Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

 Retrouvez toutes les mises à jour et les news du site jour par jour

Alien 3

(Alien³)

 L'histoire

 Histoire complète

Le vaisseau de guerre "USS Sulaco", de retour de sa mission sur Acheron, vogue dans l'espace. A son bord, Ellen Ripley, le Caporal Hicks, la petite fille Newt et l'androïde Bishop sont les derniers survivants de la meurtrière débâcle d’Acheron. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’un oeuf alien a également pris place sur le vaisseau. Lorsque la créature qui s’en extrait vise l’un des corps en état de stase dans un cryo-tube, l’effroyable parasite déclenche une procédure d'évacuation d'urgence de l'appareil. La capsule de détresse EEV 2650 s’écrase sur la planète Fiorina "Fury" 161, une ancienne planète pénitentiaire qui héberge encore une vingtaine de sujets à chromosomes double Y, une caractéristique génétique faisant d’eux les pires meurtriers.

Secourue par les ex-prisonniers qui vivent maintenant en petite communauté, Ripley, seule rescapée du crash, est transférée à l’infirmerie du centre. Afin de ne pas briser l’harmonie d’une fraternité spirituelle qu’ils entretiennent comme une religion, les gardiens des lieux de l’ancien pénitencier, qui n’ont pas vu de femme depuis bien longtemps, demandent qu’une navette vienne la prendre au plus tôt. En attendant son transfert vers la Terre, Clemens, le médecin chef, la prend en charge.

Lorsqu’on lui montre les restes de la capsule, Ripley comprend qu’un alien a fait le voyage avec eux. Elle convainc Clemens de réaliser une autopsie du corps de Newt sans lui en expliquer les véritables raisons. Mais tandis que le médecin procède à la crémation des victimes du crash, un alien en fin d’incubation s’extirpe du corps du chien de la petite communauté qu’il avait subrepticement investi.

Lorsqu’un incident mortel se produit dans le puits d’aération 22, Ripley, dont le crâne a été rasé pour des raisons sanitaires, rebranche tant bien que mal l’androïde Bishop, afin de savoir ce qu’il s’est vraiment passé lors du vol de retour vers la Terre. Bishop lui confirme la présence de l’alien tout au long du voyage et lui apprend que la compagnie, pour qui conserver Ripley en bonne santé est une priorité, a connaissance de tous les évènements.

Image

Pendant ce temps-là, le carnage commence et Clemens figure sur la liste des victimes. La plupart des prisonniers, dont le superviseur Andrews, sont tués par l'alien. Les survivants organisent une chasse au monstre. Celle-ci, d’autant plus difficile que la prison ne possède aucun armement, tourne rapidement au cauchemar, entraînant à nouveau la mort de quelques autres ex-détenus. Inquiète de la détérioration de sa santé, Ripley découvre qu'elle porte en elle un germe de la bête. Il s'agit d'une reine. Elle comprend maintenant pourquoi l'alien, qui ravage le pénitencier, ne l'attaque pas.

L'Alien n'attaque pas Ripley - Alien 3 (Alien³)
L'Alien n'attaque pas Ripley

Eclairée par le diagnostic neuroscan de Ripley, la compagnie ordonne que la femme soit mise en quarantaine en attendant l’arrivée imminente d’une antenne chirurgicale. Pourtant, Ripley et les derniers convicts conduisent une ultime tentative pour se débarrasser du monstre. Le plan doit permettre d'attirer la bête vers la fonderie pour la noyer sous le métal en fusion…

Dillon le sage - Alien 3 (Alien³)
Dillon le sage

Finalement, Ripley et les détenus de Fury 161 auront raison de l’horrible monstre. Lorsque les secours et l’équipe chirurgicale entrent dans le pénitencier, Ripley préfère se donner prématurément la mort. Plutôt que de laisser la compagnie exploiter inconsciemment le terrible potentiel alien, elle se jette dans la fonderie, entraînant avec elle le monstre en fin de gestation qui éclate de sa poitrine.

Le petit mot du Doc

Et de trois ! C’est une tradition, chaque nouvel opus d’Alien est dirigé par un jeune réalisateur. Cette fois le choix de la Twentieth Century Fox s'est porté sur David Fincher. Après avoir réalisé de nombreux vidéo-clips pour des artistes de renom comme Aerosmith, Billy Idol ou encore Madonna, ALIEN 3 est son premier long-métrage. A trente ans le réalisateur Fincher a déjà trouvé son style. Celui-ci, qu’il appui d’une lumière très caractéristique que l’on retrouvera dans ses futures réalisations comme SEVEN (1995), est très sombre, lourd, pessimiste et fataliste. Cet ancien employé d’ILM (Industry Light and Magic, la société d’effets spéciaux de George Lucas crée pour LA GUERRE DES ÉTOILES) va rapidement connaître quelques déboires avec la production qui ne lui laisse que peu de liberté dans le tournage d’un film dont le thème a fait ses preuves et qui doit s’intégrer aux deux premiers volets. De nombreux désaccords, doublés d’un script inachevé et sujet à de multiples refontes, devait porter une ombre au tableau. Conséquence de ces expériences malheureuses, le réalisateur, bien qu’ayant apposé sa signature, rejette la paternité du film et quitte les studios avant le montage final.

Et pourtant, ALIEN 3 n’est pas un mauvais film et Fincher, fidèle à son style, en fait encore une fois un moment unique et très personnel de la saga. Beaucoup plus proche de celui de Ridley Scott, son Alien s’y identifie à de nombreux égards, reprenant les éléments qui en firent le succès. Seule rescapée du crash de l'USS Sulaco sur la planète pénitentiaire Fiorina 161, le nouvel univers de Ripley se cantonne aux couloirs et pièces d’une prison désaffectée et insalubre. Des prisonniers relaxés, la pire racaille de l’univers, y ont trouvé la foi et survivent tranquillement… jusqu'à ce que cette femme vienne perturber leur petite organisation, rapportant dans ses bagages, un monstre qui va les éliminer un à un.

Ce n'est pas le prince charmant qui va réveiller Ripley - Alien 3 (Alien³)
Ce n'est pas le prince charmant qui va réveiller Ripley

Le film est rempli d’émotions. On apprend que notre indestructible héroïne est porteuse d’un de ces monstre. Fincher nous inflige la nouvelle en pleine face sans que nous ne pouvions rien y faire et pour Ripley, cela se traduit tout au long du film par le schéma des cinq phases d’approche de la mort décrite par la pionnière des soins palliatifs, le médecin Elisabeth Kübler-Ross : le refus, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation. C’est un fatalisme remplit d’impuissance. la bête à gagnée malgré la bravoure de l’héroïne. Sa mort est inévitable, on ne voit pas comment il pourrait en être autrement. Du coup le film déçoit un peu, en tout cas ce fut un sentiment général lors de sa sortie. Fincher avait osé faire mourir l’héroïne de millions de spectateurs comme s’il avait décidé lui-même d’en finir avec la saga Alien.

En attendant l’échéance, Ripley doit encore se battre et, ne pouvant compter sur aucun armement, trouver un moyen ingénu de se débarrasser du monstre qui sévit. La caméra subjective des courses poursuite de l’Alien est particulièrement impressionnante et c’est la première fois que l’on voit l’action au travers des yeux de la bête. Cette bête est différentes de celles que nous connaissions. Celle-ci semble respecter Ripley. Elle aurait déjà pu la tuer depuis bien longtemps mais n’y touche pas, malgré l’insistance de l’héroïne à le faire, se sachant condamnée car en possession d’une reine dans le ventre. L’instinct du monstre rend Ripley intouchable, à la limite d’une complicité que les prisonniers redoutent.

La vie sur Fiorina "Fury" 161 - Alien 3 (Alien³)
La vie sur Fiorina "Fury" 161

Ces prisonniers sont des tueurs, des psychopathes du premier ordre, affublés du chromosomes double Y qui en attestent de leur extrême dangerosité et inaptitude à la vie en société. Ceux-ci n’ont pas vu de femme depuis bien longtemps et malgré une tenue vestimentaire peu sexy et une coupe de cheveux réglementaire argumentée par des problèmes sanitaires récurrents, il tenteront de violer l’officier, reniant foi et chasteté, mais seront très vite réinsérés dans le droit chemin par leur chef de file Dillon. Seul, Clemens, qui n’est pas un prisonnier comme les autres, aura droit aux faveurs de Ripley. Pour la première fois, les scénaristes lui offrent une relation amoureuse. Il faut dire que c’est aussi la première fois qu’on lui accorde un instant petit répit.

Avec ce film qui peut ne pas plaire à tous le monde, une trilogie se termine. Elle avait menée notre héroïne à différents stades, depuis l’innocence face à un danger nouveau vers la détermination guerrière pour trouver son dénouement inéluctable et impensable dans cet épisode qui devait clore la saga. Et pourtant… ALIEN, LA RÉSURRECTION pointe le bout de son nez !