Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Le cerveau de la planète Arous

(The Brain from Planet Arous)

 L'histoire

Un objet volant non identifié se pose dans le désert au pied du Mont des Mystères, un endroit où il fait si chaud que personne n'y a mis les pieds depuis des décennies. A cinquante kilomètres de là, alertés par de forts et intermittents signes de radioactivité, Steve March et Dan Murphy, deux éminents spécialistes en fission nucléaire, décident de se rendre sur place sans même prévenir le CEA, le proche Centre d'Energie Atomique d'Indian Springs. Là ils y remarquent une grotte fraîchement creusée qu'ils décident d'explorer. Il découvrent alors la provenance de cette curieuse radioactivité : un énorme cerveau flottant dans l'air, doté de deux yeux, qui les attaque. Dan meurt, brûlé, tandis que la chose investit le corps inanimé de Steve.

Dan et Steve découvrent la provenance de la radioactivité - Le cerveau de la planète Arous (The Brain from Planet Arous)
Dan et Steve découvrent la provenance de la radioactivité

Une semaine plus tard, Steve refait surface, seul. Il explique à Sally, sa future femme, que son ami est parti prendre un peu de repos à Las Vegas. Mais Sally le trouve bizarre, très avenant, parfois agressif, et régulièrement pris de violents maux de tête. En réalité, Steve est habité par Gor, un extra-terrestre qui vient de la planète Arous. Celui-ci doit régulièrement quitter le corps de son hôte afin de s'oxygéner. Profitant d'une de ces occasions, il explique au scientifique qu'il l'a choisi afin d'accéder à certains endroits stratégiques de la région.

Bouleversée par les changements d'attitudes de Steve et par la disparition inexpliquée de Dan, Sally, avec l'aide de son père, se rend au Mont des Mystères afin de tenter d'élucider celui qui les entoure. Dans la grotte, tous deux découvrent le corps sans vie de Dan. Ils s'apprêtent à faire demi tour et à rapporter leur macabre découverte lorsqu'un autre cerveau géant (lui aussi flottant dans l'air) apparaît et sollicite leur aide. Celui-ci se nomme Vol. Il a pour mission de capturer Gor, un criminel sournois et dangereux évadé d'Arous qui a pris le contrôle de March. Assoiffé de pouvoir, Gor cherche à dominer la jeune civilisation terrienne. Vol doit le capturer, mort ou vif. Et pour cela, il a un plan…

Sally et son père découvrent le dorps sans vie de Dan - Le cerveau de la planète Arous (The Brain from Planet Arous)
Sally et son père découvrent le dorps sans vie de Dan

Le petit mot du Doc

L'époque est à la paranoïa d'invasion extra-terrestre (pour ne pas dire soviétique) et à la prise de conscience du péril atomique. Et le cinéma d'Hollywood nous en sert à toutes les sauces depuis LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA (1951). On remarquera d'ailleurs une similitude de scénario avec le film de Robert Wise lorsque Gor choisit de rassembler les représentants des plus grands pays. Ce ne sera pas ici pour une mise en garde mais plutôt pour leur faire une malhonnête proposition... Ici, l'extra-terrestre revêt une forme plutôt inhabituelle, celle d'un gros cerveau flottant dans l'air ! Hormis un final qui ne pourra manquer de nous faire sourire, les effets spéciaux sont plutôt réussis.

Steve March est l'hôte de Gor - Le cerveau de la planète Arous (The Brain from Planet Arous)
Steve March est l'hôte de Gor

C'est sous le pseudonyme de Nathan Hertz, que Nathan Juran réalise ce film en 1957. Cet américain d'origine autrichienne reçoit son premier Oscar hollywoodien en tant que directeur artistique pour le film QU'ELLE ETAIT VERTE MA VALLEE (1941) de John Ford. Délaissant les décors, les Sudios Universal l'engagent au début des années cinquante et lui confient la réalisation de westerns et autres films à petit budget. Drames, westerns, films de guerre et d'aventure se succèdent jusqu'en 1957, date à laquelle il signe son premier film de science-fiction : LA CHOSE SURGIT DES TENEBRES (1957) dans lequel un mante religieuse géante terrifie la population. Le film marque alors le début d'une longue série de films de SF qui feront toute sa renommée et le plaisir des fans : A DES MILLIONS DE KILOMETRES DE LA TERRE (1957), LE CERVEAU DE LA PLANETE AROUS (1957), L'ATTAQUE DE LA FEMME DE 50 PIEDS (1958), LE 7ème VOYAGE DE SINBAD (1958), WORLD OF GIANTS (1959), JACK LE TUEUR DE GEANTS (1962) ou encore l'excellent LES PREMIERS HOMMES DANS LA LUNE (1964). Si le succès de la plupart de ces titres est également à mettre au compte d'un autre maître - des effets spéciaux cette fois - en la personne de Ray Harryhausen, il signe ensuite pour Irwin Allen plusieurs épisodes des séries cultes VOYAGE AU FOND DES MERS (1965-1966), AU CŒUR DU TEMPS (1966-1967), PERDUS DANS L'ESPACE (1965-1968) et AU PAYS DES GEANTS (1965-1970).

Gor explique à Steve se qu'il attend de lui - Le cerveau de la planète Arous (The Brain from Planet Arous)
Gor explique à Steve se qu'il attend de lui

Après des débuts marqués dans les films de guerre et les westerns, en particulier aux côtés de John Wayne (LE MASSACRE DE FORT APACHE - 1948, SANDS OF IWO JIMA - 1949), le comédien John Agar débute dans la science-fiction avec THE ROCKET MAN en 1954 pour devenir l'un des plus prolixes acteurs appliqué au genre, et obtient des premiers rôles dans quelques-unes des meilleures séries B de SF des années cinquante. Il interprète ainsi le rôle du Professeur Clete Ferguson dans LA REVANCHE DE LA CREATURE en 1955, il est la même année le Dr. Matt Hastings dans le célèbre TARANTULA, également de Jack Arnold, On le verra aussi dans MENACES SOUS LA TERRE (1956) avant d'être Steve March dans LE CERVEAU DE LA PLANETE AROUS. En 1958 il joue sous la caméra de Bert I. Gordon dans le remarquable ATTACK OF THE PUPPET PEOPLE avant de passer sous celle d'Edward L. Cahn pour le médiocre LES ENVAHISSEURS INVISIBLES (1959). Il se rattrape en 1962 dans le rôle du Capitaine Don Graham dans VOYAGE VERS LA SEPTIEME PLANETE de Sidney W. Pink puis retourne au western pour refaire une apparition en 1976 dans le remake de KING KONG de John Guillermin. Après quelques années de vache maigre, on le retrouve dans APPEL D'URGENCE (1988), CABAL (1990) de Steve De Jarnatt et encore dans le film à sketches de John Carpenter et Tobe Hooper, BODY BAGS (1993). Malgré la qualité de ces titres, John Agar ne pourra se défaire de cette image de comédien de série B qui lui collera à la peau au fil de sa carrière.