Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Bataille au-delà des étoiles

(The Green Slime)

 Les critiques

Nombre de critiques : 10

Total des points : 50

Moyenne obtenue : 5.00/10

n°10 - 6/10 Yom

24 novembre 2014

Je ne vais pas vous parler d'un chef d'oeuvre, mais juste d'un film qui mérite une petite critique. Voici d'abord l'histoire : Dans un futur proche, un astéroïde menace de percuter la Terre. Une équipe est envoyée pour organiser la destruction de l'astéroïde. La mission commence bien : elle réussit à y placer des charges et à le faire sauter (tiens, tiens, ça me rappelle un film de 1998), mais l'un de ses membres rapporte à son insu une particule de matière vivante verte et visqueuse (le Green Slime du titre en VO). Celle-ci commence alors à se multiplier et des monstres meurtriers surgissent... Oulala, ça fait peur, non ?... Et bien, non, ça ne fait pas vraiment peur. Mais avant d'aller plus loin, juste une petite info : ce film est déjà une curiosité par le fait que c'est un film japonais avec uniquement des acteurs américains. Du coup, les designs sont assez proches des œuvres cinématographiques nippons de l'époque, et le manque de moyens est assez visible. Malgré cela, il est étrangement attirant pour un fan de SF comme moi, car il n'est jamais bien clair si c'est un film sérieux raté, ou un film plein de second degré (et du coup plutôt réussi)... Concrètement, il y a de bons passages dans l'idée qui auraient pu donner quelque chose de très bons avec les moyens adéquats, mais aussi des choses risibles (notamment sur les trucages) qui font se demander si l'équipe pensait vraiment que ça allait passer comme une lettre à la poste sans que le public se dise "oulala !!". Si on fait abstraction du jeu des acteurs qui est soit plutôt moyen, soit volontairement stéréotypé, des monstres en caoutchouc qui auraient pu être crédibles avec plus de moyens, le fond n'est pas inintéressant. C'est un peu un ALIENS qui aurait dérapé en croisant ARMAGEDDON, et tout ça avant l'heure messieurs dames ! :-) Bref, vous pouvez tenter votre chance en regardant BATAILLE AU-DELÀ DES ÉTOILES. Ça va peut être vous piquer un peu les yeux, mais dites vous que c'est voulu, et vous passerez un moment plutôt sympathique. ;-)

Avatar choisi par le scifinaute

n°9 - 2/10 Chris

21 février 2009

Un film particulièrement indigent qui fait parti certainement des navets du cinéma de SF. Pas grand choses à en dire et pas d'idées notables dans ce film qui restera dans les anales... En partant du bas!

Avatar choisi par le scifinaute

n°8 - 3/10 Sy Phy

14 juillet 2005

D'accord à 200% avec D@ark @cid dont la critique m'a autant fait rire que le film que je viens de revoir en v.o. Une catastrophe tellement hilarante qu'il n'est plus nécessaire de s'en rouler une petite pour s'écrouler en spasmes derrière le canapé. C'est si honteux du début à la fin que ç'en est grandiose ! Même les maquettes et effets spéciaux des séries B de SF tournées en Europe de l'Est à la même époque semblent en comparaison sortir de chez ILM. Ah ! La fusée en carton bouilli qui vole de traviole en faisant beaucoup de fumée, les pistolets lance-filet, les chariots électriques en balsa et surtout ces aliens dont l'idée a du... « germer » dans le cerveau comateux d'un gars revenant de trois mois de vacances et découvrant qu'il avait laissé dans son frigo éteint un double cheeseburger. Enfin... ce qui était à l'origine un double cheeseburger ! Il n'y a pas que les spectateurs qui s'éclatent : l'ambiance est plutôt fun dans la station. Accortes infirmières dans un local au papier peint sixties, champagne et jerk à gogo, combat mortel contre les aliens à l'aide de lits et de casques... Stop ! N'en jetez plus !
Et forcément, comme dans tout film de genre l'éternel conflit amoureux de la pin-up partagée entre deux petits coqs galonnés dont on se doute à l'avance que l'un devra mourir dans un glorieux sacrifice, la polyandrie étant illégale. Ce qui donne des dialogues inoubliables du style « Tlaille tou limembeule aïe mineguaidge » (car on ne sait pourquoi mais Luciana Paluzzi - enième James Bond girl recyclée dans le nanard - a l'accent russe !)
La veille, je m'étais repassé le premier « Alien ». Dire qu'il n'y a qu'une décennie d'écart entre ces deux films... Mais le chef d'oeuvre de Ridley Scott est nettement moins rigolo.

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 6/10 bourglan pierre-yves

08 juin 2005

Moi je trouve que ce film reste honorable. Certains effets spéciaux tiennent la route encore aujourd'hui. Comme par exemple l'explosion de la station, certaines sorties dans l'espace, le retour sur terre à la fin, la naissance des créatures et d'autres que j'ai oublié. Ce film est à la croisée du style. Des 1968, on pouvais voir apparaître le style année 1970. Dans bataille au-delà des étoiles, les années 70 sont déjà là. Les costumes, la musique, les effets spéciaux, le design électronique.Un film qui reste, je trouve, assez glauque pour le montrer aux enfants trop jeunes. Un bon film pas forcement à regarder en fumant des clopes qui font rire. C'est ridicule. Ceci n'engage que moi. Enfin bon.

Avatar choisi par le scifinaute

n°6 - 8/10 KX69

05 juin 2005

Couleurs criardes, décors et costumes pop sixties, engins spatiaux à la «Thunderbirds », extraterrestres cyclopes belliqueux dans la plus pure tradition nipponne du film de monstre, tout concourt au charme de cette production américano-japonaise. Le scénario est bien ficelé, préfigurant ceux d' « Armageddon » dans sa première partie puis d'« Alien ». Le personnage du scientifique qui cherche à protéger une créature extraterrestre extrêmement dangereuse est déjà là. La belle actrice italienne, Luciana Paluzzi va ajouter à la rivalité virile des deux commandants de la base spatiale. Le film ne laisse aucun temps mort. Les effets spéciaux dont le métrage n'est pas avare sont signés Akira Watanabe à qui l'on doit ceux des premiers Gozilla et notamment d' « invasion planète X ». Ils peuvent être jugées faibles mais j'apprécie la naïveté des monstres caoutchouteux et des maquettes dont la mise en images ne dissimule pas la nature.

Il n'est pas étonnant que ce film ait laissé une forte impression chez les jeunes téléspectateurs de la fin des années 70.

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 1/10 Sans nom

29 avril 2005

Et pour moi c'est pareil, je l'ai vu à la télé quand j'étais petit et je l'ai gardé en mémoire comme un film extraordinaire. Revu il y a peu, ben c'est un vrai nanard... n'empêche ...je l'ai revu jusqu'au bout ! 2/20 pour le film et 18/20 pour la nostalgie (de mes 7 ou 8 ans). Bien à vous

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 7/10 KhorsKan

23 février 2004

J'ai vu moi aussi ce film lorsque j'étais très jeune ! J'en ai gardé de très bons souvenirs ... Le scénario tenait la route, et les combats (dont un à l'extérieur de la station) étaient corrects ! En tant que passionné, je le recommande fortement.

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 1/10 Dark acid

28 janvier 2004

Sorti dans nos contrées aux débuts des années 70 sous le titre Bataille au-delà des étoiles (Je l'ai vu au ciné j'avais donc 9ans) A l'époque j'avais trouvé le film génial :-) mais maintenant..., The green slime est un des pires ratages du cinéma de SF des années soixante. Mêlant allègrement acteurs américains de seconde zone et effets spéciaux japonais même pas digne d'un mauvais Godzilla, ce joyeux nanar est une perle de niaiserie ringarde rarement égalée sur un écran de cinéma ! Les acteurs, en particulier Robert Horton, mélange d'un James Bond constipé et d'un héros lifté pour pub de dentifrice, sont tous atteint de lyophilisation cérébrale, les maquettes semblent avoir été construites avec les pieds par des hydrocéphales myopathes, et la réalisation semble assurée par une amibe grabataire. Toute les conditions sont donc réunies pour s'éclater comme des bêtes pendant 90 minutes d'hallucinations et de délires non-stop ! Pour notre plus grand plaisir, les séquences s'enchaînent sans aucun répit : la surprise-party pour fêter la destruction de l'astéroïde où danses niaises pseudo-futuristes, coupes de cheveux choucroutées, et collants violets font bon ménage mais aussi les combats dans l'espace autour de la station spatiale contre des dizaines d'aliens sous acide et puis, surtout, ces fameuses créatures extraterrestres, juste mélange entre un figurant et un costume en caoutchouc ! Comment les décrire autrement ? Imaginez un pauvre gars entièrement recouvert de latex, avec un oeil cyclopéen à la place de la tronche, deux petits bras qui bougent pas, deux tentacules partant des épaules terminés par des pinces de crabe, des papattes griffues, et des grappes de raisins scotchées sur le nombril, et vous aurez une idée assez juste de nos copains martiens, facilement repérable d'ailleurs, puisqu'ils émettent un bruit de petite voiture électrique ! On pourra aussi s'attarder sur la rousse et belle Luciana Paluzzi, les casques de moto peints en argenté faisant office de casques de soldat, les décors quasi-psychédéliques de l'infirmerie, et surtout sur le geste récurrent de l'abruti commandant Rankin, qui chaque fois qu'il se passe quelque chose, lève la main, point fermé, pouce tendu, en faisant un petit signe de la tête, style super, j'a niqué les itis... Bon sang, mais pourquoi y'repassent jamais ce genre de truc à la tévé.

La note de 2/10 pour un film de SF mais de 19/20 pour regarder le nanar du siècle avec des potes en fumant des cigarettes qui font rire.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 8/10 ANTOINE

04 juillet 2003

Moi aussi je l’ai vu quand j’avais 6 ou 7 ans à la TV et aujourd’hui je le recherche sur le web. Génial, il y avait des monstres gluants partout et j’avais eu très très peur. A voir absolument. Les décors façon San Ku Kai étaient terribles. Si vous savez ou le trouver, maillez moi. Merci

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 8/10 Sans nom

10 avril 2003

Superbe. Vu il y a environ 27-28 ans sur France3. Jamais revu et impossible de mettre la main dessus que ce soit en VHS (et ne parlons même pas de DVD). Un film splendide et je pense que le réalisateur d'Alien a du s'inspirer de ce film car les similitudes sont étranges. ;)

Avatar choisi par le scifinaute