Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

 Retrouvez toutes les mises à jour et les news du site jour par jour

Jason X

(Jason X)

 Les critiques

Nombre de critiques : 3

Total des points : 17

Moyenne obtenue : 5.67/10

n°3 - 4/10 Chris

14 juillet 2012

Indestructible et immortel Jason, une icône du ciné d’horreur avec (Freddy Krueger et Mickaël Myers). J’ai vu ce film hier Vendredi 13, tout un symbole qui s’arrête là. Ce film ressemble vraiment à une série Z, avec de bonnes idées tout de même surtout quand il est réorganisé par les fourmis en une sorte de Bane, l’Uber-Jason, au final c’est moyen.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 6/10 Fog Horn

23 juillet 2011

C'est un fait, le slasher est un des genres cinématographiques les plus crétins et les plus codifiés qui soient. Alors, quand on décide de balancer le tueur de l'interminable saga VENDREDI 13 dans un vaisseau spatial en 2455, ça n'annonce bien fendard d'autant que le baroudeur James Isaac a la bonne idée de ne pas se prendre au sérieux. Il livre au spectateur ce qu'il attend : une série B décomplexée avec quelques idées bien délirantes (le retour à Crystal Lake, l'upgrade de Jason) sans pour autant sacrifier les codes immuables du genre (les ados idiots, le tueur qui ne l'est pas moins...). Certainement pas un chef d'oeuvre, mais moins mauvais qu'on ne pourrait le penser...

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 7/10 KX69

19 juillet 2007

« Héros » de la longue et répétitive franchise des « Vendredi 13 » initiée en 1980 à la suite du succès d' « Halloween », de John Carpenter (qui donna naissance à la vague de film de Pycho-killers; aujourd'hui on dit « slashers »), Jason Voorhees qui est apparu au deuxième épisode de la série est un zombie indestructible et sans cervelle qui tue les djeun's fornicateurs et fumeurs de pétard au environ de Cristal Lake en utilisant toute sorte d'ustensiles (fourches, pieux, ciseaux, coupe-ongles.) pour parvenir à ses fins. Il ne fait preuve d'aucune intelligence. Il est juste une machine à tuer qui trucide par réflexe ceux qui passent à portée de machette, son arme favorite. Et qui disparaît à la fin de chaque épisode pour revenir plus en forme au métrage suivant.
Et la SF dans tout ça ?

Et bien pour le 10ème chapitre de cette oeuvre monumentale, afin de renouveler un peu le décor, Jason part dans l'espace, au terme d'un invraisemblable scénario et en plus il a de la chance car les djeun's du futur sont tout aussi crétins et fornicateurs que ceux de notre époque. Il va donc pouvoir les poursuivre dans les couloirs du vaisseau spatial et devenir grâce à la technologie médicale du futur un « Uber-Jason » !
Rien de nouveau donc au niveau de l'intrigue qui est toujours aussi vide mais le changement de cadre est plutôt sympathique et les effets spéciaux nombreux même si l'on sent que le budget ne permettait pas une approche révolutionnaire du design spatial. Le futur donne à Jason l'occasion d'inaugurer de nouvelles façons de tuer (comme plonger la tête d'une pauvre victime dans de l'azote liquide par exemple) et d'être la victime de stratagèmes inédits qu'invente les djeun's (fornicateurs, je le rappelle.) pour échapper à leur bourreau ce qui donne lieu à une scène qui est à un beau moment d'auto-parodie. Le film, sans prétention, est distrayant à condition que le spectateur soit préalablement informé du caractère crétin de l'oeuvre.

Avatar choisi par le scifinaute