Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

blu-ray : Resident Evil: Afterlife - Blu-ray 3D

Date de sortie : 26 janvier 2011

Resident Evil : Afterlife

Film

Bonus

Acteurs : Milla Jovovich, Ali Larter, Kim Coates, Shawn Roberts, Sergio Peris-Mencheta

Réalisateur : Paul W.S. Anderson

Langues : Français, Anglais

Sous-titres : Français

Zone : Zone B

Format image : 2.35 - 16/9 compatible 4/3

Nombre de disques : 2

Editeur : Metropolitan

Date de sortie : 26 janvier 2011

Durée : 97 minutes

Disponible en Blu-ray 3D, Collector 2 DVD, DVD, Coffret tétralogie Blu-ray, Coffret tétralogie DVD

L'histoire

Dans un monde ravagé par un virus qui transforme ses victimes en morts vivants, Alice poursuit sa recherche de survivants en essayant d’échapper aux pièges d’Umbrella Corporation. Avec ses compagnons d’infortune, elle se retrouve bientôt à Los Angeles, une ville en flammes désormais infestée de milliers de créatures qui n’ont pas d’autre but que de les détruire, elle et les siens. Alors que les réponses sur les complots de la toute-puissante multinationale commencent à se dessiner, Alice voit surgir de nouvelles épreuves, des menaces qu’elle n’aurait jamais osé imaginer...

Albert Wesker, le dernier dirigeant d'Umbrella Corp. - Resident Evil: Afterlife - Blu-ray 3D (Resident Evil: Afterlife)
Albert Wesker, le dernier dirigeant d'Umbrella Corp.

Le petit mot du Doc

Précisons tout de suite que la version que nous avons projetée pour l'écriture de cette chronique est le Blu-ray relief présent sur le 2ème disque, c'est-à-dire une 3D à l'ancienne qui prend vie grâce à des lunettes anaglyphes rouge et cyan fournies dans ce coffret (4 paires). C'est le petit bonus de cette édition qui propose principalement le film en 3D moderne sur son premier disque, une version réservée aux chanceux qui possèdent un téléviseur idoine et des lunettes polarisées. Partant de cet état de fait, on ne jugera donc pas de la qualité photographique du film que ce "relief" déforme et amoindri dans une trop grande mesure. D'ailleurs, au risque d'attraper un sérieux mal de crâne, nous ne saurions que trop vous recommander d'éviter cette version au profit du film en haute définition 2D, également présent sur la première galette. Et pour finir de vous convaincre, notons aussi que ce RESIDENT EVIL: AFTERLIFE a été tourné en véritable 3D avec les mêmes caméras que celles utilisées par James Cameron pour AVATAR (2009). Il en résulte un chef d'œuvre de précision et certaines scènes, époustouflantes, sont autant de raison de préférer la 2D à ce bricolage relief qui ne rend absolument pas hommage au travail réalisé.

Pour ce quatrième opus cinématographique de la franchise "Resident Evil Anderson" basée sur le jeu vidéo éponyme développé par Capcom en 1996, Paul W.S. Anderson revient à la réalisation qu'il avait sous-traitée à Alexander Witt et Russell Mulcahy depuis le premier RESIDENT EVIL en 2002. Ecriture et production sont également à mettre au crédit du cinéaste qui tourne pour la première fois en numérique. Lui qui avait juré de ne jamais céder aux sirènes du digital est aujourd'hui convaincu qu'il s'agit là du plus bel outil pour réaliser des films de qualité. Largement influencé par le jeu "Resident Evil 5" et par l'ambiance des films de John Carpenter (et cela se voit), Paul W.S. Anderson avoue de manière plus anecdotique avoir aussi été inspiré par LES PARAPLUIES DE CHERBOURG (1964) pour la scène d'introduction du film.

Gentil le chien ! - Resident Evil: Afterlife - Blu-ray 3D (Resident Evil: Afterlife)
Gentil le chien !

L'histoire s'inscrit ici dans la continuité directe de RESIDENT EVIL : EXTINCTION (2007). Rappelez-vous, dans le désert de Las Vegas l'aventure s'était terminée par la séparation provisoire d'Alice et d'un petit groupe de survivant mené par Claire Redfield. La première avait décidé de rendre une ultime visite aux dirigeants d'Umbrella tandis que les second mettaient le cap sur l'Alaska dans l'espoir de trouver un sanctuaire mythique connu sous le nom d'Arcadia, sanctuaire salvateur vierge de tout 'Virus T' et autre zombie. C'est en ces termes que débute le film : "Je m'appelle Alice. Je travaillais pour Umbrella Corporation, un laboratoire secret qui effectuait des recherches expérimentales sur les armes bactériologiques. Mais il y a eu un incident. Un virus s'est échappé et tout le monde est mort. Le problème c'est qu'ils ne sont pas restés morts. Ce fut le début d'une apocalypse qui balaya le monde. Les hommes responsables de ce désastre avaient trouvé refuge sous terre et continuaient de faire des expériences avec le virus T, un virus mortel. Ils se sentaient en sécurité dans leur forteresse hi-tech, mais ils se trompaient."

Quatre ans après les évènements de Raccoon City, et dix-huit mois après ceux de RESIDENT EVIL EXTINCTION, Alice et ses clones rendent donc visite au quartier général souterrain et ultra-sécurisé d'Umbrella Corporation à Tokyo. Elle n'en fera qu'une bouchée dans une longue scène d'action qui donne le ton. Une scène qui abuse un tantinet des mouvements arrêtés à la MATRIX (1999) (mais sans doute nécessaires pour insister sur les pouvoirs surnaturels de notre héroïne) dans un esprit à mi-chemin entre bande-dessinée et jeu vidéo où les cadavres se ramassent à la pelle. Impressionnant démarrage qui permet également de placer les pièces de l'échiquier de ce nouveau titre : Albert Wesker, le dernier dirigeant de la firme est le seul à réchapper à la colère d'Alice qui se trouve soudainement démunie de ses aptitudes surhumaines par l'injection d'un antidote. Cette subtilité scénaristique permet à Anderson de présenter une héroïne beaucoup plus proche du spectateur telle qu'elle l'était dans le premier film. Elle n'en reste pas moins une combattante redoutable.

Wentworth Miller est Chris Redfield - Resident Evil: Afterlife - Blu-ray 3D (Resident Evil: Afterlife)
Wentworth Miller est Chris Redfield

A la recherche d'Arcadia, Alice retrouve Claire… et quelques désillusions : non seulement ce sanctuaire n'est qu'utopie mais la belle Redfield a perdu la mémoire. Toutes les deux vont pourtant retrouver un petit groupe de survivants qui contient tant bien que mal les assauts répétés de milliers de zombies depuis le toit d'un immeuble de Los Angeles, ville dont Anderson se délecte des clichés.

Auprès de la toujours aussi belle Milla Jovovich on retrouve la non moins magnifique Ali Larter dans le rôle de Claire (que de superlatifs, entre les deux mon cœur balance !), duo de rêve et de choc, fer de lance du 'female power'. Un autre personnage féminin fait une très courte réapparition depuis RESIDENT EVIL : APOCALYPSE (2004) : Jill Valentine, co-équipière d'Alice dans ce deuxième volet, toujours jouée par Sienna Guillory. Vous l'avez certes compris mais Anderson l'avoue bien volontiers, il aime mettre en scène les belles femmes… Côté masculin, pour ce film, le cinéaste a ajouté une relation frère-soeur avec un des personnages les plus populaires du jeu vidéo : Chris Redfield, le frère de Claire, joué par Wentworth Miller. Clin d'œil subtil, l'acteur qui a interprété quatre ans durant Michael Scofield dans la série PRISON BREAK se retrouve derrière les barreaux pour la première scène de son personnage. Côté méchant Paul W.S. Anderson introduit un autre personnage récurrent des jeux vidéo, Albert Wesker, le pire des méchants des "Resident Evil", joué par Shawn Roberts. Et parmi les créatures que ce petit groupe va devoir affronter, en voilà une nouvelle qui n'est pas piquée des vers. Directement issu de la série de jeux, le "bourreau" est un géant armé d'une hache démesurée qui fait froid dans le dos. La scène qui l'oppose à Alice et Claire, servie par une bande son particulièrement efficace, est d'ailleurs à marquer d'une croix.

Sur le fil du razoir - Resident Evil: Afterlife - Blu-ray 3D (Resident Evil: Afterlife)
Sur le fil du razoir

En parlant de bande son, si nous n'avons pas réellement pu apprécier le rendu du couché numérique de l'image, nous pouvons néanmoins témoigner de l'excellente qualité du rendu sonore. Pour peu qu'elle soit restituée par du matériel conséquent, la bande originale, particulièrement captivante, vous immerge dans le film sans commune mesure.

Pour rappel, cette édition Blu-ray 3D contient deux disques. Sur le premier vous trouverez le film en (véritable) 3D ainsi que le film en haute définition en version 2D. Parmi ses bonus : le commentaire audio du réalisateur et des producteurs, le film commenté par le réalisateur, les comédiens et l'équipe du tournage en mode Picture in Picture, 8 scènes coupées et les bandes annonces. Le deuxième Blu-ray propose un contenu identique au deuxième DVD de l'édition Collector, à savoir : le film en relief (+ 4 paires de lunettes), 8 scènes coupées, les prises ratées (pour ne pas le nommer bêtisier), les intéressantes interviews exclusives de Mila Jovovich et de Paul W.S. Anderson ainsi que les bandes-annonces (vf et vostf) de 5 autres films de l'éditeur.

Quelques images de la version relief : à vos lunettes !

Image scifi-movies
Image scifi-movies
Image scifi-movies

26 janvier 2011