Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

 Retrouvez toutes les mises à jour et les news du site jour par jour

2001 : l'odyssée de l'espace

(2001: A Space Odyssey)

 Les critiques

Nombre de critiques : 40

Total des points : 327

Moyenne obtenue : 8.18/10

n°20 - 10/10 Sans nom

23 juin 2003

J'ai quand même lu une critique précédente où on peut voir :"ce film n'arrive pas à la cheville de MATRIX"...je doit avouer que l'argument est assez comique pour ne pas dire énervant...parceque d'abord MATRIX est un navet, et ensuite parceque 30 ans séparent les deux films...c'est un peu comme comparer le premier avion bi-plan avec la navette spatiale. Autant dire une friteuse avec une centrale-nucléaire.
J'ai découvert Odyssée 2001 au début des années 80, ce film m'a marqué à vie. Ce n'est certainement pas des INDEPENDENCE DAY ou des MATRIX ou des "Buffy contre les sacs en plastiques" qui vont me faire changer d'avis...
Une autre critique parle de film pour Intello-boutonneux...là encore, si la même personne est fan de MEN IN BLACK je ne lui en veut pas de sa haine contre ce qui fait (un peu) réfléchir.
Le film n'est pas long, il suit un rythme propice à l'interrogation, à la contemplation. Il n'est pas particulièrement philosophique, mais plutôt métaphysique dans son objectif. Pourquoi dés qu'un film provoque un soupçon de réflexion, il est immédiatement suspecté de s'adresser à une élite intello nombriliste ? cela ne fait que démontrer la paresse mentale de ceux qui profèrent ces accusations..car la métaphysique ça n'est pas forcément la torture mentale, c'est aussi le rêve, c'est à dire le véritable objectif de tout bon film de Science-Fiction. Qui n'aime pas le rêve n'aime pas la SF et préfère le polar ou la comédie.

Avatar choisi par le scifinaute

n°19 - 6/10 Fog Horn

15 avril 2003

Ce film me paraît un tantinet prétentieux. A force de vouloir disserter sur les origines et l'avenir de l'Homme, le film se perd. Les images sont superbes, mais il ne se passe rien pendant plus de 2 heures ! Ce qui fait que le commun des mortels aura zappé ou se sera endormi avant la fin. Sans renier son discours, Kubrik aurait pu réaliser quelque chose d'un peu plus vivant. Et c'est sans compter que tout le monde ne partage pas sa vison de la civilisation, mais c'est là un autre problème... Tout ceci n'est qu'un avis personnel, peut-être ne suis-je pas assez cultivé (intello ?) pour en apprécier les qualités profondes.

Avatar choisi par le scifinaute

n°18 - 10/10 Sans nom

20 février 2003

Ce film n'est pas simplement le meilleur film de science fiction; il est un des plus grands films de l'histoire du cinéma. C'est une expérience non verbale, purement cinématographique: l'aboutissement peut-être de près d'un siècle de recherches visuelles. On a le droit, évidemment de ne pas aimer ce film, mais delà à le traiter de navet, voilà qui relève de la débilité profonde!

Avatar choisi par le scifinaute

n°17 - 5/10 Sans nom

19 mars 2002

Tous les genies ont un passage a vide, c'est le cas de kubrick pour 2001. J 'ai vu le film 2 fois (pour essayer de trouver le chef d ' oeuvre decrit), je ne vois dans 2001 qu 'un verbiage pseudophylosophique assaisoné d'effets spéciaux qui ont tres mal vieilli. En un mot je n'aime pas.

Avatar choisi par le scifinaute

n°16 - 10/10 ComteZer0

05 mars 2002

Un grand film, qui nous projete dans un futur proche. Il faut replacer le film dans le contexte historique de l'époque; La guerre froide. La suite de ce merveilleux film n'est pas a mon avis à la hauteur. (2010 L'ANNÉE DU PREMIER CONTACT). Kubrick a su allier les avancées cinématographique de son époque avec un scénario époustouflant, riche mais malheureusement nécessitant une très bonne connaissance à la fois des réalités cosmologique et astronomique actuelle. A mes yeux, le monolithe représente la pierre philosophale qui donne à l'humanité la pleine puissance de son orgine. Retracer dans un film une philosophie telle que celle la, c'est prodigieux. Il faut voire ce film impérativement au moins 2 fois. La première avec des yeux d'enfants, puis avec des yeux d'adultes. A quelque années d'intervale, les points qui peuvent paraître obscure au premier abord, deviennent limpide par la suite. Un film magnifique, à voir et à revoir, qui necessite un effort intelectuel assez intense pour suivre cette indrigue, ce supsens spatial et spécial. Une envollée lyrique servie par une bande son qui mets pour une fois à profit la richesse d'un repertoir classique; Ainsi-parlait Zarthoustra... Le beau Danube Bleu ... C'est du très grand Art, un chef d'oeuvre du cinéma qui dans le domaine de la science fiction, n'a pas pour l'instant été rejoins, (même avec les séries des Aliens).

Avatar choisi par le scifinaute

n°15 - 10/10 Sans nom

29 décembre 2001

Il y a eu une data avant 2001, mais après ? Ok, quelques grands films (très grands) tels BLADE RUNNER... Mais aucun n'a eu l'impact philosophique de celui-ci et ne visait à l'universel avec au bout une telle réussite.

Avatar choisi par le scifinaute

n°14 - 1/10 Sans nom

11 décembre 2001

Ce film n'arrive pas à la cheville de MATRIX. Je lui mets 1 pour la bande son car c'est la seule chose qui n'ai pas vieillit !

Avatar choisi par le scifinaute

n°13 - 10/10 Guillaume Alvarez

21 octobre 2001

Tout d'abord, et comme beaucoup d'autres personnes, je n'ai rien mais alors rien du tout compris à 2001. Ce film m'a fait l'impression de n'être qu'un délire mystico-psychédélique ayant germé dans l'esprit d'un accroc du LSD (cf scène du "trip" final). A la seconde vision j'ai commencé à mettre en doute ce point de vue dont je me suis entièrement détaché à la troisième (entre temps j'ai lu toute la série de plus en plus littérairement pitoyable 2001, 2010, 2061 et 3001 de Arthur C. Clarke). Dans mon optique, la difficulté à comprendre ce film est néanmoins largement compensée par le plaisir visuel, auditif et intellectuel que l'on peut ressentir en le voyant. Visuel et auditif tout d'abord, c'est à dire artistique car les images et le son s'accordent parfaitement : l'exemple le plus connu en est la scène du "ballet cosmique" où les engins spatiaux dansent sur l'air du Beau Danube Bleu de Johann Strauss, sans oublier la première et la dernière apparition du monolithe dont le "Ainsi parlait Zarathoustra" de Richard Strauss illustre parfaitement le passage de la bête à l'homme puis de l'homme au surhomme, il faut aussi citer dans cette liste la scène de la porte spatiale appuyée par la composition de Liegeti qui lui donne véritablement une nouvelle dimension (regardez-la sans le son et vous verrez !). On peut aussi constater l'excellent réalisation des effets spéciaux (jogging dans Discovery, vaisseaux spatiaux,...) et de la rélisation de Stanley Kubrick qui met en valeur l'aspect philosophique voire métaphysique de 2001 : L'Odyssée de l'espace. Il y a en effet dans ce film un balayage de la presque totalité des interrogation véhiculées par la scince-fiction littéraire et même par la littérature en général. Sans entrer dans une analyse que d'autres ont fait on peut siter en vrac : la place de l'homme dans l'univers, la vie extraterrestre, la bête/l'homme/le surhomme, la grandeur de l'humanité et la petitesse humaine, l'influence des machines et des machines conscientes sur la vie, l'immensité et la complexité de l'univers par rapport à l'être humain, la question de la destinée,... 2001 ne donne pas une réponse à chacune de ces questions, il les pose et donne parfois des éléments de réponse ou des possibilités de réponse. C'est le jeu très abstrait (car composé de sujets considérés plus comme représentants que comme individualités : le singe, le scientifique, l'astronaute et le monolithe) entre les personnages de 2001 qui pose de réels problèmes de compréhension au spectateur mais ce jeu de relations donne aussi toute sa profondeur au film. C'est le défaut de 2001 qui fait que je peut peut pas honnêtement lui mettre 20. Je pense tout de même que c'est LE film de scince-fiction (voire LE film tout court) qu'il faut avoir vu plusieurs fois dans sa vie.

Avatar choisi par le scifinaute

n°12 - 9/10 BELMONT Frédéric

21 août 2001

C'est vrai qu'avec l'arrivée de l'an 2001, le film légendaire de Stanley Kubrick continue de faire parler de lui tout en interpelant la réflexion de millions de télespectateurs.Ne comptez pas sur moi pour vous pondre une analyse philosophique de 45 pages, je suis trop fatigué ce soir. Cependant, je constate que cette merveilleuse fable vieillit comme un bon millésime. Les vaisseaux spatiaux ont notamment fait l'objet d'une expositon au Salon de la Maquette en avril dernier à Paris Porte de Versailles. Des amateurs passionnés ont en effet reproduit au boulon près le Discovery en plusieurs exemplaires d'échelle différente ainsi que la lentille rouge et or du Super-Ordinateur HAL 9000. Un guide de montage est même proposé dans le bimensuel "Dixième Planète" cet été pour tous ceux qui savent bricoler. Au niveau du design, les concepteurs du film s'étaient adressés à des ingénieurs de la NASA dont Von Braun. En outre, leur talent mâtiné de rigueur scientifique explique pourquoi les effets spéciaux et le réalisme ne sont même pas démodés de nos jours. Kubrick a poussé tellement loin dans le réalisme visionnaire qu'il a inventé le Jeux d'Echecs électronique bien avant les premiers ordinateurs domestiques!

Avatar choisi par le scifinaute

n°11 - 10/10 Sans nom

17 juin 2001

The movie of the century!!! Parce qu'il aborde des questions que se pose tout un chacun, qui suis-je, d'où je viens et pourquoi??? Ce n'est pas un film de SF, c'est un film cosmologiste. Le monolithe, ce chainon manquant entre le singe et l'homme, qui est-il?? Je vous le demande...:o)!! Pour moi, c'est une bible, à chaque fois que je me le passe (ça fait au moins 20 fois), je découvre d'autres sens aux images, aux situations,.... Il peut se voir et s'aprécier à différents niveaux. Kubrick nous a tout simplement livré sa vision de la cosmologie terrestre.

Avatar choisi par le scifinaute