Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Catwoman

(Catwoman)

 L'histoire

Patience Philips est une artiste douée, mais maladivement timide, qui se contente d’un modeste emploi de dessinatrice au sein du conglomérat Hedare Beauty que dirigent le tyrannique George Hedare et sa femme, le légendaire top model Laurel. Hedare Beauty, qui affiche pour slogan « Jouvence et beauté… à tout prix », se prépare à lancer LE cosmétique miracle censé procurer aux femmes un visage et un cors à jamais immaculés. Prudence découvre que le produit ne possède aucune de ces vertus, mais est froidement tuée par ses patrons avant d’avoir pu dénoncer l’imposture.

Laurel Hedare, Top Model pour Hedare Beauty - Catwoman
Laurel Hedare, Top Model pour Hedare Beauty

Tout n’est pas perdu, cependant, car Prudence ressuscite sous l’empire d’une force mystérieuse. Elle se réincarne, magnifiée, en une femme féline, sensuelle, d’une agilité et d’une force surhumaines : Catwoman… Libérée de ses complexes, Catwoman commence par régler quelques compte et s’offrir certains plaisirs trop longtemps négligés. Ces exploits ne tardent pas à compliquer les relations qui s’ébauchaient entre la douce et timide Patience et l’honnête inspecteur Tome Lone, qui ne peut s’empêcher d’être fasciné par les frasques de la « féline fatale », accusée par le rumeur publique d’une série de crimes.

Catwoman - Catwoman
Catwoman

De son côté, Patience éprouve des difficultés croissantes à maîtriser son alter-ego, car l’impulsive et audacieuse Catwoman exige chaque jour plus d’elle et se révèles prête à toutes les folies.

De gré ou de force, l’une des deux femmes va devoir céder à l’autre. La lutte s’engage, feutrée, mais implacable…

Le petit mot du Doc

Le personnage de Catwoman a fait ses débuts en 1940 dans le premier fascicule du comic-book « Batman ». Alors nommé « The Cat », ce personnage a depuis connu bien des transformations. Ici, tout en restant la créature mythique de la bande-dessinée, Catwoman s’inscrit ici dans la réalité contemporaine. Avant de devenir cette féline hors du commun, Patience est une femme brimée, timorée. Si elle a toujours désiré obtenir plus de la vie sans jamais pouvoir l’atteindre ni même le demander, sa nouvelle condition va enfin le lui permettre, et elle va même en user avec excès. A la suite de son étrange métamorphose, elle se découvre des traits de caractères inattendus, voire embarrassants. Patience était timide et modeste, Catwoman est audacieuse et Sexy, un renouveau du genre Jekyll et Hyde sans retour possible.

Une relation difficile - Catwoman
Une relation difficile

Halle Berry n’est pas une petite nouvelle au cinéma et son nom évoque un autre personnage de bandes-dessinées, celui de Storm, mutante capable de transformer un joli petit coin de soleil en un incroyable déferlement de cataclysme météorologique dans X-MEN (2000) et X-MEN 2 (2003). Entre-temps, celle qui d’ailleurs jouait le rôle de Sharon Stone dans LA FAMILLE PIERRAFEU (1994), fut la partenaire de Pierce Brosnan dans le vingtième opus James-bondien que fut MEURS UN AUTRE JOUR (2002). Halle a reçu cette année-là l’Oscar de la meilleure actrice pour A L’OMBRE DE LA HAINE (2001). Dans le rôle de l’inspecteur Tom Lone, on retrouve Benjamin Bratt, comédien d’origine américano-péruvienne, qui fut découvert en 1993 dans le drame urbain LES PRINCES DE LA VILLE. Parmi ses nombreuses interprétations, on lui doit des rôles dans les films de science-fiction DEMOLITION MAN (1993) et PLANETE ROUGE (2000). Ajoutons au fabuleux casting de CATWOMAN, la présence de Lambert Wilson, l’acteur français que l’on a récemment vu dans MATRIX RELOADED (2003) et MATRIX REVOLUTIONS (2003) des frères Wachowski et la talentueuse et toujours aussi belle Sharon Stone que l’on ne présente plus et qui fut consacrée par le BASIC INSTINCT (1992) de Paul Verhoeven.

Image

Pour animer les contorsions félines de Catwoman, il a été fait appel à Pitof. C’est la deuxième réalisation et le premier film américain de ce brillant pionnier français de l’imagerie numérique qui débuta dans le long métrage avec VIDOCQ (2001). Après ses début en 1979 comme assistant réalisateur et monteur de films publicitaires, il aborde le domaine des effets visuels en 1986 et travaille sur les films de Jeunet et Caro, DELICATESSEN (1991) et LA CITE DES ENFANTS PERDUS (1995). En 1997, il dirige la deuxième équipe d’ALIEN RESURRECTION de Jean-Pierre Jeunet et remporte le 2ème prix Imagina pour les effets visuels de ce film.