-là, la guerre froide fait rage et les histoires d'espionnage fleurissent : en tête les romans de l'écrivain Ian Fleming et son agent secret James Bond qui donneront plus tard les succès cinématographiques que l'on sait. Newman décide alors de remanier une série policière classique produite par Leonard White – POLICE SURGEON – alors un échec. Il offre le rôle principal à l'acteur Ian Hendry (co-équipier de Roy Thinnes dans le film DANGER : PLANÈTE INCONNUE) qui, après POLICE SURGEON, interprète à nouveau un médecin, David Keel, et lui adjoint un membre des services secrets britanniques : John Steed. Tous deux unis pour combattre le crime, ainsi naît THE AVENGERS.

Hormis quelques rares épisodes édités en DVD en 2004, cette première saison reste inédite en France. Et pour cause. Diffusés en direct, certains épisodes n'ont jamais été enregistrés en vidéo en raison du coût prohibitif des enregistrements. Les 26 épisodes qui la composent sont des plus classiques et pèchent par leur manque de moyens techniques. Tournés en grande partie en studios, c'est le Docteur Keel qui mène les épisodes tandis que John Steed, qui ne porte pas encore son célèbre chapeau melon, passe au 2ème plan. Il est d'ailleurs totalement absent de l'épisode "Le trapéziste". Sans compter que l'on ne sait pas vraiment qui est Steed ni pour quelle agence il travaille.

A la fin de la saison, Ian Hendry quitte la série. Dans l'urgence on lui trouve un remplaçant en la personne de Jon Rollason qui campe un nouveau médecin, le docteur Martin King. Mais devant la médiocrité des trois premiers épisodes, on écourte leur relation. La production décide alors d'engager plus d'acteurs pour épauler Patrick Macnee. Parmi eux, deux femmes : Julie Stevens qui interprète une chanteuse de cabaret - Venus Smith - et qui partagera 6 épisodes avec lui, mais surtout, Honor Blackman qui, dans le rôle de Catherine Gale, va devenir la première véritable partenaire féminine de l'acteur pour la série.

Diana Rigg, l'égérie de la série - Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers)
Diana Rigg, l'égérie de la série

Car on cherche un personnage récurrent pour partager les enquêtes de Steed. Newman élabore ainsi le personnage de cette femme forte et, ce faisant, bouleverse le concept du show. Conséquence première : les scénarios, à l'origine prévus pour un homme, doivent être retravaillés. En dehors de ses activités professionnelles, cette jeune et belle anthropologue apporte son aide à Steed et n'hésite pas à recourir aux combats à mains nues pour venir à bout de ses adversaires. Honor Blackman suit des cours intensifs de judo et voit sa garde robe évoluer vers la tenue de cuir, plus souple à porter pour les scènes d'action. Le "chapeau melon" de John Steed et les "bottes de cuir" de Catherine Gale font peu à peu leur apparition… A une époque encore sexiste, ce personnage féminin, empreint de charme et de fermeté, apparaît comme une révolution. Grâce à THE AVENGERS, Honor Blackman devient la première véritable héroïne de la télévision anglaise… un pas de plus vers l'émancipation de la femme !

L'actrice quitte la série à la fin de la troisième saison pour se consacrer à quelques contrats cinématographiques dont un James Bond, GOLDFINGER, ou encore le film de Don Chaffey aux incroyables effets spéciaux de Ray Harryhausen : JASON ET LES ARGONAUTES. Pour expliquer son départ aux téléspectateurs, on dira dans le dernier épisode qu'elle est partie prendre des vacances aux Bahamas. La méthode est un peu rude mais sera pourtant réutilisée pour notre prochaine héroïne.

Justement. On cherche activement la remplaçante d'Honor Blackman parmi quelques 80 actrices. Aucune ne fait réellement l'affaire. Finalement c'est une jeune comédienne du nom de Diana Rigg qui convainc la production. Très vite Diana Rigg s'impose auprès du public par son talent, sa beauté et un sens de l'humour qui s'accorde parfaitement à celui de Patrick Macnee. La comédienne se démarque aussi par une garde-robe très sixties spécialement confectionnée pour elle. Bref, elle deviendra très vite une icône de la série et participera dès lors à son succès croissant. Car si CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR s'est déjà vendue dans 40 pays, les Etats-Unis font toujours de la résistance.

Passage de témoin, quand Tara King croise Emma Peel - Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers)
Passage de témoin, quand Tara King croise Emma Peel

La diffusion outre Atlantique débute avec la saison 4 et le nouveau marché impose quelques modifications, dont la plus notoire : la couleur. La saison 5 est donc pour la toute première fois tournée en couleur pour répondre favorablement à la demande américaine. Bien que les épisodes en noir & blanc conservent aujourd'hui encore tout leur charme, il faut bien admettre que découvrir enfin la palette de couleurs des tenues très sexy d'Emma Peel est des plus plaisant. Cette cinquième saison (1967) voit aussi ses scripts beaucoup plus tournés vers la science-fiction, délaissant quelque peu la thématique de l'espionnage qui n'a plus vraiment le vent en poupe.

Ainsi on découvre un homme invisible dans "L'homme transparent", des androïdes sosies destinés à remplacer leurs originaux dans "Interférences", épisode dans lequel le grand Christopher Lee, maître du film de genre à la Hammer joue le méchant de service. On y voit aussi la création d'un surhomme et un avion sans pilote dans "Le dernier des sept" avec la présence de Charlotte Rampling et Donald Sutherland, alors de jeunes comédiens. Viennent ensuite une machine à intervertir les esprits de deux corps dans "Qui suis-je ?", un Cyborg dans "Le retour des Cybernautes", suite directe de l'épisode "Les Cybernautes" de la saison 4, un homme électrique dans "La dynamo vivante", un miniaturiseur dans "Mission très improbable" et bien d'autres curiosités encore…

Mais la fin de la saison va réserver une nouvelle déception. Malgré un cachet fortement augmenté, usée par le rythme des tournages éreintants et fatiguée des pressions qu'elle subit de la part des journalistes et de la production, Diana Rigg quitte la série à son tour. On inventera pour elle aussi une histoire improbable pour justifier son remplacement : son mari - dont on n'a nullement entendu parler jusque là -, prétendu mort dans le crash de son avion dans la forêt amazonienne, refait soudain surface. Emma s'en va après une courte scène d'adieu poignante avec son partenaire de deux saisons. Nous autres spectateurs serons tout aussi tristes de voir partir Diana Rigg devenue l'égérie de la série. Elle aussi deviendra James Bond Girl dans AU SERVICE SECRET DE SA MAJESTÉ au côté de George Lazenby.

Un nouveau venu : Mère-Grand - Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers)
Un nouveau venu : Mère-Grand

D'abord écartés, Albert Fennell et Brian Clemens reprennent le contrôle exclusif de la production pour une sixième saison en octobre 1967. Côté scénario on opère un retour vers les histoires d'espionnage plus classiques misant davantage sur le caractère saugrenu et improbable des situations. Pour remplacer Diana Rigg et interpréter Tara King, on choisit une jeune étudiante en arts dramatiques parmi 200 candidates : Linda Thorson, Linda Robinson de son véritable nom. L'inexpérience de cette canadienne âgée d'à peine 20 ans et qui ne connaît pas même la série lui vaut quelques déboires. Mais Patrick Macnee prend rapidement la jeune femme sous son aile. Le passage de témoin se fait dans l'épisode "Ne m'oubliez pas" qui voit les deux actrices se croiser dans une courte scène.

Cette nouvelle saison est aussi l'occasion de présenter un nouveau personnage qui deviendra récurrent : Mère-Grand, le supérieur de nos agents spéciaux, interprété par Patrick Newell, inlassablement accompagné de son assistante muette (et bonne à tout faire), Rhonda. Mère-Grand est paralysé et ne se déplace qu'en fauteuil roulant. Ce handicap ne l'empêche toutefois pas de quitter ses nombreux repaires secrets tous plus farfelus les uns que les autres. Ce personnage est sans doute une bonne trouvaille pour imprimer un renouveau de qualité à la série.

Le tournage toujours éreintant ne permettant aucun arrêt, Linda Thorson est remplacée au pied levé dans l'épisode "Meurtres au programme" le temps d'une pause vacances. Dans cette nouvelle mission, l'actrice Jennifer Croxton - qui joue Lady Diana Forbes-Blakeney - donne un coup de main à Steed. Tout comme Patrick Newell qui laisse la place à "Grand-père" dans l'épisode "Le visage", une femme aveugle qui, dit-on, seconde Mère-Grand. Plus fascinée, plus immature, plus amoureuse de Steed, si la belle Linda Thorson parvient à élever son personnage, elle n'en fait cependant pas oublier Diana Rigg qui restera la pièce maîtresse féminine de la série.

Tara King - Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers)
Tara King

Malgré un bon démarrage et devant la rude concurrence qu'offre la télévision outre atlantique, CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR est reléguée à la 69ème place des programmes américains. Bien qu'elle conserve un franc succès à l'internationale, la série est annulée le 16 février 1969 après 33 épisodes de cette ultime saison.

Honor Blackman, Diana Rigg, Linda Thorson et Joanna Lumley (Purdey dans la future série revival CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR) ont marqué le show d'une empreinte indélébile. Le travail de ces quatre drôles de dames, personnages intellectuellement (et physiquement parfois) égales de l'homme et sachant indifféremment manier charme et arts martiaux, a été salué en 2000 par un BAFTA Awards, l'équivalent britannique de notre César.

23 mars 2013