Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

blu-ray : Barb Wire

Date de sortie : 05 juillet 2011

Barb Wire

Film

Support

Bonus

Acteurs : Pamela Anderson Lee, Temuera Morrison, Victoria Rowell, Jack Noseworthy, Xander Berkeley

Réalisateur : David Hogan

Langues : Français, Anglais

Sous-titres : Français

Zone : Zone B

Format image : 1.85 - 16/9 compatible 4/3

Nombre de disques : 1

Editeur : Universal

Date de sortie : 05 juillet 2011

Durée : 98 minutes

Disponible en Blu-ray

L'histoire

Steel Harbor, 2017. Seconde guerre civile américaine. La vieille démocratie a été renversée par une nouvelle formation dictatoriale constituée par les Congressistes. Toutes les villes du pays sont sous le joug de la loi martiale excepté une : Steel Harbor, la dernière ville libre, le dernier îlot d'une indépendance menacée, un secteur ou règne l'anarchie, le chaos et le crime. Le repère idéal pour un nouveau genre de mercenaires. C'est ici qu’habite Barb Wire, gérante de boîte de nuit mais également chasseuse de primes aux méthodes particulièrement efficaces. Barb est engagée par la milice pour retrouver le Dr. Corrina Devonshire, une scientifique qui tente de fuir le pays. Celle-ci possède en elle les gènes d'un vaccin qui permettra de contrecarrer une redoutable arme biologique développée par les Congressistes…

Image scifi-movies

Le petit mot du Doc

"S'il y a bien un truc que je ne supporte pas c'est qu'on m'appelle 'poupée'." C'est par ces quelques mots que débute BARB WIRE après un long générique qui n'a rien à envier à celui d'un James Bond. Pamela Anderson y fait un striptease mémorable, graphique, torride.

L'actrice mondialement connue pour son rôle majeur dans la série ALERTE A MALIBU (1989-2001) fait ici ses quasis débuts pour le grand écran dans un film qu'elle imaginait - à tord - comme une passerelle entre la télévision et le cinéma. Mais de tous les personnages qu'elle aura joués, aucun ne l'aura tant mis en valeur que celui de Barbara "Barb Wire" Kopetski, une interprétation qui lui va comme un gant, dans un costume, il va sans dire, "cousu sur mesure".

Image scifi-movies

Le film est l'adaptation d'une série de comics américains du même nom édités par Dark Horse. Imaginée par Chris Warner dans les années 90, Barb Wire est le prototype même de l'héroïne : blonde, sexy et qui ne s'en laisse pas conter. Pour rien au monde celle qui a plus que quiconque fait la couverture de "Playboy" n'aurait décliné l'offre d'interprétation de ce personnage. Un rôle musclé que, quoi qu'on en dise, elle interprète de manière très juste, avec froideur et nonchalance... le boss s'est elle ! Car le film n'est bien entendu pas à prendre au premier degré sous peine de n'y voir guère plus qu'un de ces films post-apocalyptique italien surfant sur la vague MAD MAX (1979). Non, s'inscrivant dans le cercle alors assez fermé des adaptations de romans graphiques, BARB WIRE n'a que l'ambition de rendre hommage au travail de Chris Warner et c'est ce qu'il fait. Parmi ce mélange d'action volontairement pléthorique (combats, explosions), de délires technologiques clownesques (instruments de tortures digne d'une anticipation des années 50), de personnages aux traits forcés (l'excellent Big Fatso et ses sbires ou encore le look nazi des Congressistes) et autres lieux caricaturés (le bar Hammerhead et sa faune), ce catapultage d'une pulpeuse amazone dans un environnement glauque et oppressant accompagné d'une petite dose d'humour et d'autodérision sont autant d'éléments qui tiennent de la bande dessinée. Quand au choix de l'actrice, Chris Warner lui-même a admit qu'il n'aurait imaginé meilleure représentante pour incarner son héroïne. Bien sûr, les qualités de comédienne de la star d'ALERTE A MALIBU n'ont pas été l'unique critère des responsables du casting. Son physique idéal (longue crinière blonde) et généreux (no comment), correspondant pleinement à l'image de Barb Wire. Pour dire que Pamela Anderson était faite pour le rôle, la chef costumière Rosanna Norton a avoué que l'un des véritables challenges fut plutôt d'habiller ses doublures…

Pour se partager les rôles secondaires, se trouvent deux acteurs notoires non américains. Temuera Morrison incarne Axel Hood, l'ancien amant de Barbara Kopetski qui a rejoint la résistance et qui vient requérir son aide. L'acteur New-Zélandais a été acclamé pour L'ÂME DES GUERRIERS (1994) qui lui valu la récompense du meilleur acteur dans son pays. Mais hormis un personnage dans L'ILE DU DOCTEUR MOREAU (1996), les amateurs de science-fiction retiendront surtout sa participation à 2 épisodes de Star Wars : il incarnait le chasseur de primes Jango Fett dans L'ATTAQUE DES CLONES (2002) et le Commandant Cody dans LA REVANCHE DES SITH (2005). Udo Kier interprète Curly, l'aide de camp de Barb Wire et tenancier du Hammerhead. L'acteur allemand à la carrière bien remplie est bien connu des amateurs de films fantastique, incarnant le Baron Frankenstein dans CHAIR POUR FRANKENSTEIN en 1973 ou encore Dracula dans DU SANG POUR DRACULA en 1974. Il explique pourquoi il a choisi d'interpréter le personnage de Curly dans BARB WIRE : "On m'avait offert de jouer le méchant, mais je voulais être Curly. Je venait de faire JOHNNY MNEMONIC (1995) et je ne voulait pas m'enfermer dans ce type de rôle, ce qui est très facile pour un acteur étranger."

C'est le premier long métrage pour le cinéma du réalisateur David Hogan. Celui-ci remplace au pied levé Adam Rifkin qui quitte l'équipe après une seule semaine de tournage. Une différence de point de vue créatif serait à l'origine de cette défection.

Image scifi-movies

S'il évoque parfois BARBARELLA pour son côté sexy (une autre héroïne issue de la bande dessinée), il a souvent été dit, et à juste titre, que le scénario de BARB WIRE reprenait d'une manière franche celui du classique de Michael Curtiz sorti en 1942 : CASABLANCA. Jugez-en vous-même. L'histoire se situe au Maroc pendant la 2ème guerre mondiale et l'ex baroudeur Rick Blane (Humphrey Bogart) est le propriétaire du "Rick's Café Américain", un night club connu du tout Casablanca, y compris de la police française corrompue et de la kommandantur nazi. Lorsque celui-ci récupère par hasard 2 sauf-conduits pour le Portugal (étape obligée avant l'Amérique libre), se présentent à lui un résistant notoire et sa femme, Ilsa (Ingrid Bergman), qui n'est autre que son ancienne maîtresse. Rick, détaché de tout, est le seul à pouvoir aider le couple à s'échapper. Entre affaires d'argent, affaires de cœur et bon sens, quelle décision prendra-t-il ? Chaque personnage de BARB WIRE trouve ici son alter égo. Ainsi Barb Wire est Rick Blane, Corrina Devonshire est le résistant Victor Laszlo, Axel est le pendant d'Ilsa Lund, le corrompu Willis est le Capitaine de police Louis Renault (Claude Rains), le Colonel Pryzer est le Major de la Vehrmacht Heinrich Strasser et Curly remplace Karl. Quant aux précieuses lentilles de contact qui doivent permettre aux résistants de quitter Steel Harbor, elles remplacent les non moins précieux sauf-conduits de CASABLANCA.

Appuyé par une bande originale Metal efficace (nous sommes en 1996, le style a pignon sur rue et Tommy Lee, batteur de Motley Crue, vient d'épouser Pamela Anderson), BARB WIRE fera passer un agréable moment pour peu que l'on sache le replacer dans son contexte.

Image scifi-movies

Concernant le Blu-ray lui-même on appréciera un très beau travail de restitution pour la haute-définition. Par contre, cette édition ne propose pas le moindre bonus, pas même la séquence d'ouverture en intégrale qui était présente sur l'édition DVD de 2005. On y voyait Pamela Anderson faire mumuse avec de l'eau – topless - pendant 10 bonne minutes. Le Blu-ray c'est pas fait pour les coquins !

03 août 2011