Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Androïde

(Android)

 L'histoire

 Histoire complète

Nous sommes en 2036. La station spatiale « ELC53 » de la société Terrapol héberge un savant, le Professeur Daniel, et son assistant, l’androïde Max 404. Daniel travaille à la mise au point d’un nouveau prototype secret d’androïde dénommé Cassandra 1. Depuis la révolte des robots 404 à Munich, les machines ont été bannies de la Terre et les recherches de Daniel sont devenues illicites. Bien que le Professeur soit sur le point d’achever sa création ultime, une parfaite créature blonde répondant au nom de Cassandra, Terrapol met fin au projet pour des raisons politiques.

La vie sur ELC53 est morne et il ne s’y passe jamais rien. Max se passionne pour les us et coutumes des hommes, découvrant joyaux cinématographiques et autres œuvres musicales mais aussi art de vivre et morphologie féminine. Son vœu le plus cher est d’aller un jour sur Terre. Lorsque Max reçoit un appel de détresse du vaisseau spatial « S.E.R.P. Neptune », l’androïde décide, sans consultation préalable du savant, d’accueillir le navire en perdition. Mais en fait d’avarie, le vaisseau spatial est tombé aux mains de trois dangereux terroristes, Keller, Mendes, et sa maîtresse et partenaire, Maggie.

C’est la première fois que Max rencontre une femme. Il est fasciné par la fugitive. Sous une fausse identité, les trois criminels profitent de la situation pour squatter la station en attendant que les réparations du vaisseau spatial soient achevées.

Cassandra, la dernière création de Daniel - Androïde (Android)
Cassandra, la dernière
création de Daniel

Le lendemain, lorsque Max informe Daniel de l’arrivée des visiteurs, le scientifique est bien décidé à les renvoyer illico afin qu’ils ne découvrent pas les tenants et aboutissants de ses illégales recherches. Mais lorsque celui-ci découvre la présence de la femme, son attitude change du tout au tout. Après l’annulation du projet Cassandra 1 par Terrapol, Maggie est l’élément clé de la réactivation finale de Cassandra.

Daniel demande à Max d’organiser un dîner en tête à tête avec Maggie. Lorsque le savant propose à la femme de la connecter à son androïde et d’opérer sur elle les stimulations sexuelles nécessaires à l’activation de la machine, Maggie, qui trouve Daniel plutôt direct, refuse catégoriquement.

Avec l’avènement de Cassandra 1, la série des 404 arrive à son terme. Dès que Cassandra sera opérationnelle, Daniel devra éliminer Max qui laisse apparaître des symptômes évidents du syndrome de Munich : insubordination, obstination et réactions imprévisibles. Max découvre les plans du Professeur et un instinct de survie s’empare de lui. Lorsqu’un vaisseau policier, à la poursuite des terroristes, approche de ELC53, Max ouvre le feu et désintègre l’appareil. Epris de Maggie, il projette de quitter la station et de partir sur Terre avec elle. L’énergie libérée par un baiser échangé subrepticement entre la femme et le robot, provoque l’éveil et l’activation accidentelle de Cassandra. Maggie découvre alors que Max est également un androïde. Elle s’enfuit…

Le Professeur Daniel et sa créature de rêve Cassandra - Androïde (Android)
Le Professeur Daniel et sa créature de rêve Cassandra
 Attention Spoiler ! la fin du film vous est racontée ci-dessous…

Fou de rage, Orlando Mendes, dangereux psychopathe, tue Maggie et Keller. Daniel isole le meurtrier dans un des compartiments de la station et reprogramme les inhibiteurs comportementaux de Max pour assassiner l’homme. Enfin débarrassé du dernier terroriste, le savant est sur le point de faire sienne Cassandra. Mais sa blonde créature se révolte. Alors qu’une équipe d’intervention des forces de police investit la station spatiale, Max et Cassandra mettent fin à la vie de Daniel qui, sans le savoir lui-même, était aussi un androïde. Seul sauf-conduit envisageable, Cassandra redistribue les rôles. Elle fait passer Max pour le Professeur Daniel dont elle devient l’assistante. Par ce subterfuge, les deux androïdes vont pouvoir regagner la Terre et rejoindre les nombreuses machines qui s’y cachent.