Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

 Retrouvez toutes les mises à jour et les news du site jour par jour

L'homme bicentenaire

(Bicentennial Man)

 Les critiques

Nombre de critiques : 8

Total des points : 66

Moyenne obtenue : 8.25/10

n°8 - 8/10 Chris

02 juin 2012

Un film qui est on ne peut plus fidèle à la nouvelle et à l'esprit d'Isaac Asimov (un écrivain dont j'ai lu plusieurs fois les livres et que j'adore, surtout pour le cycle de Fondation!). Cette production soignée et de qualité est certes familliale et tout n'est pas mauvais dans ce terme. Il faut voir cette oeuvre de SF qui est à mon avis l'un des tous meilleurs sur les robots, Robin Williams y est excellent il faut le souligner!

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 9/10 doubidou

16 juillet 2010

Pour moi, l'un des meilleurs films de science fiction qui soit, tout simplement. Très atypique (peut-être pour ça), les effets spéciaux n'ont rien de spectaculaire, et l'humanisme de l'histoire fait mouche. On est très proche de l'univers d'Isaac Asimov (j'ai sans doute presque tout lu de cet auteur).

Avatar choisi par le scifinaute

n°6 - 9/10 William Burke

04 janvier 2010

L'Homme bicentenaire est mon film préféré, quoi qu'on en dise, et je ne saurais le noter en dessous de 18/20.
Beaucoup ne l'ont pas aimé, lui ont reproché sa niaiserie et son surplus de bons sentiments. Moi je ne suis pas d'accord. Oui il est vrai que si vous voulez des scènes d'actions, des explosions et du combat vous ne trouverez pas votre compte de ce film. L'homme bicentenaire est une histoire intellectuelle, entièrement basée sur les réflexions posées par Isaac Asimov dans ses très nombreux livres. On y entrevoit l'humanité d'un point de vu extérieur, en bien comme en mal, et on est vite prit de nostalgie alors que Andro, le héro, traverse le temps avec insouciance dans sa quête perpétuelle d'humanité. A la sortie de la salle j'avais l'impression d'avoir vécu toute une vie avec lui.

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 10/10 legros erxin

08 juin 2003

Ce film exprime tant de tendresse et d'humanité que cela en est émouvant. L'humanité pour ce robot est hors de prix, ce film est à voir si l'on se sent une âme d'humain pour comprendre la différence qu'il peut y avoir dans ce monde ainsi que les injustices vis a vis de la différence..

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 5/10 Fog Horn

27 août 2002

J’ai vraiment pas accroché. Peut-être est-ce le côté trop ‘familial’ qui rebute : toute cette cascade de bonssentiments est-elle bien raisonnable ? L’HOMME BICENTENAIRE relève plus du conte de fée que du film d’anticipation, on est émerveillé, c’est beau, mais on n’y croit pas une seconde. Chris Columbus aurait peut-être dû prendre un peu plus de risques. Ca ne m’étonnerait pas du tout que ce soit une production Disney. Les bambins seront aux anges : c’est distrayant, les gags bon-enfants sans être envahissants sont bien présents. Les sentimentaux seront enchantés par la belle histoire d’amour, contre-nature évidemment. Et les mecs allergiques comme moi à de telles niaiseries s’endormiront rapidement.

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 10/10 Azzyraphale

02 novembre 2001

Un chef d'oeuvre de SF intelligente, et je suis le premier étonné de me voir dire ca, parce que je ne peux pas dire que j'apprecie Robin Williams..mais ce film tend a me reconcilier avec lui. Ce film ne concourre pas a coté des Matrix et Cie, ne proposes pas d'effet speciaux révolutionnaires, mais delivre une histoire pleine d'émotions, avec le robot qui passe d'esclave a ami puis a humain. Un film intelligent, qui s'attarde un peu trop sur l'histoire d'amour pendant la seconde partie du film. Mais l'ensemble reste très agréable a regarder. Recommandé a ceux qui ont aimés les livres de Asimov ou certains Philip K Dick.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 8/10 noumayos

18 septembre 2001

Deja, je n'ai pas eu le temps de voir ce film au cine tant il est passe vite : (( ensuite, je suis tres gros fan d'asimov, c mon pere spirituel, c'est lui qui m'a fait aime la sf, la vraie, celle qui fait rever car elle rend tout possible, tout son univers est croyable, et d'une rigeur inebranlable, c MON dieu litteraire, est, bien entendu, le premier film s'inspirrant d'un scenario de mon maitre à penser me faisit tre peur, c tres dur d'adapter un scenario d'asimov, et je pense qu'on ne pourra le faire qu'a partir de maintenant, pour les effets speciaux en tout cas...
j'avais peur de robin williams, qu'il en fasse trop, puisque c ça façon de jouer...
mais non, ce film passe tres bien, il est tres credible en tant que robbie, et ce film porte matiere à reflexion, et je le conseille tout a fait aux amateurs de vraie sf, c pas derisoire du tout, il y a bien sur une pointe d'humour, mais un peu à la sauce d'isaac, et je suis sur qu'il ne s'est pas retourne dans sa tombe ; ))

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 7/10 Fabien Tournel

27 mars 2001

L’association de Robin Williams (Mrs Doubtfire, Docteur Patch, Jakob le menteur) et de Chris Columbus (Home alone, Mrs Doubtfire) avait de quoi susciter la méfiance des foules. Ce fut effectivement le cas : L’homme bicentenaire ne fit qu’un passage éclair sur grand écran. Certes, il s’agît d’un film tous publics, sans provoc tous azimuts, ni nouvelle conception fulgurante de la Vie ; certes, tout paraît trop lisse, trop net, trop correct, des visages des robots à la musique de James Horner (qui rappelle d’ailleurs celle d’Ennio Morriconne pour Mission) ; mais le résultat n’est pas inintéressant et parvient à éviter les écueils de la romance mièvre comme de la comédie bouffonne. Comparé aux navrants navets qui prolifèrent dans le box-office, ce film fait plutôt bonne figure. Le dernier quart d’heure acquiert même un charme ouaté en restaurant avec une douce émotion toute l’épaisseur du sujet : un robot consacrant toute sa longue existence à la quête de l’humanité. Devenir humain et mourir... A partir de la même nouvelle, l’auteur Harlan Ellison, dans son adaptation “prête-à-filmer” I, robot, avait eu l’intelligence d’aborder l’histoire non pas comme une narration linéaire mais comme une investigation éclairant peu à peu le passé mystérieux d’un homme exceptionnellement âgé. Isaac Asimov lui-même était fier de cette extrapolation et qualifiait le projet de “premier grand et véritable film de science-fiction”. Mais le projet ne vit jamais le jour, et le “bon docteur” Asimov s’éteignit sans avoir vu ses idées illuminer les salles obscures... Réparer cette injustice est le premier et indéniable mérite de L’homme bicentenaire, quoi qu’on en dise.

Avatar choisi par le scifinaute