Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Star Trek : Deep Space Nine

(Star Trek: Deep Space Nine)

 Les critiques

Nombre de critiques : 13

Total des points : 100

Moyenne obtenue : 7.69/10

n°13 - 9/10 Sans nom

18 février 2012

Aprés avoir vue toutes les autres séries de star trek, j'ai été surprise par cette série, qui est vraiment excellente, à voir et à revoir. Un pur plaisir.

Avatar choisi par le scifinaute

n°12 - 1/10 Sans nom

03 avril 2011

Je n'aime pas cette série... je suis pourtant un "trekkie" comme on n'en fait plus, ou moins en tout cas...^^ Je ne sais pas combien il faut de saisons pour l'apprécier, mais là, en une saison et demie, ça m'a définitivement saoulé ...

Je trouve ça ringard, inintéressant, les thèmes son pales... les feringuis... pfff... rien ne le sauve pour moi, je me suis même débarrassé des autres saison... après m'être endormis 5 fois sur le canapé... (l'avis du canapé est très important ^^) J'ai laissé ça aux autres ;o)

Avatar choisi par le scifinaute

n°11 - 10/10 kira

19 décembre 2010

Cette série est une super série. En effet, il ne faut pas s'arrêter au début car elle prend son envol tout au long des saisons. Beaucoup d'humour. Les héros sont attachants.

Avatar choisi par le scifinaute

n°10 - 10/10 Sans nom

14 décembre 2010

Super série+++
Comme le dises bien certain, la série monte à chaque saison. J'ai commencé à la regarder et je n'arrive plus à m'arrêter. Dommage qu'elle n'a pas continuée!!!!!

Avatar choisi par le scifinaute

n°9 - 10/10 Sans nom

14 décembre 2010

Véritablement la série de science-fiction la plus aboutie. Cette série n'est pas seulement constituée de combats spatiaux comme bien d'autres mais aborde des thèmes jusqu'alors rarement traités telle que la religion, la spiritualité, la difficulté des relations humaines. Début lent mais qui s'envole et prend la vitesse de distorsion à chaque saison.

Avatar choisi par le scifinaute

n°8 - 10/10 Celmo71

12 décembre 2010

Ma série préférée de sciences fictions. Les personnages sont attachants. Il ne faut surtout pas s'arrêter à la première saison (qui est la mise en place de l'action et des personnages). La série monte en puissance à travers les saisons. Les décors, les costumes et les maquillages sont extrêmement bien fait. Les batailles dans l'espace sont superbes. Dommage qu'il y est eu que 7 saisons......

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 9/10 Chris

18 août 2010

Ma série de Space-opéra préférée, j'ai visionné les quatre premières saisons en VOSTRF et je dois dire qu'avec BABYLON 5 et la NEXT-G de Star Trek j'adore. L'idée que l'ancienne base Cardassienne de Terek Nor près de Bajor devienne le passage du WormHole en direction du gamma quadrant est plutôt géniale! Une découverte de ce quadrant et de l'originalité je trouve, avec les Breens et surtout les Jem'adars contôlés par la Kretracell white. O'brien est mon héros préféré avec la redoutable kira Nery's, super série!

Avatar choisi par le scifinaute

n°6 - 9/10 BELMONT Frédéric

19 mai 2007

L'épisode spécial de la « Epreuves et tribulations » ("Trials & Tribulations"), réalisé pour le trentième anniversaire de STAR TREK, est une merveille d'infographie qui incruste l'équipe du commandant Sisko, en utilisant les même procédés que ceux des film "Forest Gump" ou RETOUR VERS LE FUTUR 2, dans l'un des épisodes de la série originelle tourné en 1967 : « The Trouble with Tribbles » grâce à un astucieux scénario de brèche spatio-temporelle. Et la réussite est complète. Tout repose sur l'incongruité de voir les personnages de DS9 dans le cadre de TOS. Les uniformes, les coiffures, les appareils d'époque qu'ils utilisent, rien n'a été oublié. Les fans seront aux anges en décelant la myriade de clins d'oeil disposés à leur attention! De nombreuses scènes très drôles jalonnent l'épisode : le principe de prédestination évoqué par le Docteur Bachir lorsqu'il croit reconnaître son arrière-grand-mère, la scène dans laquelle Worf est interrogé au sujet du look des Klingons dans la série originelle est incontournable ou encore la séquence ou Sisko s'adresse à Kirk sur la passerelle de l'Entreprise. Si les séquences originales d'intérieur sont reprises à l'identique (avec d'inévitables raccords), les vues extérieures nous présentent une base DS7 et un USS Entreprise remarquablement reconstitués et filmés sous des angles nouveaux, préfigurant ainsi la remastérisation HDX de la TOS en 2006! Un épisode fa-bu-leux tout en gigogne puisque l'histoire nous est contée comme une fable par le Commandant Sisko lors de l'interrogatoire des inspecteurs des "infractions temporelles". Sans doute la meilleure histoire spatio-temporelle de la saga Star Trek, tous formats confondus! Je ne m'étais jamais autant extasié depuis "retour Vers Le Futur 2" en 1989!

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 9/10 Lukaz

20 juillet 2004

Une critique en forme de mea culpa pour reprendre ma note précédente. Je n'avais vus que les deux premières saisons plutôt médiocre de DEEP SPACE NINE. Puis dans l'ennuis d'un Dimanche solitaire j'ai commencé a visionner (en DVD VO) la saison trois et la! Surprise! J'accroche à fond ! J'embraye alors sur la Saison 4 et maintenant la 5.
Les histoires se bonifient et se tiennent entre elles. Certain détail insignifiant dans un épisode, prennent une importance capitale dans une autre, cela donne une ligne cohérente a l'ensemble de l'univers DS9. Ainsi des personnages, des lieux ou des évènement vaguement évoqués, permettent des rebondissements impressionnants et le spectateur devient attentif a chaque détails prétendument anodins pour deviner quel vont être leur répercutions sur les épisodes a venir.
Cela provoque une identification progressive aux lieux et individus et d'un seul coup vous vous retrouvez debout devant une console de l' Ops center de DSy ou sur la passerelle de L'USS Defiant.

"-Captain Lukaz, I detect a ship de-cloaking. It's a Klingon bird of Prey, the sensors indicate that their torpedo tubes are open and lock on us!
-Raise shields! Read alert! Battle Station!
-We loosing power, shield at 40%.
-Chief O'Brien I need those Phaser turrets back online. Now!
-Haye Sir!
-Fire photon torpedo at my command! Prepare to escape manoeuver, warp Eight "

Ca y est c'est foutu, je suis fan. J'ai attaqué la saison 5 hier soir. Les réalisateurs réussissent leur paris de se passer de l'USS Enterprise et de son équipage, mais c'est toujours du STAR TREK pour le plus grand bonheur des puristes Certains épisodes sont de vraies perles.
Mon préféré en passant, celui "cultissime" ou l'USS Defiant se retrouve projeté dans le temps au coté de l'USS Enterprise et de son mythique Capitaine James T. Kirk. Ca sent bon le Technicolor, les jupes sont courtes, Spoke a les oreilles qui pointent, les tricorders sont chromés et font beedidbip quand on les ouvre dans ce mouvement de poignet qu'on avait presque oublie, tandis que la bande son nous entonne un air de voyage vers les frontières de l'infinie. (Le titre en anglais "trial and tribble-ation")

Revenons sur DS9. Dont j'apprécie aussi le réalisme de certain scénario. Leur ancrage dans le vrai monde. On a l'impression que les auteurs ont découvert qu'ils pouvaient exercer leur esprit d'analyse critique et utiliser la série pour faire passer un message plus indépendant. On est loin de l'univers classique de StarTrek, qui jusqu'a maintenant était a la limite de la propagande patriotique made in USA, une espèce d'apologie de la pensée unique.

Mais même le réalisme ce n'est pas tout ce qui plait dans cette série, le plus important est la part de rêve qu'elle transporte, quelque chose que je rapproche des "Voyages Extraordinaire" de Jules Vernes. Cette capacité á nous embarquer par l'imagination sur le premier Starship qui veut bien se poser dans le salon. Un voyage initiatique de la pensée vers les frontières de l'infinie, qui vous laisse, depuis gamin, comme une amertume lorsque la télé s'éteint et que dehors épinglé sur le ciel de la nuit, loin, très loin, inaccessible, hors de vue des faibles esprits créatifs qui nous gouvernent, brillent mille mondes dont les secrets nous resterons á jamais caché. Vous sentez alors cette nausée qui vous chatouille les dents du fond quand la Lune pourtant si proche n'est plus qu'une promesse électorale pour dirigeant en mal de popularité. Ou sont passés nos rêves, ceux de Wells, d'Asimov, de Van Voght et de Clarck, sommes-nous condamnés à ne jamais les réaliser? La terre n'est pas notre berceau mais notre boulet.

Mais avec DS9, voila comment j'aime la SF, quand elle utilise sont pouvoir a anticiper des futurs possibles en offrant une critique de notre présent. Quand elle nous permet, mieux que des substituts chimiques, de garder notre esprit d'enfant, de nous cacher sans honte dans nos rêves puérils.
Cette petite magie qui fait qu'au bureau, pendant cette réunion peuple de gens sans intérêt qui se pensent dynamique, innovant et créatif. Votre crayon, sur les pages de ce rapport marketing déjà dépassé, commence un voyage qui vous ouvre une brèche dans l'espace temps à Warp 9 et que pour un instant vous n'avez strictement plus rien á foutre des zones de chalandises parce que vos zones à vous elles sont à mille parsecs d'ici, truster plein pot, pendant que votre regard perdu sur l'écran fixe le point de perspective formée par les étoiles qui filent de chaque cote de votre navire plongé dans l'hyperespace. Votre Raktajino dans une main vous pianotez distraitement sur la console de navigation; encore quelques jours a cette vitesse et vous aurez bientôt rejoint le quadrant Gamma. Débuterons alors vos aventures.

Aller, j'y retourne:
"-Computer! One to beam up. Energizing!"

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 5/10 Lukaz

25 février 2004

Je trouve cette série assez moyenne. Les effet spéciaux très ringards, même si la volonté est de garder le look inhérent à tous les star trek on a un peu de mal a garder sont sérieux lorsque que l'on voit les acteurs habilles en pyjama rouge. L'architecture de la station me fait plus penser à L'île aux enfants qu'à un carrefour des races interplanétaires.
Dommage parce les histoires sont parfois intéressante. Les bajorian n'hésitant pas parfois a critiquer leur protecteur américain (Starfleet), les représentants un peu envahissant bien qu'étant un mal nécessaire pour leur protection.
Cette série est à rapprocher d'une autre série BABYLON 5 qui reprend en gros les mêmes recettes et auxquelles je ferais les mêmes critiques malgré des scénarios un peu plus fouilles.

Avatar choisi par le scifinaute