Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Capitaine Nemo et la Ville Sous-Marine

(Captain Nemo and the Underwater City)

 L'histoire

 Histoire complète

Alors qu’aux USA la Guerre de Sécession fait rage, à la suite d'une terrible tempête, un navire en provenance de New York et à destination de Bristol fait naufrage à 200 miles des côtes Britanniques. Seuls cinq hommes, une femme et un enfant échappent à la catastrophe, sauvés par un mystérieux groupe de plongeurs venant du fond de la mer. Ces sauveteurs des profondeurs conduisent les rescapés vers un sous-marin, le Nautilus commandé par le Capitaine Nemo.

Celui-ci les reçoit à son bord avec une certaine froideur et leur explique qu’il ne les a sauvés que pour ne pas avoir leur mort sur la conscience. Il ajoute que leur destination est Templemer, sans plus en dire… Les cinq rescapés sont le sénateur Robert Fraser, chargé d’une mission d’importance par le gouvernement américain, l'ingénieur des mines Lomax, qui souffre de claustrophobie, Barnabé Bates et son frère Valentin, deux cupides personnages près à tout pour s’enrichir, ainsi qu’Helena Beckett, une jeune et belle veuve et son fils Philippe, qui a réussit à sauver son chat du drame.

Templemer - Capitaine Nemo et la Ville Sous-Marine (Captain Nemo and the Underwater City)
Templemer

Templemer s’avère être une formidable ville sous-marine. Les naufragés y sont fort bien accueillis et Nemo leur donne (presque) toute liberté. Mais, de suite, il les informe également qu’ils ne quitteront jamais plus les lieux ; sinon mort. Templemer est un quasi paradis, une utopie, construite par le Capitaine Nemo et quelques hommes de confiance partageant ses idées. Celles-ci reposent avant tout sur un rejet de l’Humanité qui les a tous déçu, les humains étant uniquement capable de semer la haine et la destruction.

Nemo est d’ailleurs convaincu que la prétendue civilisation, à la surface, court rapidement à sa propre perte. La ville sous-marine abrite donc une population ayant choisit de vivre en autarcie loin du monde et de ses habitants autodestructeurs.

Le Sénateur Fraser et l'ingénieur Lomax se révoltent contre la décision de Nemo de les empêcher de repartir. Le premier préfèrera entamer des relations plus paisibles avec le maître omnipotent des lieux… et arrivera à son but ; le second, le personnage antipathique par excellence, manquera de précipiter ce monde rêvé dans l’abîme…

Le petit mot de Francis SCHALL

La présence d’un gamin parmi les hôtes de Nemo prévient que le film est un spectacle pour la jeunesse –sans doute parce que les Américains ont pris pour vérité d’évangile un Jules Verne classé dès le départ en France comme un auteur pour les enfants (totalement à tord !). Résultat, un long-métrage aux personnages assez schématiques, des aventures simples, quoique mouvementés ; les scènes d’action sont nombreuses : attaque de requin, et surtout du monstre mutant Mobula, de cinquante mètres de diamètres, explosion d’une partie de la ville, poursuite en Nautilus… car Nemo en a créé un second ! Pourtant, nous regretterons le manque de développement du scénario (alors que le sujet s’y prêtait tant !).

Le film est surtout prétexte à des séquences de découvertes sous-marines. Dès le début, une première visite aquatique du domaine qui dure huit minutes, nous montre les fonds marins, leur faune et leur flore quasiment à la manière d’un documentaire. La photo en ce domaine, il faut le noter, est très belle. Quoique si vous désirez être vraiment étonné, je vous propose de regarder plutôt le 20.000 LIEUES SOUS LES MERS de Stuart Paton (1916), qui bénéficia des premières prises de vues sous l’eau des frères Williamson, procédé inventé par leur père. Ce film est muet, mais beaucoup plus parlant quant aux mystères des mers et océans, et surtout sans doute l’adaptation la plus fidèle aux deux romans de Verne (qui sont un tout) : "20.000 lieux sous les mers" et "L’île mystérieuse".

Nemo et ses charmantes invitées - Capitaine Nemo et la Ville Sous-Marine (Captain Nemo and the Underwater City)
Nemo et ses charmantes invitées

Avec CAPITAINE NEMO ET LA VILLE SOUS-MARINE, nous sommes à… 20.000 lieux de l’adaptation par Walt Disney (avec comme principaux interprètes Kirk Douglas et James Mason) : la fidélité à Jules Verne est très relative ! Hors Nemo et le Nautilus, qu’on voit d’ailleurs surtout sur la fin, nous sommes très loin du texte original. Par exemple, la seule chose qui nous rappelle ici les origines indiennes de capitaine (qui est dans le film "commandant", le capitaine étant un autre personnage, jaloux et finalement traître à son maître) est une vague statue de Shiva, servant de distributeur de boissons… Dans le genre société sous-marine, on préfèrera, même s’il a d’évidence bénéficié de moins de moyens, WAR GODS OF THE DEEP (1965) de Jacques Tourneur avec Vincent Price.

James Hill (1919–1994), a commencé et finira sa carrière dans le documentaire. Il a tourné –parmi ses 49 travaux pour le grand et le petit écran- de nombreux films s’adressant d’abord à un jeune public. Il a collaboré à de nombreuses séries dont THE HUMAN JUNGLE (1963–1964), LE SAINT (de 1963 à 1965), CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR (de 1965 à 1968, puis de nouveau en 1976), et AMICALEMENT VOTRE... (en 1971). Il est également l'auteur d'une intéressante extrapolation : SHERLOCK HOLMES CONTRE JACK L'EVENTREUR (1965) avec John Neville dans le rôle du détective.

Robert Fraser - Capitaine Nemo et la Ville Sous-Marine (Captain Nemo and the Underwater City)
Robert Fraser

Robert Ryan (1909–1973) fait un inattendu Nemo, néanmoins assez crédible. Ce grand acteur américain, qui a été dans plus de quatre-vingt dix films et séries, a donné beaucoup de lui dans le polar et nous retrouvons dans son Nemo quelques attitudes froides et sans pitié qu’il avait incarné avec quelques individus sombres du cinéma policier. Curieusement, il a déjà été de LA CITÉ SOUS LA MER sous la direction de Budd Boetticher en 1953, film d’aventures et de chasse au trésor.

Chuck Norris (1921–1992), est un acteur monolithique et à la gamme d’expression réduite. Cela ne l’a empêché d’apparaître dans cent vingt films (dont de nombreux westerns) pendant quarante ans de carrière, jusqu’à l’année de sa mort ! En Sf on le trouve face à Charlton Heston dans SOLEIL VERT de Richard Fleischer (1973). Travaillant sur plusieurs séries on le voit dans SUPERMAN en 1955 (la série avec George Reeves dans le rôle titre) et il a été le capitaine Janos Skorzeny de LA MALEDICTION DU LOUP-GAROU (1987-88).

Scène sous-marine - Capitaine Nemo et la Ville Sous-Marine (Captain Nemo and the Underwater City)
Scène sous-marine

Un film d’aventure qui se laisse voir, mais ne laissera de souvenirs qu’aux jeunes spectateurs. Avec pourtant de belles images, des décors et des costumes soignés, quelques touches de poésie, un peu d’humour, et une ville sous-marine sous dôme parfois impressionnante. Mais malheureusement fort peu d’invention en ce qui concerne l’histoire… hormis une fin peu conventionnelle, qui voit certains personnages préférer l’utopie du capitaine Nemo au monde des humains de la surface.

Francis Schall

18 mai 2012